Yvon Gau­dreault en dit plus sur son pro­jet

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS - HÉ­LÈNE GA­GNON he­lene.ga­gnon@tc.tc

Usine de bleuets à Ro­ber­val

ÉCO­NO­MIE. Plu­sieurs jours après avoir ins­tal­lé une af­fiche le long de la route Ho­race J. Bee­mer, Yvon Gau­dreault, pro­prié­taire de l’en­tre­prise Bleuets de Choix, a dé­ci­dé de sor­tir de son mu­tisme et d’ex­pli­quer l’en­semble de son pro­jet. Il reste en­core des étapes im­por­tantes à ré­gler, ce qu’il en­tend faire au cours des pro­chains mois.

« Cette usine, j’y pense de­puis le dé­but. Ac­tuel­le­ment, je ne suis plus ca­pable de four­nir dans l’es­pace que j’ai à ma dis­po­ni­bi­li­té. C’est pour cette rai­son que j’em­boite le pas main­te­nant. Il y a de la place pour une autre usine dans la ré­gion. L’an der­nier, plu­sieurs pro­duc­teurs in­dé­pen­dants n’ont pas re­çu plus de 30 sous, alors que les coûts de pro­duc­tion s’élèvent à 45 sous. Je pense qu’il y a place à dé­ve­lop­per le cré­neau du bleuet frais dans notre ré­gion afin de mieux le po­si­tion­ner à l’échelle in­ter­na­tio­nale », ex­plique M. Gau­dreault.

Ac­tuel­le­ment, Yvon Gau­dreault est en train d’at­ta­cher le fi­nan­ce­ment de son pro­jet éva­lué en to­ta­li­té entre 10 et 11 M$. Pour com­men­cer, la pre­mière phase se­ra réa­li­sée au coût de 3 M$.

« La phase 1 se­ra celle du bleuet frais. La deu- xième phase est liée à la trans­for­ma­tion. On au­rait pu se dé­ve­lop­per avant ça, mais nous avons dé­ci­dé de jouer de pru­dence et de nous dé­ve­lop­per gra­duel­le­ment », sou­ligne M. Gau­dreault.

Ce der­nier sou­ligne avoir bien ré­flé­chi à son pro­jet. Par contre, le fi­nan­ce­ment n’est pas at­ta­ché. Ac­tuel­le­ment, Yvon Gau­dreault fait des re­pré­sen­ta­tions au­près de dif­fé­rents groupes afin de trou­ver des par­te­naires fi­nan­ciers in­té­res­sés.

« Il y a plu­sieurs per­sonnes qui gra­vitent au­tour de moi afin de me per­mettre la réa­li­sa­tion de ce pro­jet. On tra­vaille fort ac­tuel­le­ment. De mon côté, je vais pou­voir dire que tout est com­plet, la jour­née qu’il y au­ra la pre­mière pel­le­tée de terre sur le ter­rain », ex­plique M. Gau­dreault.

PE­TITS FRUITS NOR­DIQUES

pe­tits fruits nor­diques, comme la ca­me­rise, gagne en po­pu­la­ri­té. Avec près d’une cen­taine de pro­duc­teurs dans la ré­gion, Yvon Gau­dreault compte bien sai­sir la balle au bond et pro­fi­ter de l’en­goue­ment pour l’agri­cul­ture nor­dique.

« La sai­son de la ca­me­rise dé­bu­tant en juin, je pour­rai al­ler vers ce cré­neau. Cette pro­duc­tion n’in­ter­fère pas avec le bleuet alors il n’y a au­cun pro­blème. Ac­tuel­le­ment, je suis en pour­par­lers avec des in­ter­ve­nants du mi­lieu. Je pour­rais éga­le­ment mi­ser sur la fraise et la fram­boise. En­core là, ces pro­duc­tions sont à des pé­riodes dif­fé­rentes de celle du bleuet », men­tionne M. Gau­dreault.

Yvon Gau­dreault sou­ligne que cette di­ver­si­fi­ca­tion per­met­tra la ren­ta­bi­li­ser l’en­tre­prise. Il croit que le pro­jet pour­ra voir le jour d’ici quelques mois. Le pro­prié­taire sou­ligne être prêt, car il dé­tient dé­jà un ré­seau de vente et de mise en mar­ché bien éta­bli.

(Pho­to TC Me­dia – Hé­lène Ga­gnon)

Yvon Gau­drault sou­ligne avoir ré­flé­chi à tous les as­pects.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.