Toutes les par­ties sou­haitent une en­tente né­go­ciée

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS - SERGE TREMBLAY serge.tremblay@tc.tc

Conflit sur le bois d’oeuvre

FO­RÊT. La né­go­cia­tion pro­met d’être une fois de plus très dif­fi­cile, mais toutes les par­ties im­pli­quées dans le conflit du bois d’oeuvre, tant du cô­té amé­ri­cain que ca­na­dien, dé­si­rent une en­tente né­go­ciée. C’est le constat que trace Gilles Pot­vin, suite à la mis­sion de l’union des mu­ni­ci­pa­li­tés du Qué­bec (UMQ) à Wa­shing­ton au­quelle il pre­nait part.

Cette mis­sion a per­mis à la dé­lé­ga­tion de L’UMQ de ren­con­trer la U.S. Lum­ber Coa­li­tion, la Na­tio­nal As­so­cia­tion of Home Buil­ders ain­si que six sé­na­teurs re­pré­sen­tant dif­fé­rents états.

« Toutes les par­ties re­com­mandent une né­go­cia­tion plu­tôt qu’un long pro­ces­sus de­vant les tri­bu­naux. Les gens qu’on a ren­con­trés ad­mettent qu’ils ont be­soin du bois ca­na­dien, mais dans quelle pro­por­tion, c’est la ques­tion. Est-ce que ce se­ra 34% comme ce l’est ac­tuel­le­ment ou est-ce qu’on se di­rige vers 20 à 24 % comme le ré­clame la Coa­li­tion? Ce se­rait une di­mi­nu­tion ma­jeure et ca­tas­tro­phique », lance le maire de Saint-fé­li­cien, Gilles Pot­vin.

Ce­lui-ci croit tou­te­fois que le Ca­na­da peut trou­ver un al­lié im­por­tant en la Na­tio­nal As­so­cia­tion of Home Buil­ders, une as­so­cia­tion de construc­teurs et de four­nis­seurs de ma­té­riaux. Les gens de la U.S. Lum­ber Coa­li­tion ont été très cour­tois, mais très fermes. Ils dé­fendent leur po­si­tion avec vi­gueur. » —Gilles Pot­vin

« Ce sont nos meilleurs al­liés. Ils veulent que le conflit se règle par la né­go­cia­tion et constatent que de­puis l’im­po­si­tion de droits com­pen­sa­toires, le prix du bois a aug­men­té de 20%. Cette As­so­cia­tion re­pré­sente 3 mil­lions d’em­plois et le conflit a dé­jà fait perdre des em­plois chez eux comme chez nous », ex­plique Gilles Pot­vin.

PEU D’IN­TÉ­RÊT

POUR LE RÉ­GIME QUÉ­BÉ­COIS

vou­lu ven­ter, semble peu in­té­res­ser les Amé­ri­cains. Ces derniers veulent dis­cu­ter avec le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da, point à la ligne.

« On constate qu’il n’y a pas beau­coup de monde qui connait le ré­gime fo­res­tier qué­bé­cois et ça n’a pas l’air de les pré­oc­cu­per. Eux ne veulent pas dis­cu­ter en sous-ré­gion, mais veulent que le Ca­na­da parle d’une seule voix. Il y a un coût po­li­tique à ce­la et M. Tru­deau doit être prêt à l’as­su­mer », sou­tient Gilles Pot­vin.

À cet égard, le pre­mier ma­gis­trat de Saint­fé­li­cien ré­clame une po­si­tion ferme de la part du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral. « La pro­chaine étape, c’est de réunir l’in­dus­trie, la table fo­rêt de L’UMQ et le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral. On a be­soin d’une telle table de travail, car il est urgent qu’on en vienne à une prise de po­si­tion. M. Tru­deau de­vra être très ferme, c’est vrai­ment ca­pi­tal pour l’ave­nir de notre in­dus­trie », mar­tèle M. Pot­vin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.