Le­çon de bon­heur à la Ci­té étu­diante

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS - HÉ­LÈNE GAGNON helene.gagnon@tc.tc

LIVRE. Il ne faut pas cher­cher très loin pour trou­ver le bon­heur. Des jeunes de 4e et 5e se­con­daire de la classe de fran­çais de Chan­tale Pot­vin ont in­ter­ro­gé des gens de leur en­tou­rage qui ont dé­ci­dé de faire une place au po­si­ti­visme.

Dans un re­cueil d’en­vi­ron 120 pages, toutes les en­tre­vues sont col­li­gées. Âgés de 5 à 90 ans, les gens in­ter­ro­gés ex­pliquent pour­quoi ils ont dé­ci­dé de sai­sir la clé du bon­heur.

« Très peu d’élèves au­ront la chance un jour d’être pu­bliés. C’est pour cette rai­son que je tiens de­puis trois ans à faire ce pro­jet avec eux », men­tionne Chan­tale Pot­vin.

Bien que l’ex­pé­rience puisse pa­raître lé­gère, l’en­sei­gnante sa­vait qu’elle pour­rait être for­ma­trice pour ses jeunes élèves.

« Dans le cadre sco­laire, on voit plein de jeunes qui tra­versent des pé­riodes dif­fi­ciles. Comme en­sei­gnant, on doit abor­der des su­jets pas tou­jours fa­ciles comme la drogue et le sui­cide. Le bon­heur est une so­lu­tion simple et ef­fi­cace pour contrer les élé­ments né­ga­tifs et pour ap­por­ter une ré­flexion. C’est pour cette rai­son que j’ai sou­hai­té que les élèves abordent le bon­heur. Cha­cun a à sa dis­po­si­tion la clé de son bon­heur, libre à lui de la sai­sir », ex­plique l’en­sei­gnante.

TROU­VER LE BON­HEUR

La dé­marche a dé­bu­té en fé­vrier, les étu­diants se sont vus im­po­sé comme thème le bon­heur. Seul ou en équipe, ils sont par­tis à la re­cherche de per­sonnes leur ins­pi­rant le bon­heur et leur ont po­sé une sé­rie de ques­tions. Mais com­ment faire pour sa­voir qu’une per­sonne est heu­reuse? Une per­sonne heu­reuse dé­gage une image po­si­tive. Elle sou­rit tous les jours. » —Ga­briel Pa­ré

« C’est un sen­ti­ment qui nous vient. Une per­sonne heu­reuse dé­gage une image po­si­tive. Elle sou­rit tous les jours », men­tionne Ga­briel Pa­ré.

Plu­sieurs jeunes ont in­ter­ro­gé des en­sei­gnants ou des membres de leur fa­mille.

C’est le cas d’alys­son Gin­gras qui a po­sé les ques­tions à son pro­fes­seur de Sciences, Mi­chel Tremblay.

« Tous les jours, il écrit une pe­tite pen­sée dif­fé­rente au ta­bleau. Une pe­tite phrase po­si­tive qui nous fait ré­flé­chir. C’est une ac­tion simple qui a de l’im­pact », ex­plique la jeune fille.

Dans d’autres cas, la folie est sym­bole de bon­heur. Cer­tains vont jus­qu’à in­ven­ter leur propre dic­ton afin d’ex­pli­quer le bon­heur.

« Mon beau-père m’a dit : “Si tu veux être un aigle, ne te tiens pas avec les din­dons sau­vages”. Ce qui veut dire que si tu veux être libre, ne perds pas ton temps avec ceux qui ne le sont pas. L’image est ex­cel­lente, ça nous amère à ré­flé­chir sur notre propre bon­heur », sou­ligne Ann-jo­sée Pri­vé.

Le pe­tit livre com­porte 37 his­toires de bon­heur et est uni­que­ment dis­po­nible en quelques exem­plaires à la phar­ma­cie Jean Cou­tu.

(Pho­to TC Me­dia – Hé­lène Gagnon)

Jen­ni­fer-ali­sann Pa­quet, Ga­briel Pa­ré, Ann-jo­sée Pri­vé, Maï­ka Thé­riault et Alys­son Gin­gras.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.