Claudie Laroche plonge à nou­veau dans l’uni­vers po­li­cier

L'Etoile du Lac - - CULTUREL - HÉ­LÈNE GAGNON helene.gagnon@tc.tc

LEC­TURE. Claudie Laroche a pu­blié ré­cem­ment son qua­trième ro­man « Une simple ligne ». Quatre ans après la pa­ru­tion de « L’es­pace d’un ins­tant », elle a dé­ci­dé de plon­ger à nou­veau le per­son­nage du po­li­cier dans une nou­velle in­trigue.

« J’adore les émis­sions po­li­cières. J’en écoute beau­coup. Cer­tains élé­ments que je vois dans ces émis­sions m’ins­pirent beau­coup. J’avais en­ta­mé l’écri­ture de ce nou­veau livre, il y a un cer­tain temps. Par contre, je ne voyais pas l’heure de le ter­mi­ner. Du­rant la re­lâche sco­laire, j’ai donc dé­ci­dé que c’était le mo­ment. En une se­maine, j’ai donc ré­di­gé en­vi­ron 50 % du ro­man », sou­ligne l’au­teure.

Claudie n’avait pas de plan lors de l’écri­ture de ce ro­man. Cette der­nière men­tionne que c’est à l’image de sa vie. Elle se laisse ber­cer par l’ins­pi­ra­tion du mo­ment.

« J’écris tou­jours à la main le pre­mier jet. J’an­note dans les marges. C’est de­vant l’or­di­na­teur que je mets de l’ordre dans mes idées. Je dé­place des pa­ra­graphes, je bo­ni­fie des pas­sages et je biffe quelques in­for­ma­tions. Je tiens à plon­ger mon lec­teur im­mé­dia­te­ment dans l’ac­tion et je veux le gar­der sur le qui-vive jus­qu’à la fin. C’est mon style d’écri­ture, je vais droit au but », men­tionne Mme Laroche.

LES DÉ­FIS DE L’ÉDI­TION

Claudie La­rouche est tou­jours à la tête des Édi­tions Alexane. La ro­man­cière sou­ligne avoir eu peu de temps afin d’édi­ter d’autres au­teurs.

« Je dis sou­vent qu’écrire un livre se fait avec beau­coup de bon­heur et de plai­sir. Par contre, une fois qu’il est écrit, le travail n’est pas fi­ni. L’édi­tion, c’est un uni­vers ex­trê­me­ment com­plexe. Il y a la cor­rec­tion, la mise en page, l’im­pri­meur et la dis­tri­bu­tion. À tra­vers mon em­ploi à temps plein, mon rôle de ma­man et l’écri­ture, je dois né­go­cier tous les as­pects afin d’ame­ner sur les ta­blettes les ro­mans que j’édite. C’est l’une des rai­sons qui ex­pliquent que j’ai moins édi­té d’au­teurs dans les der­nières an­nées. Les miens, ce n’est pas grave si je prends mon temps. Par contre, pour un nou­vel au­teur qui sou­haite voir son livre im­pri­mé, je dois in­ves­tir beau­coup de temps dans toute la dé­marche, et ce, as­sez ra­pi­de­ment, car il sou­haite un ré­sul­tat tan­gible », ex­plique Claudie Laroche.

Les gens pour­ront mettre la main sur « Une simple ligne » dans les phar­ma­cies Jean Cou­tu et Fa­mi­li­prix de Ro­ber­val, ain­si qu’à la li­brai­rie Mé­ga­bu­ro.

« La dis­tri­bu­tion est l’as­pect le plus dif­fi­cile. J’ai fait beau­coup de dé­marches à ce su­jet. Dans la ré­gion, c’est moi qui me dé­place pour dé­po­ser en consigne mes livres dans des li­brai­ries à Sa­gue­nay. Je sou­haite dé­pas­ser les li­mites de la ré­gion, mais c’est très dif­fi­cile », ter­mine l’au­teure. Lan­ce­ment du livre Quand: Jeu­di, le 25 mai à 18 h Où: Bibliothèque George-hen­ri­lé­vesque de Ro­ber­val

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.