Sou­pir de sou­la­ge­ment pour le Festival du cow­boy

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS - HÉ­LÈNE GA­GNON he­lene.ga­gnon@tc.tc EN BREF

Le ro­déo pour­ra bel et bien avoir lieu

CHAMBORD. L’en­tente à l’amiable qui est in­ter­ve­nue entre An­dré Roy et le Festival Wes­tern de Saint-tite, quant à la te­nue du Ro­déo de Mon­tréal, semble plaire à l’in­dus­trie du spec­tacle équestre. Du cô­té de Chambord, c’est avec l’es­prit à la fête que l’or­ga­ni­sa­tion pour­sui­vra son tra­vail en vue d’ac­cueillir des mil­liers de fes­ti­va­liers pour la 25e édi­tion du Festival du Cow­boy.

« L’in­jonc­tion a été re­ti­rée, mais deux condi­tions de­vront être res­pec­tées. Un co­mi­té d’ex­perts de­vra être for­mé qui au­ra la tâche de suivre les ro­déos, mais éga­le­ment de scru­ter l’en­ca­dre­ment des bêtes. De plus, le mi­nis­tère de l’agri­cul­ture, Pê­che­ries et Ali­men­ta­tion du Qué­bec (MAPAQ) ana­ly­se­ra la si­tua­tion et pro­dui­ra un rap­port à la fin de la sai­son de ro­déo. Pour nous, ces condi­tions au­raient dû être exi­gées dès le dé­part. On a fait mau­vaise presse au ro­déo à tra­vers toute la pro­vince. Par contre, on est sûr que les deux condi­tions émises puissent éclai­rer la si­tua­tion », ex­plique le pré­sident du Festival du Cow­boy de Chambord, De­nis Ga­gnon.

Dé­jà, M. Ga­gnon a eu des com­mu­ni­ca­tions avec les di­rec­teurs de Saint-tite.

« Plu­sieurs éle­veurs de che­vaux tra­vaillent dé­jà avec le MAPAQ. Si le mi­nis­tère émet une re­com­man­da­tion, elle est sui­vie à la lettre. Ce Une ex-em­ployée ac­cu­sée de fraude re­çoit sa peine

L’an­cienne em­ployée ac­cu­sée de fraude de la cli­nique vé­té­ri­naire Na­dia Trem­blay, Cin­dy Ro­chette, a re­çu sa sen­tence au Pa­lais de jus­tice de Ro­ber­val. Elle de­vra ef­fec­tuer 240 heures de tra­vaux com­mu­nau­taires en plus de rem­bour­ser le mon­tant vo­lé de 411,54$.

Cin­dy Ro­chette de­vra rem­bour­ser le mon­tant vo­lé, ef­fec­tuer le nombre maxi­mal d’heures de tra­vaux com­mu­nau­taires et se­ra sous pro­ba­tion pen­dant deux ans. «Elle a mon­té tout le monde contre moi. Elle a ra­con­té des faus­se­tés et main­te­nant, je suis toute seule comme vé­té­ri­naire de­puis un an. J’ai per­du des gros clients, et j’ai fait une grosse dé­pres­sion. Je ne re­trou­ve­rai ja­mais tout ce que j’ai per­du à cause d’elle», a ra­con­té au juge la pro­prié­taire de la cli­nique vé­té­ri­naire, Na­dia Trem­blay, en larmes.

De­puis ce temps, Mme Trem­blay af­firme qu’elle a vé­cu dans la crainte avec son conjoint et ses quatre en­fants. Elle men­tionne avoir dû ins­tal­ler des ca­mé­ras de sur­veillance à son do­mi­cile, de peur de re­pré­sailles de l’ac­cu­sée et de son conjoint.

Cin­dy Ro­chette avait plai­dé cou­pable en mars 2017 évi­tant ain­si un pro­cès. L’ac­cu­sée n’a dé­sor­mais plus le droit de contac­ter ou en­core de se trou­ver en pré­sence de Na­dia Trem­blay et de sa fa­mille. Une tren­taine de postes abo­lis en santé

Le cou­pe­ret tombe une fois de plus dans le ré­seau de la santé. Des com­pres­sions de 8,1 M$ ont été an­non­cées par le Centre in­té­gré uni­ver­si­taire de santé et de ser­vices so­ciaux (CIUSSS), ce qui se tra­duit par l’abo­li­tion de 28,4 postes dans la ré­gion. Tou­te­fois, des cou­pures de 1 M$ pour­raient s’ajou­ter puisque quatre autres me­sures sont tou­jours à l’étude au mi­nis­tère de la Santé.

Ces nou­velles coupes per­met­tront l’at­teinte de l’équi­libre bud­gé­taire. Ce­pen­dant, pour y ar­ri­ver, 47 me­sures d’op­ti­mi­sa­tion ont été ci­blées.

La pdg Mar­tine Cou­ture as­sure que ces décisions ont été prises pour mi­ni­mi­ser le plus pos­sible les ef­fets sur les tra­vailleurs. « Les em­ployés dé­ten­teurs de postes tou­chés par une abo­li­tion main­tien­dront leur lien d’em­ploi avec notre éta­blis­se­ment et les dif­fé­rentes me­sures se­ront mises en oeuvre dans le res­pect des in­di­vi­dus, des règles et conven­tions col­lec­tives. » Sou­li­gnons que le CIUSSS pré­voit at­teindre l’équi­libre bud­gé­taire à la fin du pré­sent exer­cice fi­nan­cier en te­nant compte d’une aide non ré­cur­rente de 6 098 400$ du mi­nis­tère de la Santé et des Ser­vices so­ciaux, les éco­no­mies gé­né­rées par des me­sures d’op­ti­mi­sa­tion adop­tées en 2016-2017 (6,4 M$) et la réa­li­sa­tion de nou­velles me­sures d’une va­leur de 9 M$.TC Media n’est pas dans leur in­té­rêt de mal­trai­ter leurs bêtes, alors ils sont à l’aise de tra­vailler avec le MAPAQ afin de tra­cer un por­trait exact du ro­déo au Qué­bec », sou­ligne M. Ga­gnon.

Pen­dant deux se­maines des opi­nions ont été émises aux quatre coins de la pro­vince. « Une per­sonne a dé­ci­dé de faire un dé­bat pu­blic sur un su­jet qui, à notre point de vue, n’en mé­ri­tait pas. Le temps va conti­nuer d’avancer et je pense que le su­jet va mou­rir dans l’oeuf », sou­ligne le pré­sident.

De­nis Ga­gnon est sa­tis­fait de la tour­nure des évé­ne­ments. Il men­tionne que son co­mi­té pour­ra faire avancer les vrais dos­siers.

(Pho­to ar­chives)

L’ombre qui pla­nait sur les ro­déos est main­te­nant dis­si­pée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.