L’eu­rope char­mée par les cli­chés de Mar­tin Gau­dreault

L'Etoile du Lac - - CULTUREL -

PHOTOGRAPHIE. Le pho­to­graphe Mar­tin Gau­dreault a fait un court sé­jour à Pa­ris der­niè­re­ment. Le 24 juin, il a re­çu la mé­daille d’ar­gent Arts-sciences-lettre de la So­cié­té Aca­dé­mique d’en­cou­ra­ge­ment et d’édu­ca­tion à titre Étran­ger. Une re­con­nais­sance ex­cep­tion­nelle qui apporte un vent de nou­veau­té dans la car­rière de l’ar­tiste de Ro­ber­val.

« Quand j’ai sou­mis mon dos­sier, je n’avais pas la moindre at­tente. J’ai su en dé­cembre der­nier que le ju­ry avait re­te­nu ma can­di­da­ture afin de me dé­cer­ner une mé­daille. En sou­met­tant ma can­di­da­ture, j’y voyais là une ex­pé­rience. En­core au­jourd’hui, je cherche à sa­voir ce qui fait que je me suis re­trou­vé là, sur la scène de l’hô­tel In­ter Conti­nen­tal de Pa­ris à re­ce­voir cette mé­daille. Pour moi, c’était une sur­prise, ja­mais je n’au­rais pen­sé re­ce­voir pa­reil hon­neur et sur­tout pas à vivre un évé­ne­ment aus­si gran­diose, men­tionne M. Gau­dreault.

La photographie est une pas­sion pour Mar­tin Gau­dreault. Ce­lui-ci est au­to­di­dacte, il évo­lue au fil des an­nées. Cette mé­daille re­pré­sente pour lui une re­con­nais­sance pour son par­cours, mais aus­si une source de mo­ti­va­tion pour l’ave­nir.

« Je ne la per­çois pas comme le dé­but d’une car­rière pro­fes­sion­nelle. Des gens m’ont dit que cette mé­daille était uni­que­ment le dé­but d’autre chose. Quelles sont ces autres choses, je l’ignore pour le mo­ment, mais j’ai des idées », sou­ligne le pho­to­graphe.

C’est un peu comme des Olym­piques. Je viens d’ob­te­nir ma mé­daille et j’ai 4 an­nées de­vant moi afin de me per­fec­tion­ner et peut-être dé­cro­cher une nou­velle mé­daille. »

ÉVO­LU­TION

—Mar­tin Gau­dreault

Mar­tin Gau­dreault ne pour­ra pos­tu­ler avant 4 ans à l’aca­dé­mie, pour l’ob­ten­tion de la mé­daille d’or ou de ver­meille. Pour ob­te­nir l’une de ces dis­tinc­tions, Mar­tin Gau­dreault doit dé­mon­trer une évo­lu­tion dans son ap­proche pho­to­gra­phique. Dé­jà, ce­lui-ci a en­clen­ché un pro­ces­sus de ré­flexion.

« Je sou­haite ame­ner ma car­rière vers quoi? Du mo­ment qu’on ob­tient une mé­daille, la ré­flexion s’en­clenche. Est-ce que je m’en tiens à ce que je fais ou je vais faire plus de re­cherches?», ex­plique-t-il.

EX­PO­SI­TION À VE­NIR

Alors que Mar­tin Gau­dreault peine à trou­ver des lieux d’ex­po­si­tion au Qué­bec, la France lui ouvre toute grande ses portes. Une réa­li­té qu’il a bien du mal à ex­pli­quer.

« Des choses s’en viennent pour le Qué­bec, mais d’ici la fin de l’an­née, j’ai trois ex­po­si­tions en Eu­rope. Pro­chai­ne­ment, il y au­ra For­bach, en­suite Cannes et fi­na­le­ment le Car­rou­sel du Louvre. Je ne sais pas ce qui plait au Fran­çais dans mes cli­chés. Le cô­té sau­vage du Ca­na­da ou le fait que j’offre des pho­tos de la belle pro­vince, je l’ignore, mais j’ai consta­té lors de ce voyage à quel point les Eu­ro­péens ont un at­ta­che­ment pour le Qué­bec », conclut-il.

Il re­tour­ne­ra sur le conti­nent eu­ro­péen en sep­tembre pour as­sis­ter à l’ex­po­si­tion Ar­tistes du monde à Cannes. Ma­ri­na Pi­cas­so, la pe­ti­te­fille de Pa­blo Pi­cas­so est la mar­raine de cet évé­ne­ment. Une pré­sence qui donne beau­coup de pres­tige à cet évé­ne­ment.

(Photo Gra­cieu­se­té Jo­hanne Bou­chard)

Afin de sa­vou­rer le mo­ment, Mar­tin Gau­dreault avait re­fu­sé de voir sa mé­daille la veille de la re­mise of­fi­cielle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.