Su­zanne Du­mas mi­lite pour la pro­tec­tion

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS - HÉ­LÈNE GA­GNON he­lene.ga­gnon@tc.tc

Boi­sé entre les rues Ber­ge­ron et Mo­reau à Ro­ber­val

OI­SEAUX. Su­zanne Du­mais, ré­si­dante de Ro­ber­val, de­meure sur la rue La­rouche. À proxi­mi­té de son quar­tier, un es­pace boi­sé, qui sé­pare les rues Ber­ge­ron et Mo­reau, est le lieu de vie de nom­breuses es­pèces d’oi­seaux. Par contre, cette zone est su­jette à un dé­ve­lop­pe­ment do­mi­ci­liaire avec l’im­plan­ta­tion de la rue Mar­cel-le­blanc.

Su­zanne Du­mais a dé­ci­dé der­niè­re­ment de créer une page Fa­ce­book « ISSO – Ini­tia­tive pour la sau­ve­garde du sen­tier des oi­seaux » afin de sen­si­bi­li­ser la po­pu­la­tion à cette zone, mais éga­le­ment afin de la faire dé­cou­vrir à la po­pu­la­tion. —Su­zanne Du­mais

«Les gens du quar­tier uti­lisent le boi­sé au­tant en hi­ver qu’en été. C’est un havre de paix à proxi­mi­té de la ville. Il y a des pe­tits ruis­seaux, beau­coup de fleurs et des arbres à fruits. Pour les oi­seaux, c’est l’en­droit idéal, mais pour la po­pu­la­tion c’est le lieu par­fait pour se res­sour­cer », men­tionne Mme Du­mais.

De­puis le prin­temps, Su­zanne Du­mais ré­per­to­rie les oi­seaux qui ont dé­ci­dé d’élire leur do­mi­cile dans cette zone en­core vierge. Jus­qu’à pré­sent, 54 es­pèces ont été dé­cou­vertes.

« En dis­cu­tant avec des gens fer­rés en or­ni­tho­lo­gie, je me suis aper­çue que cer­taines es­pèces ob­ser­vées ici étaient très rares. Plu­sieurs de ces oi­seaux ar­rivent du Mexique et ils ont choi­si ce boi­sé pour élire do­mi­cile. Dans le sen­tier, on peut ob­ser­ver: co­li­bri, des vi­réos aux yeux rouges, nom­breuses pa­ru­lines et bruants, des pics, des char­don­ne­rets, des gros-becs, des mo­queurs-chats et plu­sieurs autres. Une faune si im­por­tante dans une si pe­tite es­pace, je pense qu’il faut s’en pré­oc­cu­per plus. On doit voir plus loin que le dé­ve­loppe ré­si­den­tiel», ex­plique Mme Du­mais.

Su­zanne Du­mais croit que la Ville pour­rait faire un beau dé­ve­lop­pe­ment en amé­na­geant des sen­tiers dans le sec­teur et des trot­toirs de bois.

«Il n’y a pas beau­coup d’es­pace fo­res­tier ou­vert à la po­pu­la­tion en ré­gion. Ro­ber­val en a un ex­cep­tion­nel qui compte dé­jà de beaux sen­tiers, mais dont l’uti­li­sa­tion se li­mite au VTT. On peut faire quelque chose d’unique et d’at­trac­tif », sou­ligne Mme Du­mais.

Les gens du quar­tier sillonnent le boi­sé ré­gu­liè­re­ment. Même en hi­ver des sen­tiers de ra­quettes y sont amé­na­gés par les ci­toyens.

« Cet en­droit, c’est un se­cret bien gar­dé de Ro­ber­val. Par contre, j’ai bien peur que le dé­ve­lop­pe­ment en­vi­sa­gé vienne com­plè­te­ment dé­truire ce sanc­tuaire d’oi­seaux. Il est pos­sible d’ad­mi­rer des co­li­bris per­chés au som­met des arbres dé­nu­dés de feuillage. Ces pe­tits oi­seaux par­courent des mil­liers de ki­lo­mètres et re­viennent tou­jours au même en­droit an­née après an­née. Où iront-ils si le boi­sé fait place à des mai­sons? Mon but est de réunir le plus grand nombre de per­sonnes au­tour de ma cause afin de pou­voir sau­ver ce lieu», men­tionne Mme Du­mais.

Cette der­nière a dé­jà en­ta­mé des dis­cus­sions avec la Ville de Ro­ber­val afin de sen­si­bi­li­ser le mi­lieu mu­ni­ci­pal à cet en­droit. Par contre, elle es­père gran­de­ment ob­te­nir le sou­tien des ci­toyens de Ro­ber­val afin de ne pas sou­te­nir la cause seule.

(Photo TC Media – Hé­lène Ga­gnon)

Su­zanne Du­mais croit que la Ville pour­rait faire un beau dé­ve­lop­pe­ment en amé­na­geant des sen­tiers dans le sec­teur et des trot­toirs de bois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.