Le sen­tier Ouiat­chouan en par­tie ac­ces­sible

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS - HÉ­LÈNE GA­GNON he­lene.ga­gnon@tc.tc

AVEN­TURE. Les adeptes de ran­don­née pé­destre peuvent en­fin fou­ler le sen­tier Ouiat­chouan.

La Cor­po­ra­tion de ges­tion du Sen­tier pé­destre Ouiat­chouan a tra­vaillé d’ar­rache-pied afin de pou­voir re­vam­per ce sen­tier long de 30km. Pour le mo­ment uni­que­ment la sec­tion de 18 km entre Saint-fran­çois-de-sales et le Vil­lage historique de Val-jal­bert est ac­ces­sible.

Dans les der­nières se­maines, des cor­vées ont été or­ga­ni­sées per­met­tant d’amé­lio­rer l’état du sen­tier afin qu’il soit sé­cu­ri­taire pour les mar­cheurs qui l’em­prun­te­ront.

Toutes les in­fra­struc­tures ont été re­mises en état : les es­ca­liers, les pon­ceaux et les trot­toirs de bois. Le sen­tier a été ba­li­sé sur la sec­tion ou­verte en fonc­tion des normes de la fé­dé­ra­tion de ran­don­neurs. Ain­si, les gens pour­ront s’aven­tu­rer en sé­cu­ri­té.

La cor­po­ra­tion compte faire dans une se­conde phase la ré­fec­tion des trois re­fuges qui per­met­tront aux ran­don­neurs de s’abri­ter, de se re­po­ser ou bien de dor­mir. De plus, des toi­lettes sèches se­ront amé­na­gées sur le sen­tier.

FI­NAN­CE­MENT

« Nous tra­vaillons fort de­puis des mois afin de per­mettre la ré­ou­ver­ture du sen­tier. Nous avions com­men­cé à sus­ci­ter l’in­té­rêt des gens en com­men­çant la vente des cartes de membres ho­no­ri­fiques. Avec la carte, les gens peuvent ac­cé­der im­mé­dia­te­ment à la por­tion ou­verte. Ceux qui ont ac­quis la carte ou qui comptent l’ac­qué­rir au­ront ac­cès gra­tui­te­ment au sen­tier pen­dant un an sui­vant la date of­fi­cielle d’ou­ver­ture du sen­tier qui est pré­vue pour sep­tembre pro­chain », men­tionne Lise Ga­gnon, se­cré­taire de la cor­po­ra­tion.

La cor­po­ra­tion a éta­bli le coût du droit d’ac­cès au sen­tier à 5$ par per­sonne. La carte de membre, quant à elle, est ven­due au coût de 10$ in­di­vi­duels ou 15$ fa­mi­liaux. Les gens pour­ront payer leur droit d’ac­cès et rem­plir le for­mu­laire au Pa­villon d’ac­cueil du Vil­lage historique de Val-jal­bert. À Saint-fran­çois-de-sales, les pro­prié­taires de l’au­berge au toit vert ont ac­cep­té d’agir comme par­te­naire et d’ac­cueillir les ran­don­neurs.

« Nous en­cou­ra­geons for­te­ment les gens à se pro­cu­rer la carte de membre, car l’ar­gent amas­sé ser­vi­ra à l’en­tre­tien du sen­tier afin que l’on puisse s’as­su­rer de sa pé­ren­ni­té. Nous al­lons éga­le­ment mettre à la dis­po­si­tion des gens une fiche afin qu’ils puissent si­gna­ler di­verses em­bûches cau­sées par Dame na­ture. Si tous les ran­don­neurs sont res­pon­sables, ce­la va gran­de­ment nous ai­der à l’en­tre­tien du sen­tier », men­tionne Mme Ga­gnon.

MAIN D’OEUVRE

Ac­tuel­le­ment, la cor­po­ra­tion est à la re­cherche de per­sonnes pour ac­com­plir des tra­vaux ma­nuels en plein coeur du sen­tier.

«Il est dif­fi­cile de trou­ver des gens afin d’ac­com­plir le tra­vail en fo­rêt. Les gens doivent faire preuve d’au­to­no­mie et de dé­brouillar­dise. Ils doivent être à l’aise en fo­rêt, mais éga­le­ment avec les tra­vaux de me­nui­se­rie. Nous sommes conscients que la tâche n’est pas simple, mais nous pen­sons qu’il y a cer­tai­ne­ment des gens sus­cep­tibles de rem­plir la tâche afin de nous per­mettre de pour­suivre les dé­ve­lop­pe­ments que nous en­vi­sa­geons pour le sen­tier », conclut Lise Ga­gnon.

(Photo Gracieuseté)

Le tra­vail main­te­nant com­plé­té, les gens peuvent dé­cou­vrir le sen­tier Ouiat­chouan.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.