Le CPE Jar­din de Ro­bi a be­soin d’un nou­veau bloc psy­cho­mo­teur

L'Etoile du Lac - - ACTUALITÉS - JOANIE DO­RÉ re­dac­tion.sa­glac@tc.tc

FI­NAN­CE­MENT. Pour rem­pla­cer sa struc­ture de jeu dé­fi­ciente, le Centre de la pe­tite en­fance Jar­din de Ro­bi à Ro­ber­val se tourne vers la po­pu­la­tion dans l’es­poir de re­cueillir les mil­liers de dol­lars né­ces­saires à la réa­li­sa­tion du pro­jet.

À l’au­tomne der­nier, l’ins­pec­tion du bloc psy­cho­mo­teur du CPE Jar­din de Ro­bi a ré­vé­lé qu’il n’était plus con­forme, et que le bloc de­vait être chan­gé. Ce­la fai­sait plus de 20 ans que le CPE pos­sé­dait cette ins­tal­la­tion qui per­met aux jeunes de pra­ti­quer di­verses ac­ti­vi­tés.

Tou­te­fois, rem­pla­cer un tel équi­pe­ment coute 35 000 $. C’est donc pour cette rai­son que tous les em­ployés de l’éta­blis­se­ment se sont unis pour amas­ser de l’ar­gent pour fi­nan­cer le pro­jet.

«Avec les rè­gle­ments du mi­nis­tère, on a l’obli­ga­tion d’al­ler de­hors mi­ni­mum une fois par jour. Ce bloc per­met aux jeunes de bou­ger et de dé­ve­lop­per plu­sieurs as­pects au ni­veau psy­cho­mo­teur. On a des en­fants à be­soins par­ti­cu­liers qui l’uti­lisent beau­coup. C’est vrai­ment quelque chose d’in­dis­pen­sable dans un centre de la pe­tite en­fance », ex­plique la di­rec­trice gé­né­rale, Lu­cette For­tin.

De­puis l’au­tomne que les jeunes n’ont plus ac­cès à ce jeu dans leur cour, alors que l’ad­mi­nis­tra­tion a dû scel­ler la struc­ture. Le CPE a ten­té d’avoir des sub­ven­tions du gou­ver­ne­ment, mais « ce n’est pas une prio­ri­té », com­prend Mme For­tin.

CAM­PAGNE DE FI­NAN­CE­MENT

Plus de 10 000 $ ont dé­jà été amas­sés par le CPE Jar­din de Ro­bi pour l’achat et l’ins­tal­la­tion d’un nou­veau bloc psy­cho­mo­teur. Même si les ré­sul­tats sont en­cou­ra­geants, il reste en­core 25 000 $ à al­ler cher­cher, et le per­son­nel a eu plu­sieurs idées pour at­teindre son ob­jec­tif.

D’abord, des billets sont en vente au cout de 2 $ et offrent la chance de ga­gner des cer­ti­fi­cats-ca­deaux d’une va­leur de 50 $ à 100 $ chez dif­fé­rents com­man­di­taires. Le ti­rage s’ef­fec­tue­ra au mois d’oc­tobre pro­chain, lors d’un sou­per spa­ghet­ti qui ser­vi­ra aus­si de moyen de fi­nan­ce­ment.

« J’ai du per­son­nel très dy­na­mique qui s’in­ves­tit beau­coup. Les édu­ca­trices ont un lien d’ap­par­te­nance très fort au centre, et elles or­ga­nisent toutes sortes de choses. Ce n’est pas en­vi­sa­geable de ne pas avoir un bloc psy­cho­mo­teur », sou­tient Mme For­tin.

Comme grosse ac­ti­vi­té de fi­nan­ce­ment, le per­son­nel a dé­ci­dé de faire une mé­ga vente de ga­rage qui se dé­rou­le­ra en sep­tembre pro­chain. Pour l’oc­ca­sion, le CPE re­cueille les dons et les ob­jets que les ci­toyens sou­haitent se dé­par­tir. Il y au­ra éga­le­ment de l’ani­ma­tion, de la vente de hot-dog et du ma­quillage pour les en­fants.

Le nou­veau bloc psy­cho­mo­teur dé­pend donc uni­que­ment des le­vées de fonds qu’or­ga­nise le CPE. Si tous les moyens de fi­nan­ce­ment sont ef­fi­caces, les en­fants pour­ront jouer dans leur nou­velle struc­ture à comp­ter du prin­temps pro­chain.

(Pho­to TC Me­dia- Joanie Do­ré.)

Le bloc psy­cho­mo­teur ac­tuel date de plus de 20 ans. Sur la pho­to, on peut voir qu’il n’est plus fonc­tion­nel, et qu’il est dé­la­bré.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.