La route bleue du Haut-Saint-Laurent : l’éco­tou­risme à son meilleur

Bien­tôt, elle de­vrait de­ve­nir réa­li­té

L'Etoile - - ENVIRONNEMENT - PAR MARIE-JA­CINTHE RO­BERGE mj­ro­berge@heb­dos­du­su­roit.com

Jeu­di der­nier, en confé­rence de presse, le Co­mi­té Zone d’in­ter­ven­tion prio­ri­taire (ZIP) du Haut-Saint-Laurent don­nait les ré­sul­tats de l’étude de fai­sa­bi­li­té d’une route bleue dans le Haut-Saint-Laurent. Les conclu­sions montrent que la ré­gion pour­rait bien­tôt jouir d’un pro­duit éco­tou­ris­tique de grande va­leur.

S’ins­cri­vant dans le vaste pro­jet du Sen­tier ma­ri­time du Saint-Laurent, com­pre­nant plus de 2500 km de rives, les routes bleues du Qué­bec sont des tra­cés ré­gio­naux pro­po­sés aux plai­san­ciers pour par­cou­rir les rives de notre ma­gni­fique fleuve. Cha­cune d’elles sug­gère au pas­sage des ar­rêts et ser­vices per­met­tant la dé­cou­verte de sites tou­ris­tiques, tout en pro­té­geant les mi­lieux fra­giles. Elles com­prennent toutes un ré­per­toire de cartes pro­po­sant no­tam­ment des ac­cès de mise à l’eau, des abris d’ur­gence et des ser­vices d’hé­ber­ge­ment et de res­tau­ra­tion, tous illus­trés par des pic­to­grammes.

Des­ti­nées sur­tout aux ama­teurs de kayak et de ca­not, les routes bleues, im­plan­tées dans quatre ré­gions du Qué­bec, s’har­mo­nisent entre elles. Cinq autres pro­jets de route bleue sont ac­tuel­le­ment en cours, dont ce­lui du Haut-Saint-Laurent.

Le Sen­tier ma­ri­time du Saint-Laurent vise à fa­vo­ri­ser l’ac­cès au fleuve et une meilleure co­ha­bi­ta­tion entre les pro­prié­taires ri­ve­rains et les usa­gers du monde aqua­tique, tout en as­su­rant une pro­tec­tion op­ti­male des mi­lieux hu­mides. Ce sont là les bases de l’éco­tou­risme, forme de tou­risme en forte crois­sance.

Pour Denis Bro­chu, di­rec­teur gé­né­ral de Tou­risme Su­roît, la concré­ti­sa­tion de la route bleue du HautSaint-Laurent se­rait un atout im­por­tant pour la ré­gion. « Ce­la s’ins­crit par­fai­te­ment dans la pro­mo­tion que nous fai­sons de la Val­lée-duHaut-Saint-Laurent et de son re­mar­quable axe de ca­naux. Ce se­ra sans au­cun doute un atout sup­plé­men­taire pour vendre notre ré­gion et en ren­for­cer l’image au Qué­bec », se ré­jouit-il. Le tra­cé pro­vi­soire de la route bleue du Haut-Saint-Laurent pro­pose un cir­cuit d’en­vi­ron 100 km de rives à dé­cou­vrir.

Em­bûches à l’éco­tou­risme?

Mal­gré des tron­çons plus pro­blé­ma­tiques, no­tam­ment les bar­rages d’Hy­dro-Qué­bec, le ca­nal de Sou­langes et la tra­ver­sée de la voie ma­ri­time du Saint-Laurent, les pro­mo­teurs du pro­jet gardent espoir d’ou­vrir ces en­claves, qui l’em­pêchent de se joindre au Sen­tier ma­ri­time du Saint-Laurent. Mal­gré ces em­bûches, Denis Bro­chu y voit une belle oc­ca­sion de dé­ve­lop­pe­ment de l’éco­tou­risme. « Rares sont les gens qui font les 100 km de cir­cuit en une seule jour­née. Ces points d’ar­rêt, et même de por­tage, ne se­raient pas un frein à la pra­tique du ca­not ou du kayak chez nous », es­time-t-il.

Les routes bleues doivent pro­po­ser des ar­rêts d’ur­gence à tous les 5 km ou moins et des sites d’hé­ber­ge­ment à tous les 15 à 20 km. Pour l’es­sen­tiel, la route bleue du Haut-Saint-Laurent ré­pond à ces exi­gences. Ce qu’elle pro­pose aux tou­ristes est donc tout à fait conforme aux normes, en­claves ou pas.

Ré­flexion bé­né­fique

Par ailleurs, pour ce­lui qui tra­vaille de­puis des an­nées à faire va­loir l’om­ni­pré­sence de l’eau dans le Su­roît, l’en­semble des dé­marches en­tre­prises par le Co­mi­té ZIP du HautSaint-Laurent en­traîne une ré­flexion bé­né­fique. « Ce­la pousse les gens à s’in­ter­ro­ger sur le fa­meux en­jeu d’ac­cès aux plans d’eau; j’en suis content. Ce­pen­dant, on se rend compte qu’on part de très loin. Beau­coup de mu­ni­ci­pa­li­tés ri­ve­raines ne pos­sèdent même pas de ter­rains pu­blics pour per­mettre l’ac­cès à l’eau. Avant, ce­la n’était pas une prio­ri­té. Au­jourd’hui, les élus y sont sen­si­bi­li­sés, mais il faut main­te­nant avoir les fonds né­ces­saires pour se por­ter ac­qué­reur d’un ter­rain ri­ve­rain et le rendre ac­ces­sible au grand pu­blic », ex­plique Denis Bro­chu, néan­moins fort en­cou­ra­gé pour la suite des choses.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.