Joueurs de horse-ball re­cher­chés

Pré­sent de­puis en­vi­ron sept ans au Qué­bec, le horse-ball pour­rait être en nette pro­gres­sion à Saint-La­zare, ca­pi­tale qué­bé­coise des che­vaux, en 2010.

L'Etoile - - SPORTS - PAR STÉ­PHANE FOR­TIER sfor­tier@heb­dos­du­su­roit.com

Si on a of­fert des dé­mons­tra­tions de cette dis­ci­pline équestre à Saint-La­zare au cours des der­nières an­nées, no­tam­ment au Fes­ti­val équestre, on sou­hai­te­main­te­nant créer une ligue.

D’abord, il convient d’ex­pli­quer ce qu’est le horse-ball, adap­té du pa­to ar­gen­tin. Il s’agit d’un sport d’équipe où les ca­va­liers se dis­putent un bal­lon mu­ni de six sangles, pour mar­quer des buts dans le fi­let ad­verse. Très po­pu­laire en Eu­rope, en France no­tam­ment, cette dis­ci­pline met aux prises deux équipes de quatre ca­va­liers et deux rem­pla­çants. Chaque équipe compte six che­vaux, dont le rôle est fon­da­men­tal. Les rem­pla­ce­ments, il­li­mi­tés, s’ef­fec­tuent lors des ar­rêts de jeu. La gros­seur du bal­lon va­rie se­lon la ca­té­go­rie des joueurs.

Six matchs par an­née

Émi­lie Bon­nar­deaux es­time que la ligue de horse-ball de Saint-La­zare peut comp­ter sur une bonne base de joueurs, mais qu’il en manque en­core beau­coup. « Le horse-ball gran­dit dans notre ré­gion, et les Jeux équestres mon­diaux fe­ront en sorte que plu­sieurs joueurs de la ré­gion concour­ront sur le plan in­ter­na­tio­nal. Nous avons donc be­soin de plus de joueurs », in­dique-t-elle.

Tous les adeptes d’équi­ta­tion peuvent-ils jouer au horse-ball? Avec n’im­porte quel che­val? « La race et la gran­deur du che­val im­portent peu. L’im­por­tant est que le che­val se com­porte bien avec les autres che­vaux. Il doit être ha­bi­tué à cou­rir avec des che­vaux et être ca­pable d’ac­cep­ter un peu de bous­cu­lade. Évi­dem­ment, il ne doit pas avoir peur du bal­lon. À cet ef­fet, nous dé­sen­si­bi­li­sons les che­vaux au préa­lable. Tous les types de ca­va­liers peuvent jouer au horse-ball, même le dé­bu­tant, pour au­tant que le ca­va­lier soit ca­pable de ga­lo­per et de trot­ter confor­ta­ble­ment… Et il n’y a pas d’âge pour jouer au horse-ball. Notre plus jeune joueur a six ans et de­mi et notre plus vieux a 67 ans », ex­plique Émi­lie Bon­nar­deaux, qui pré­voit dis­pu­ter en­vi­ron six matchs à Saint-La­zare.

Les per­sonnes qui dé­si­rent jouer au hor­se­ball doivent com­mu­ni­quer avec Émi­lie Bon­nar­deaux au 450 458-7303.

PHOTOTHÈQUE

Le horse-ball est un sport équestre qui se joue en équipe.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.