Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field ex­pé­ri­mente la ga­zéi­fi­ca­tion

Pro­jet unique au Ca­na­da de ges­tion des ma­tières ré­si­duelles

L'Etoile - - ACTUALITÉ - JOUR­NA­LISTE mj­ro­berge@heb­dos­du­su­roit.com

À la suite d’un oc­troi du Fonds mu­ni­ci­pal vert (FMV), la Ville an­non­çait la se­maine der­nière le dé­but d’es­sais sur le ter­rain d’un pro­jet no­va­teur de ga­zéi­fi­ca­tion des ma­tières ré­si­duelles.

En par­te­na­riat avec l’en­tre­prise amé­ri­caine Glo­bal Clean Ener­gy inc. (GCEI), Sa­la­ber­ryde-Val­ley­field es­père de­ve­nir la pre­mière ville de moyenne di­men­sion à ga­zéi­fier ses ma­tières ré­si­duelles et ses re­buts in­dus­triels grâce au nou­veau pro­cé­dé de GCEI. À la fin du pro­ces­sus, la Ville pour­rait re­cueillir des quan­ti­tés consi­dé­rables (jus­qu’à 45 000 litres) de gaz syn­thé­tiques et de bio­dié­sel afin d’ali­men­ter bon nombre de vé­hi­cules mu­ni­ci­paux et de four­nir du ma­zout à plu­sieurs ins­tal­la­tions. Aus­si, elle ré­dui­rait de fa­çon consi­dé­rable la quan­ti­té de dé­chets en­fouis et, du coup, les frais de trans­port de ces ma­tières. Pour le maire Denis La­pointe, in­gé­nieur en en­vi­ron­ne­ment, ce pro­jet est en­thou­sias­mant. « Les tech­no­lo­gies de l’en­vi­ron­ne­mentme pas­sionnent, et je suis fier que nous met­tions en place des es­sais sur le ter­rain qui per­met­tront de ré­duire les coûts sans cesse crois­sants d’en­fouis­se­ment des ma­tières ré­si­duelles et per­met­tront des éco­no­mies d’éner­gie à la Ville », a-t-il ex­pri­mé.

Nou­velle tech­no­lo­gie

Pour les au­to­ri­tés mu­ni­ci­pales, la réa­li­sa- tion de la ga­zéi­fi­ca­tion per­met­trait en ef­fet de grandes éco­no­mies, as­su­rant plus de sta­bi­li­té sur le plan de la taxa­tion aux ci­toyens. Par-des­sus tout, l’équi­pe­mu­ni­ci­pale se ré­jouit que le pro­ces­sus de GCEI soit plus éco­lo­gique que la tech­no­lo­gie de ga­zéi­fi­ca­tion ac­tuel­le­ment uti­li­sée dans le monde. « Tout d’abord, GCEI amis au point des sys­tèmes pour les villes de plus pe­tites di­men­sions, ce qui consti­tue une in­ven­tion en soi. De plus, l’en­tre­prise a mis au point une tech­no­lo­gie qui ré­pond beau­coup mieux aux exi­gences en­vi­ron­ne­men­tales en gé­né­rant beau­coup moins de gaz à ef­fet de serre », pré­cise Denis La­pointe.

Pro­cé­dé plus éco­lo­gique

En ef­fet, GCEI a éla­bo­ré un sys­tème de recyclage des dé­chets à base de car­bone qui uti­lise la va­peur à haute pres­sion et à haute tem­pé­ra­ture dans un ré­ac­teur sans oxy­gène. Ce pro­cé­dé, à la fois chi­mique et mé­ca­nique, est sans in­ci­dence sur l’en­vi­ron­ne­ment, con­trai­re­ment aux sys­tèmes ac­tuels, qui visent sur­tout à ré­duire les quan­ti­tés de ma­tières à en­fouir. Cette nou­velle tech­no­lo­gie per­met éga­le­ment de ré­duire plus ra­pi­de­ment les ma­tières à base de car­bone afin de pro­duire des gaz de syn­thèse fa­ci­le­ment trans­for­mables en com­bus­tible ou en éner­gie, se­lon les be­soins. « Ce­la ré­pond par­fai­te­ment au Plan d’ac­tion en dé­ve­lop­pe­ment du­rable et en­vi­ron­ne­ment dont s’est do­tée la Ville, a dit le maire. Je crois que ce pro­jet au­ra un im­pact so­cial et amé­lio­re­ra la qua­li­té de vie », a-t-il si­gni­fié, vi­si­ble­ment fier. Il ajoute que ce pro­jet s’ins­crit dans la dé­marche de Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field de créer un vé­ri­table centre d’at­trac­tion pour les en­tre­prises en tech­no­lo­gies vertes et en recyclage.

Choix évident

Se­lon Ken­neth S. Adess­ky, di­rec­teur fi­nan­cier et co­fon­da­teur de GCEI, le choix de Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field pour les es­sais cli­niques était évident. « L’équipe ici re­pré­sente pour nous le par­te­naire idéal. Avec sa vi­sion d’ave­nir et l’ac­cueil qu’elle nous a ré­ser­vé, nous pour­rons faire une dif­fé­rence et nous im­po­ser comme lea­der mon­dial des sys­tèmes de ga­zéi­fi­ca­tion de plus pe­tite di­men­sion. » De son cô­té, Jean-Pierre Fré­chette, di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment des af­faires de GCEI, a ajou­té que Sa­la­ber­ry-deVal­ley­field, par sa di­men­sion, sa proxi­mi­té de Mon­tréal, de l’On­ta­rio et des États-Unis et ses voies d’ac­cès était un choix tout à fait na­tu­rel pour l’en­tre­prise. À terme, le par­te­na­riat éta­bli entre la Ville et l’en­tre­prise de­vrait per­mettre à Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field de voir ap­pa­raître sur son ter­ri­toire une usine de fa­bri­ca­tion de la tech­no­lo­gie ac­tuel­le­ment à l’es­sai.

Re­tom­bées ma­jeures

Pour le mo­ment, les es­sais sur le ter­rain per­met­tront en pre­mier lieu de va­li­der et d’ajus­ter le pro­cé­dé de Glo­bal Clean Ener­gy, de pair avec des cher­cheurs de Cas­cades Ca­na­da inc. et de l’Uni­ver­si­té Con­cor­dia. Sur la base de ré­sul­tats concluants, et dans une phase sub­sé­quente, la ga­zéi­fi­ca­tion des ma­tières ré­si­duelles de­vrait per­mettre de dé­tour­ner de l’en­fouis­se­ment plus de 12 500 tonnes mé­triques an­nuel­le­ment pro­duites dans la ca­pi­tale du Su­roît. À la suite des es­sais, dont la du­rée est es­ti­mée à 18 mois, la mise en place d’un centre de tri ré­gio­nal et d’une usine de ga­zéi­fi­ca­tion de­vrait per­mettre de trai­ter de 30 000 à 50 000 tonnes mé­triques de ma­tières ré­si­duelles par an. Cette usine pour­rait des­ser­vir laMRC de Beau­har­nois-Sa­la­ber­ry en en­tier et même tout le Su­roît. Fi­na­le­ment, d’ici quelques an­nées, Sa­la­ber­ry-deVal­ley­field pour­rait être l’hôte d’une usine de fa­bri­ca­tion de ga­zéi­fi­ca­teurs qui pour­rait créer jus­qu’à 75 em­plois.

PHOTO DA­NIEL CUILLERIER

Mes­sieurs Adess­ky, La­pointe et Fré­chette se sont fait un plai­sir d’ex­pli­quer les étapes du pro­jet d’es­sais sur le ter­rain pour la ga­zéi­fi­ca­tion des dé­chets à Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.