Un Noël vert

L'Etoile - - ENVIRONNEMENT - PAR ELI­ZA­BETH CA­RON eca­ron@heb­dos­du­su­roit.com

C’est main­te­nant une tra­di­tion. À la veille des fêtes, les or­ga­nismes éco­lo­giques y vont de leurs sug­ges­tions vertes afin d’as­su­rer un Noël res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment.

La cam­pagne Joyeux Écho-Noël d’Écho­fête se veut une ma­nière de fê­ter Noël tra­di­tion­nel­le­ment avec une touche de conscien­ti­sa­tion et de va­leurs so­ciales et en­vi­ron­ne­men­tales. Voi­ci ses re­com­man­da­tions.

• Évi­tez d’al­lu­mer les dé­co­ra­tions de Noël avant dé­cembre. Se­lon Écho-fête, les dé­co­ra­tions de Noël re­pré­sentent une sur­charge de 500 mé­ga­watts sur le ré­seau élec­trique. C’est l’équi­valent de 100 000 ré­si­dences fa­mi­liales. Pour ré­pondre à cette de­mande, il faut comp­ter sur le tiers de la cen­trale Ma­nic-5, soit 140 fois le pro­jet de bar­rage sur la ri­vière Trois-Pistoles (3,6 MW), ou en­core sur 300 éo­liennes.

• Uti­li­sez un sys­tème d’éclai­rage de Noël com­po­sé d’am­poules DEL. Elles uti­lisent jus­qu’à 90 % moins d’éner­gie et sont beau­coup plus du­rables.

• Ins­tal­lez une mi­nu­te­rie afin d’al­lu­mer les lu­mières de Noël de 17 h à mi­nuit.

• Réem­ployez l’an pro­chain les plus beaux papiers d’em­bal­lage re­çus cette an­née.

• Uti­li­sez de la vais­selle réuti­li­sable. Les as­siettes, verres et us­ten­siles je­tables sont une im­por­tante source de dé­chets et ne sont pas bio­dé­gra­dables.

• Ache­tez lo­ca­le­ment et en­cou­ra­gez les ar­ti­sans lo­caux. L’uti­li­sa­tion de com­bus­tible né­ces­saire au trans­port des mar­chan­dises consti­tue une part im­por­tante des émis­sions de gaz à ef­fet de serre.

• Pen­sez à ache­ter des ca­deaux pra­tiques, res­pon­sables et du­rables. Trop de ca­deaux ne se­ront que très peu uti­li- sés et se re­trou­ve­ront dans les sites d’en­fouis­se­ment.

• Ayez re­cours au co­voi­tu­rage, à Nez rouge ou au trans­port en com­mun.

Et le débat du sa­pin…

L’uti­li­sa­tion d’un arbre de Noël est un di­lemme : choi­sir un arbre ar­ti­fi­ciel ou un arbre na­tu­rel? Cha­cun de ces choix com­porte sa part de points né­ga­tifs. L’arbre na­tu­rel est culti­vé sur des terres pou­vant ser­vir à une agri­cul­ture beau­coup plus im­por­tante. Il prend plu­sieurs an­nées avant d’at­teindre sa ma­tu­ri­té et, une fois cou­pé, n’est uti­li­sé que pen­dant quelques se­maines. Tou­te­fois, du­rant sa crois­sance, pro­duit avec en­grais de syn­thèse et pes­ti­cides, il ab­sorbe et trans­forme les gaz à ef­fet de serre. Tou­te­fois, au­cun pro­duc­teur d’arbres de Noël qué­bé­cois n’offre un pro­duit FSC (Fo­rest Ste­ward­ship Coun­cil). Se­lon l’As­so­cia­tion des pro­duc­teurs d’arbres de Noël du Qué­bec, leur pro­duc­tion re­lève de l’agri­cul­ture, et non de l’ex­ploi­ta­tion fo­res­tière. La Suisse est l’un des rares pays of­frant de­puis quelques an­nées des arbres cer­ti­fiés.

La firme qué­bé­coise Él­lip­sos a fait pa­raître, en fé­vrier der­nier, un rap­port sur l’ana­lyse com­pa­ra­tive entre le cycle de vie de l’arbre ar­ti­fi­ciel et ce­lui de l’arbre na­tu­rel. Il ré­vèle que le sa­pin na­tu­rel est plus éco­lo­gique.

Le sa­pin ar­ti­fi­ciel est com­po­sé de pro­duits dé­ri­vés du pé­trole et n’est donc pas bio­dé­gra­dable. La du­rée de vie moyenne d’un arbre ar­ti­fi­ciel est d’en­vi­ron six ans, donc consi­dé­ra­ble­ment né­faste pour l’en­vi­ron­ne­ment.

Tou­jours se­lon Él­lip­sos, il fau­drait conser­ver un arbre ar­ti­fi­ciel 20 ans pour équi­va­loir l’arbre na­tu­rel. En­fin, le choix d’ac­qué­rir un arbre pou­vant être re­plan­té à l’ex­té­rieur au prin­temps est une so­lu­tion pro­fi­table à court et à long terme.

PHOTO DA­NIEL CUILLERIER

Les ven­deurs d’arbres na­tu­rels sont de plus en plus nom­breux. À Vau­dreuilDo­rion, le consom­ma­teur peut choi­sir non seule­ment la taille, mais éga­le­ment l’essence de son arbre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.