Le plus vieil or­ga­nisme de Saint-La­zare

Cercle de Fer­mières

L'Etoile - - IMMOCONSTRUCTION - PAR STÉ­PHANE FOR­TIER sfor­tier@heb­dos­du­su­roit.com

Le Cercle de Fer­mières de SaintLa­zare est à la croi­sée des che­mins avec 34 membres et une re­lève de plus en plus rare.

Ce pre­mier or­ga­nisme du genre à SaintLa­zare a vu le jour le 8 juin 1943. Il fête donc cette an­née son 67e an­ni­ver­saire.

Avec 33 membres au dé­part, de 1970 à 1978 il en comp­tait 105 : un som­met dans l’his­toire du Cercle. « Il faut dire qu’à l’époque, le Club de l’Âge d’or n’exis­tait pas en­core », in­dique Yvette Ber­nat­chez, pré­si­dente de l’époque.

Les Fer­mières ont conser­vé toutes les archives du temps. On y re­lève no­tam­ment, sur une page jau­nie, l’achat d’un mé­tier à tis­ser en 1944. L’or­ga­nisme en a d’ailleurs fait don au Mu­sée ré­gio­nal de Vau­dreuilSou­langes.

À l’époque, les Fer­mières, très re­li­gieuses, de­man­daient la bé­né­dic­tion du cu­ré en dé­but d’an­née.

Manque d’es­pace

Le re­port du pro­jet de troi­sième « condo » par le con­seil mu­ni­ci­pal de Saint-La­zare fait mal aux Fer­mières.

« En n’ayant pas de lo­cal adé­quat, on ne peut rem­plir plei­ne­ment la mis­sion tra­di­tion­nelle des Fer­mières, soit of­frir des cours de tis­sage et de cou­ture. L’es­pace ne nous per­met pas de ranger l’équi­pe­ment né­ces­saire, d’ex­pli­quer la pré­si­dente Louise Mar­tel. Nous avons un lo­cal au centre com­mu­nau­taire. Nous dis­po­sons d’ar­moires, mais nous n’avons pas l’es­pace pour des mé­tiers à tis­ser, par exemple. Et c’est l’une des rai­sons du manque d’in­té­rêt des jeunes pour notre or­ga­nisme. Non seule­ment le re­cru­te­ment est dif­fi­cile, mais il est aus­si ar­du de gar­der nos membres. Ce que les Fer­mières veulent, c’est ap­prendre à tis­ser, à coudre, à cro­che­ter et à peindre. »

La plus jeune Fer­mière est dans la tren- taine, ce que Mme Mar­tel dé­plore, d’au­tant plus que la Ville tient compte du nombre de membres pour dé­ter­mi­ner le mon­tant de son aide fi­nan­cière. Ain­si, le Cercle re­çoit seule­ment 150 $ par an­née.

Tra­di­tions

Au fil des ans, le Cercle de Fer­mières de Saint-La­zare a connu quelques grands mo­ments : son 30e an­ni­ver­saire, en 1973, avec une dis­tinc­tion pour son exposition cu­li­naire, le con­seil ré­gio­nal au centre com­mu­nau­taire il y a cinq ans et de nom­breuses ex­po­si­tions de­puis 1943.

Cet or­ga­nisme offre bien plus que des cours de tis­sage ou de cou­ture. En ef­fet, il est aus­si une oeuvre cha­ri­table, ve­nant no­tam­ment en aide à l’or­ga­nisme OLO, qui sou­tient de jeunes ma­mans dé­mu­nies. Ses membres confec­tionnent des pièces de bro­de­rie et de tri­cot, dont des cou­ver­tures de bé­bé, qu’elles re­mettent à des hô­pi­taux. « Il est im­por­tant de gar­der nos tra­di­tions bien en vie », sou­ligne Mme Mar­tel.

Les femmes qui dé­si­rent s’ins­crire au Cercle de Fer­mières de Saint-La­zare doivent com­mu­ni­quer avec Louise Mar­tel au 450 4242530, Pa­tri­cia Forget au 450 455-8666 ou en­core Yvette Ber­nat­chez au 450 455-2120.

Les Fer­mières sont pré­sentes au Qué­bec de­puis 95 ans.

PHOTO PAS­CALE LÉ­VESQUE

Louise Mar­tel, pré­si­dente, Pa­tri­cia Forget, vice-pré­si­dente, Yvette Ber­nat­chez, membre de­puis 51 ans, et De­nise La­londe, se­cré­taire et membre de­puis 29 ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.