Vivre dans une école sur­peu­plée

L'école Pierre-El­liott-Tru­deau dé­borde, mais gère le chaos

L'Etoile - - NOUVELLES RÉGIONALES -

VAU­DREUIL-DO­RION — Les en­sei­gnants et la di­rec­tion de l'école Pier­reEl­liott-Tru­deau (PET) doivent faire preuve de créa­ti­vi­té pour gé­rer leur école, bon­dée. Ils ont uti­li­sé chaque cen­ti­mètre car­ré, re­con­fi­gu­ré des es­paces et même trans­for­mé des pla­cards en bu­reaux de spé­cia­listes.

Avec plus de 450 élèves sur une ca­pa­ci­té de 395, l'école est sur­peu­plée de­puis plu­sieurs an­nées. Dé­jà, plus de 75 jeunes sont ins­crits à la ma­ter­nelle l'an pro­chain. L'école Mount Plea­sant d'Hud­son ac­cueille deux classes de ma­ter­nelle. L'an pro­chain, elles se­ront trans­fé­rées à l'école PET, et les classes de cin­quième et de sixième an­née se­ront dé­mé­na­gées à l'école se­con­daire West­wood Ju­nior de Saint-La­zare. L'école, qui uti­lise des rou­lottes tem­po­raires, de­vra les re­ti­rer en 2011, à la de­mande de la Ville de Vau­dreuil-Do­rion. Des me­sures dans l'at­tente de la construc­tion d'une école qui tarde de­puis près de deux ans.

Néan­moins, élèves et en­sei­gnants ne vivent pas dans le chaos : le per­son­nel par­vient à en­sei­gner, les spé­cia­listes ont un coin bien à eux et les élèves ont tous un ca­sier et une classe.

« Nous ne re­mar­quons pas la sur­po­pu­la­tion, mais c'est un réel exer­cice de créa­ti­vi­té », ex­plique la di­rec­trice Col­leen Gal­ley lors d'une vi­site de l'école.

Après avoir ten­té en vain d'uti­li­ser les cor­ri­dors et la salle des en­sei­gnants pour des es­paces de tra­vail, le per­son­nel a trou­vé de nou­velles so­lu­tions. « Les spé­cia­listes et les jeunes man­quaient d'in­ti­mi­té, de tran­quilli­té » , in­dique la di­rec­trice. Ils ont donc trans­for­mé deux grands pla­cards en pe­tits bu­reaux.

L'école a épu­ré son ma­té­riel, no­tam­ment son sur­plus de chaises, et fait le mé­nage de son équi­pe­ment pour li­bé­rer de l'es­pace. Des lo­caux ré­ser­vés aux ca­siers ont aus­si été trans­for­més en pe­tites classes pour spé­cia­listes.

Les élèves doivent eux aus­si col­la­bo­rer à la bonne ges­tion de l'école. Après la ré­créa­tion, ils doivent se mettre en rang ra­pi­de­ment, en plus de gar­der le si­lence dans les cor­ri­dors et de cir­cu­ler à droite. « De cette fa­çon, nous évi­tons le chaos », in­dique la di­rec­trice.

Si la si­tua­tion est cri­tique, ma­dame Gal­ley garde espoir : la nou­velle école désen­gor­ge­ra la sienne.

À l'école se­con­daire à 10 ans

Les élèves de cin­quième et de sixième an­née de­vront pas­ser un an à l'école se­con­daire. Les éco­lesWest­wood et PET ont tou­te­fois tout fait pour as­su­rer l'adap­ta­tion des élèves qui cô­toie­ront des pairs plus vieux.

Mar­di soir, les pa­rents des élèves qui fré­quen­te­ront l'école se­con­dai­reWest­wood Ju­nior l'an pro­chain en ont vi­si­té les classes. Ces élèves les vi­si­te­ront à leur tour le 12 mars. « Les pa­rents com­prennent la si­tua­tion. Nous al­lons tout faire pour as­su­rer une bonne tran­si­tion », in­dique la di­rec­trice.

Cinq classes dans un­même cor­ri­dor sont ré­ser­vées à ces jeunes. Les élèves com­men­ce­ront et ter­mi­ne­ront leurs classes une heure plus tard que les élèves du se­con­daire. De plus, leur heure du dî­ner se­ra dé­ca­lée. « Les élèves du pri­maire au­ront très ra­re­ment des contacts avec les jeunes du se­con­daire », dé­clare ma­dame Gal­ley, qui pro­met néan­moins de fa­vo­ri­ser un lien étroit avec les autres élèves de l'école. « Ils font en­core par­tie de la­com­mu­nau­téde l'éco­lePET. Cen'est pas le bâ­ti­ment qui crée une com­mu­nau­té sco­laire, ce sont les élèves. »

Reste le pro­blème de l'uti­li­sa­tion des gym­nases. Les élèves du pri­maire uti­li­se­ront pro­ba­ble­ment les gym­nases pen­dant leur der­nière heure de cours pour ne pas nuire aux cours d'édu­ca­tion phy­sique au se­con­daire. Par contre, les élèves du se­con­daire risquent de perdre une heure d'ac­ti­vi­tés pa­ra­sco­laires.

La di­rec­trice ajoute que cette co­ha­bi­ta­tion per­met­tra les échanges entre élèves, no­tam­ment le men­to­rat et le tu­to­rat. « Lors de la construc­tion de l'école PET, des élèves du pri­maire ont fré­quen­té l'école se­con­daire Macdo­nald. Les en­sei­gnants ont dit que c'était l'une de leurs­meilleures an­nées d'en­sei­gne­ment », conclut-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.