Marc Bou­dreau se­ra en­core plus pré­sent

Can­di­dat conser­va­teur dans Vau­dreuil-Sou­langes

L'Etoile - - LA UNE - YANICK MI­CHAUD JOUR­NA­LISTE ymi­chaud@heb­dos­du­su­roit.com

Le par­ti au pou­voir

Marc Bou­dreau, ori­gi­naire de L’Île-Per­rot, en­tend être de plus en plus pré­sent sur la scène mé­dia­tique au cours des pro­chaines se­maines.

« Nous nous pré­pa­rons à te­nir des ac­ti­vi­tés de vi­si­bi­li­té sous peu. Les gens vont me voir et ap­prendre àme connaître », an­nonce cet avo­cat qui a em­bras­sé la vie po­li­tique il y a de nom­breuses an­nées.

« J’oc­cupe un rôle par­ti­cu­lier au Qué­bec au sein du Par­ti conser­va­teur, pré­cise-t-il lors d’une en­tre­vue ac­cor­dée à Do­rion. Je suis un peu comme le lea­der pro­gres­siste ayant pour mis­sion de mettre à l’avant-plan cette fa­cette du par­ti. » Et d’ajou­ter : « Je suis un gars qui a tou­jours été fier d’être Qué­bé­cois. Ma fibre est là avant tout et nous de­vons en te­nir compte. Je suis dé­çu des der­nières élec­tions. En 2008, la cam­pagne n’a pas été faite en te­nant compte du Qué­bec. Il est im­por­tant de re­prendre notre place ». C’est ce que pense cet homme qui a fré­quen­té l’école de la Ci­té-des-Jeunes il y a un peu plus de vingt ans.

Marc Bou­dreau s’est cou­pé de l’en­tou­rage du Bloc qué­bé­cois lors­qu’il a com­pris cer­taines choses. « Je me suis re­ti­ré du Bloc parce que pen­dant qu’on en­voie des gens de ce par­ti à Ottawa, les autres prennent des dé­ci­sions pour nous, ex­plique-t-il. Le Bloc est li­mi­té et il le se­ra tou­jours. Je veux que nous pre­nions notre place. Et je veux que Vau­dreuil-Sou­langes prenne sa place main­te­nant dans l’équipe conser­va­trice. Je suis un gars d’équipe et nous de­vons avan­cer main­te­nant. » Ce po­li­ti­cien, éga­le­ment père de fa­mille, est pour le moins dé­ter­mi­né.

Bou­dreau a ob­te­nu un man­dat im­por­tant en mai 2009 quand il a or­ga­ni­sé un congrès conser­va­teur à grand dé­ploie­ment. Il a réus­si cet exer­cice avec men­tion. « C’était un gros dé­fi et nous l’avons re­le­vé avec brio. J’ai choi­si d’être dans l’ac­tion, sur la glace et nous de­vons avoir des gens avec nous. Nous de­vons en­voyer des re­pré­sen­tants du Qué­bec à Ottawa et je tra­vaille beau­coup là-des­sus. Je fais du gros tra­vail à l’échelle pro­vin­ciale. L’aile pro­gres­siste s’ins­talle et bien­tôt les Qué­bé­cois s’iden­ti­fie­ront. Le but est que l’on penne notre place », lance ce fé­ru d’his­toire pas­sion­né par la Se­conde Guerre mon­diale et par la vie de Na­po­léon Bo­na­parte.

Sur le ter­rain

Bien­tôt Marc Bou­dreau se­ra sur le ter­rain. Il se­ra fier de ren­con­trer les gens et de pré­sen­ter son équipe. « Je suis un fon­ceur, re­con­naît-il. J’ai de l’am­bi­tion et les gens vont s’en rendre compte. Parce que je par­le­rai avec eux. Je ren­con­tre­rai les gens et ils se sen­ti­ront res­pec­tés. Je parle d’égal à égal avec les gens. Je suis un gars qui a fait son che­min lui-même et qui sait d’où il vient. Je n’ou­blie pas ça. »

Quant à l’équipe qui l’en­tou­re­ra au cours de la pro­chaine cam­pagne, il fe­ra le point lors de l’assemblée gé­né­rale du par­ti dans la ré­gion, pré­vue vers avril. « Je vais voir, mais nous al­lons re­nou­ve­ler une par­tie de l’équipe, dé­clare Bou­dreau. Il y a des gens qui vont res­ter, mais il y a aus­si de nou­veaux ve­nus qui vont se gref­fer à nous. Nous al­lons avoir une équipe forte. Parce que je sens que j’ai l’ap­pui du Par­ti et que nous avons des choses à ac­com­plir. » Bou­dreau a plus d’une corde à son arc. N’est-il pas adepte de plon­gée sous-ma­rine?

« Le com­té de Vau­dreuil-Sou­langes au­rait tout un pou­voir s’il était conser­va­teur, pré­cise-t-il. Ce ne se­ra pas fa­cile, mais c’est pos­sible de le faire. Et je crois que nous se­rons le pre­mier com­té à pas­ser aux­mains des conser­va­teurs au­tour de Mon­tréal. Après quoi, le Qué­bec au­ra la chance d’être au pou­voir », af­firme Bou­dreau dont le che­val de ba­taille se­ra sur­tout l’aide à la jeu­nesse. « C’est l’une de mes pré­oc­cu­pa­tions ma­jeures. J’ai re­çu de l’aide quand j’étais jeune et c’est gra­vé dans­ma­mé­moire. C’est ce qui m’a per­mis d’at­teindre cer­tains de mes ob­jec­tifs », conclut-il. Marc Bou­dreau a te­nu son in­ves­ti­ture en sep­tembre 2009 au Châ­teau Vau­dreuil.

Marc Bou­dreau a l’in­ten­tion de se faire mieux connaître des Vau­dreuil-Sou­lan­geois au cours des pro­chaines se­maines, les ren­con­trer et dis­cu­ter de leurs pré­oc­cu­pa­tions.

Marc Bou­dreau, le choix des conser­va­teurs dans Vau­dreuil-Sou­langes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.