« Des che­vaux sai­sis sont de re­tour à Saint-La­zare »

Ar­ticle

L'Etoile - - C’EST MON OPINION -

Il n’y a pas que les lois qui soient désuètes ou car­ré­ment inap­pli­cables. Les po­li­ciers en gé­né­ral ne connaissent rien aux ani­maux ou ont peur de se faire ri­di­cu­li­ser par les confrères au poste s’ils montrent un peu trop de com­pas­sion. C’est tou­jours l’ani­mal qui paie et par­fois dans de grandes souf­frances, voire la mort. La cruau­té en­vers les ani­maux mène à la cruau­té en­vers les hu­mains, c’est prou­vé, mais les hu­mains n’ont pas plus de pro­tec­tion de la part de nos po­li­ciers. Il faut at­tendre que l’ani­mal soit­mort, que le­mal soit fait pour por­ter plainte. Com­bien de fois une­fem­mea-t-el­le­de­man­déde l’aide etde la pro­tec­tion pour fi­na­le­ment être as­sas­si­née par un conjoint ja­loux? Il n’y avait per­sonne pour la pro­té­ger. Est-ce la peur ou la pa­resse qui fait que les po­li­ciers et les pro­cu­reurs de la Cou­ronne ne veulent ja­mais por­ter plainte dans des cas fla­grants? Po­ser la ques­tion, c’est y ré­pondre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.