Dis­pa­ri­tés pour les règles de l’as­su­rance-em­ploi

Mei­li­Faille dé­crie les ini­qui­té­sen­treles tra­vailleurs

L'Etoile - - ACTUALITÉ - (M.M.H.)

Le bud­get fé­dé­ral des conser­va­teurs omet plu­sieurs re­ven­di­ca­tions du Bloc qué­bé­cois pour les tra­vailleurs, in­dique la dé­pu­tée Mei­li Faille.

Lors de sa tour­née pré­bud­gé­taire dans le com­té, la dé­pu­tée de Vau­dreuil-Sou­langes a pris le pouls de la si­tua­tion des tra­vailleurs. Une qua­ran­taine de per­sonnes ont as­sis­té à sa der­nière ren­contre à Vau­dreuil-Do­rion por­tant sur l’as­su­rance-em­ploi. Une soi­rée qui a per­mis de bros­ser un por­trait du chô­mage dans la ré­gion et des pro­blé­ma­tiques des tra­vailleurs.

Le dé­pu­té de Cham­bly-Bor­duas et por­te­pa­role du Bloc Qué­bé­cois en ma­tière de Res­sources hu­maines et Dé­ve­lop­pe­ment so­cial, Yves Les­sard, ac­com­pa­gnait alors Mme Faille.

Ils ont ex­pri­mé leur mé­con­ten­te­ment en ce qui a trait aux la­cunes de l’as­su­ran­ceem­ploi. « Il faut une re­fonte et une bo­ni­fi­ca­tion de la Loi sur l’as­su­rance-em­ploi, ont-ils dé­cla­ré. Avec le temps, le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral a créé un­monstre àmille têtes : une loi com­plexe far­cie d’ex­cep­tions et de me­sures ad­mi­nis­tra­tives à du­rée li­mi­tée. »

Co­mi­té Chô­mage du Su­roît

France Tur­cotte, du Co­mi­té Chô­mage du Su­roît, a té­moi­gné de l’ur­gence d’ai­der les per­sonnes désa­van­ta­gées par la Loi sur l’as­su­rance-em­ploi. Cette der­nière a ex­pli­qué la dis­pa­ri­té qui existe dans Vau­dreuilSou­langes au su­jet du nombre d’heures as­su­rables re­quises pour avoir droit aux pres­ta­tions ré­gu­lières. Le nombre d’heures à cet égard dé­pend de la lo­ca­li­té du chô­meur. En ef­fet, même si Vau­dreuil-Sou­langes fait par­tie de la Mon­té­ré­gie, les deux ré­gions n’ont pas les mêmes condi­tions d’ad­mis­si­bi­li­té pour l’as­su­rance-em­ploi.

Par exemple, un ci­toyen de Saint-Zo­tique sou­mis aux cri­tères de la Mon­té­ré­gie doit ac­cu­mu­ler 665 heures pour ob­te­nir l’as­su­ran­ceem­ploi, com­pa­ré à 560 heures pour un ci­toyen des Cèdres, sou­mis aux cri­tères de Mon­tréal. « Il est évident que la loi manque de sou­plesse et com­prend des règles qui ne tiennent pas compte de la réa­li­té des per­sonnes qui perdent leur em­ploi, a re­con­nu la dé­pu­tée. Comment ex­pli­quer à deux em­ployés de la même en­tre­prise qui per­dront leur em­ploi que l’un au­ra des pres­ta­tions et que l’autre n’en re­ce­vra pas? »

La dé­pu­tée ajoute que le ré­gime d’as­su­rance-em­ploi ne pro­tège au­jourd’hui que 45% des tra­vailleurs. Mme Faille af­firme que 57 mil­liards de dol­lars ver­sés en co­ti­sa­tions à la caisse d’as­su­rance-em­ploi dé­tour­nés par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral n’ont ja­mais été rem­bour­sés. « La caisse d’as­su­rance-em­ploi de­vrait être un ou­til de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique plu­tôt qu’un ins­tru­ment ser­vant à pom­per l’ar­gent vers Ottawa », pense-t-elle. D’après la dé­pu­tée, un es­ti­mé de 2003 in­dique un manque à ga­gner an­nuel de 30 mil­lions de dol­lars pour la caisse d’as­su­rance-em­ploi sim­ple­ment pour Vau­dreuil-Sou­langes.

Manque de lo­ge­ments so­ciaux

Les fa­milles de Vau­dreuil-Sou­langes et les aî­nés ont éga­le­ment be­soin de lo­ge­ments à faible coût. Et Mei­li Faille de dé­crire la si­tua­tion en ces termes : « Il est trou­blant que de plus en plus de fa­milles doivent consa­crer plus de 60 % de leur re­ve­nu au paie­ment de leur lo­ge­ment. Les ef­fets de la di­mi­nu­tion du pou­voir d’achat et les dif­fi­cul­tés à joindre les deux bouts au quo­ti­dien sont une réa­li­té que vivent plu­sieurs ci­toyens de la ré­gion. En réa­li­té, au cours des der­nières an­nées, la ré­gion conti­nue d’ob­ser­ver la hausse de la fré­quen­ta­tion des banques ali­men­taires et plu­sieurs en­vi­sa­gent­même de cou­per dans ce qui est le plus es­sen­tiel, comme la nour­ri­ture et les mé­di­ca­ments. »

Les re­ven­di­ca­tions du Bloc Qué­bé­cois en ma­tière d’agri­cul­ture se­ront trai­tées plus lon­gue­ment dans la chro­nique Hec­tare par hec­tare dans le jour­nal Pre­mière Édi­tion du 13 mars.

Pour la jour­née des femmes

Pour sou­li­gner la Jour­née in­ter­na­tio­nale de la femme, Mei­li Faille lance ce­mes­sage à ses consoeurs : « Je suis plus que ja­mais sen­sible et in­quiète face à la si­tua­tion des femmes dans des col­lec­ti­vi­tés en­tières aux prises avec des conflits et de la vio­lence au quo­ti­dien ou en­core lors de ca­tas­trophes na­tu­relles. Ce sont là des contextes où les condi­tions de vie des femmes re­culent et se dé­té­riorent inexo­ra­ble­ment. Je pense aux nom­breux conflits ar­més qui sé­vissent dans le monde; je pense aus­si aux femmes du Chili, d’Haïti, d’Af­gha­nis­tan, sans oublier les femmes qui, tout près de nous, vivent de plein fouet les consé­quences de la crise éco­no­mique. Nous le sa­vons : de tout temps, les per­sonnes les plus tou­chées par les crises sont les femmes. J’in­vite les femmes à la so­li­da­ri­té dans le but d’unir nos forces et nos coeurs pour pour­suivre les luttes pion­nières et faire une dif­fé­rence dans les condi­tions de vie des femmes de par le monde, en stop­pant les po­li­tiques et les at­ti­tudes dé­vas­ta­trices à leur en­droit sur le plan du tra­vail, de la san­té et de la qua­li­té de vie. »

La dé­pu­téeMei­li Faille.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.