La ma­la­die du co­lum­na­ris dé­cryp­tée

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Le cher­cheur Gilles Cha­bot de l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal à Mon­tréal (UDMM) a ré­cem­ment dé­cryp­té la ma­la­die du co­lum­na­ris, ou­vrant la voie à l’éra­di­ca­tion de cette dé­fec­tuo­si­té im­mu­ni­taire.

En pré­sence de nom­breux di­gni­taires, dont le pro­fes­seurMi­chel Ale­vin, le Pointe-For­tu­nais Gilles Cha­bot a pré­sen­té, lun­di, le fruit d’une re­cherche en­ta­mée il y a près de 10 ans dans un lo­cal exi­gu aux quatre murs vi­trés de l’UDMM. Des­mil­liers d’heures de re­cherche et une in­ter­ven­tion ha­sar­deuse ont per­mis au cher­cheur de 45 ans de dé­cou­vrir avant les spé­cia­listes hon­grois la clé du mys­tère en­tou­rant le co­lum­na­ris, moins connu sous son nom­scien­ti­fique chon­dro­coc­cus co­lum­na­ris.

« Je ne pen­sais ja­mais per­cer le mys­tère de cette ma­la­die af­fli­geante. La sé­quelle neu­ro­lo­gique af­fec­tée par les ba­listes de la­ma­la­diem’a don­né l’idée de cher­cher du cô­té du dé­ri­vé de la thia­zo­li­di­ne­dione », a for­mu­lé le cher­cheur en­termes in­dé­co­dables.

Vul­ga­ri­ser la ma­la­die

Le pro­fes­seurMi­chel Ale­vin a pour sa part sou­li­gné le ca­rac­tère dé­vas­ta­teur de la bac­té­rie à l’ori­gine de l’af­fec­tion et l’im­por­tance de la dé­cou­verte de Gilles Cha­bot : « L’am­blyop­sis s’avère une bac­té­rie ex­trê­me­ment dan- ge­reuse. En ce sens, la dé­cou­verte de mon­sieur Cha­bot est d’une im­por­tance ca­pi­tale pour la com­pré­hen­sion de l’ho­plos­tète d’un éven­tuel re­mède. L’ho­plos­tète res­semble au sque­lette d’un re­mède, il est un peu le code à barres par le­quel nous pour­rons gué­rir les gens af­fec­tés. » Le co­lum­na­ris, une­ma­la­die s’at­ta­quant prin­ci­pa­le­ment à la glande cé­pha­lique, agit comme in­ter­cep­teur dans la trans­mis­sion des don­nées des or­ganes vi­taux au cer­veau. Outre un dé­ran­ge­ment neu­ro­lo­gique ir­ré­ver­sible dans le pire des cas, les ef­fets les plus connus du co­lum­na­ris ré­sident en l’ap­pa­ri­tion de lignes ou de taches grises sur le corps, par­ti­cu­liè­re­ment au­tour de la bouche, oùde la mousse se forme.

« Pour ce genre de ma­la­die, mes pa­tients ont tous connu une dé­rè­gle­men­ta­tion du sys­tème di­ges­tif, en­seigne pour sa part le doc­teur Mi­chel Che­vesne de l’ASM (As­so­cia­tion of Soups in theMilk). Il est plu­tôt rare qu’une per­sonne en meure. Mais les prin­ci­paux symp­tô­mes­re­viennent une fois l’an. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.