Consom­ma­tion et mal­veillance

Heure de la Terre

L'Etoile - - ENVIRONNEMENT - PAR ELI­ZA­BETH CA­RON eca­ron@heb­dos­du­su­roit.com

C’est si fa­cile, de trou­ver des ex­cuses pour ne pas par­ti­ci­per. Et en at­ten­dant, on consomme comme d’ha­bi­tude!

Si de nom­breux rap­ports fai­saient état d’une par­ti­ci­pa­tion mi­ti­gée à l’Heure de la Terre, par­ti­cu­liè­re­ment en Co­lom­bie-Bri­tan­nique et en On­ta­rio, l’évé­ne­ment s’est éten­du en­core cette an­née. Ain­si, le cé­lèbre « Q » d’Hy­droQué­bec, comme bien des icônes de Mon­tréal et de ses ban­lieues, est de­meu­ré éteint entre 20 h 30 et 21 h 30 sa­me­di. Mal­gré toutes les ex­cuses et les com­men­taires déso­bli­geants, la consom­ma­tion d’élec­tri­ci­té a été ré­duite, ne vous en dé­plaise.

C’est très fa­cile, de ne pas par­ti­ci­per au mou­ve­ment et de se ranger du cô­té de toutes ces per­sonnes qui dé­noncent l’évé­ne­ment comme une pure perte de temps sans ré­per­cus­sion réelle. Cer­tains sou­li­gne­ront vi­ve­ment leur non-par­ti­ci­pa­tion en dé­criant haut et fort tous ceux qui se servent de l’évé­ne­ment pour se don­ner bonne conscience!

Pour­tant, les ac­tions en­traînent une di­mi­nu­tion de la consom­ma­tion. En­core mieux, les dis­cus­sions s’animent, et le pro­chain geste d’al­lu­mer une lu­mière se­ra po­ten­tiel­le­ment me­su­ré et cons­cient. Comme quoi l’éner­gie, si fa­cile d’ac­cès sous nos doigts, prend un peu plus d’im­por­tance. Et la tem­pé­ra­ture du ther­mo­stat se­ra po­ten­tiel­le­ment abais­sée, en­traî­nant d'in­té­res­santes éco­no­mies d’éner­gie.

Même Hy­dro-Qué­bec ferme ses lu­mières

Ain­si, le « Q » était éteint pour cette heure fa­ti­dique. Il va de soi que l’ef­fort peut al­ler plus loin, pour tous, bien sûr. Ci­tons par exemple les ef­forts d’Hy­dro-Qué­bec et la mise en place, en 1991, d’un pro­gramme d’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique dans ses bâ­ti­ments ad­mi­nis tra tifs afin de ré­duire sa consom­ma­tion d’éner­gie. Des me­sures d’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique to­ta­li­sant 138,5 GWh, soit la consom­ma­tion an­nuelle de près de 5300 ré­si­dences chauf­fées à l’élec­tri­ci­té.

Toute l’an­née, dans la plu­part des im­meubles d’Hy­dro-Qué­bec, l’éclai - rage s’éteint au­to­ma­ti­que­ment vers 19 h ou 20 h. Il faut no­ter que 15 % de l’éclai­rage doit res­ter al­lu­mé en tout temps pour des rai­sons de sé­cu­ri­té et là où il y a de l’ac­ti­vi­té en per­ma­nence.

Hy­dro-Qué­bec s’est éga­le­ment en­ga­gée à ré­duire de 10 % les émis­sions de gaz à ef­fet de serre de son parc au­to­mo­bile d’ici 2013 et à sen­si­bi­li­ser ses em­ployés pour qu’ils évitent de faire fonc­tion­ner les mo­teurs au ra­len­ti. De plus, l’en­tre­prise a mis en place un pro­gramme pour en­cou­ra­ger ses quelque 23 000 em­ployés à adop­ter le co­voi­tu­rage. Qui dit mieux?

Aux Heb­dos du Su­roît

Afin de don­ner l’exemple, le co­mi­té en­vi­ron­ne­ment de vos heb­dos pré fé­rés a in­ci­té ses col­lègues à par­ti­ci­per à l’Heure de la Terre. Hor­mis les per­sonnes ab­sentes de la mai­son, tout près de 50 % des em­ployés ont par­ti­ci­pé à l’évé­ne­ment. Sou­per à la chan­delle, vi­sion­ne­ment té­lé dans le noir ou dis­cus­sion au­tour d’un feu : l’Heure de la Terre s’est vé­cue de plu­sieurs fa­çons.

L’an pro­chain ( lire plu­tôt demain, la se­maine pro­chaine ou le mois pro­chain), choi­sis­sons de par­ti­ci­per tout sim­ple­ment, sans mal­veillance.

PHOTOTHÈQUE

PHOTOTHÈQUE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.