Une mé­daille olym­pique

L'Etoile - - C’EST MON OPINION -

Cher pa­py,

Du 12 au 28 fé­vrier, on a don­né beau­coup de mé­dailles aux Jeux olym­piques de 2010. Au­jourd’hui, il y a quel­qu’un qui va­mon­ter sur le po­dium; cette per­sonne est Ray­mond Demon­ti­gny, mon pa­py.

Pa­py, j’ai choi­si de te re­mettre une­mé­daille d’or parce que tu comptes beau­coup pour moi. Même si tu esmort, je t’aime et je prie pour toi. Ton dé­cèsm’a beau­coup tou­chée, mais au­jourd’hui je m’en rends da­van­tage compte. Tuas tou­jours bien pris soin de moi.

Quand on se voyait, j’étais la plus heu­reuse des pe­tites filles, mê­me­si l’on ne se voyait pas sou­vent. Je me rap­pelle que, quand tu étais à l’hô­pi­tal, c’est moi qui te pro­me­nais dans ton fau­teuil rou­lant. Ça te fai­sait plai­sir, et tu avais tou­jours le sou­rire. Sans toi, je ne se­rais pas aus­si per­sé­vé­rante dans ce genre de chose. Tu es mon mo­dèle de per­sé­vé­rance, car tu t’es tou­jours bat­tu contre ta ma­la­die.

Dès que j’au­rai ter­mi­né cette lettre, j’irai la dé­po­ser sur ta tombe en ver­sant un peu de larmes de peine et de joie. Ma mé­daille se­ra la plus belle pour le plus beau des pa­pys. J’au­rais pu choi­sir d’autres per­sonnes, mais non. Je t’ai choi­si, mon­char­mant grand-père!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.