Un bras­sard en guise de so­li­da­ri­té

L'Etoile - - C’EST MON OPINION -

Je connais des tra­vailleurs de la san­té ju­vé­nile qui sont dé­mé­na­gés à l’ex­té­rieur de la pro­vince : le gou­ver­ne­ment ne vou­lait pas en­tendre par­ler de leur pro­jet. Quel dom­mage, car leur pro­jet était vrai­ment ex­tra­or­di­naire! La si­tua­tion n’ira pas en s’amé­lio­rant!

Com­bien de mil­lions de dol­lars sont-ils in­jec­tés dans le pri­vé, au­près de sup­po­sées agences, et com­bien sont per­dus en contin­gence et en études?

Il est pos­sible que nous par­lions de la san­té de fa­çon « post mor­tem », car le Qué­bé­cois moyen pos­sède une force ex­tra­or­di­naire dans les­mâ­choires pour la cri­tique, et non pour la mo­bi­li­sa­tion.

Aux huit mil­lions de per­sonnes au Québec, je pro­pose le port du bras­sard noir avec une croix rouge. Le noir en guise de deuil, et la croix rouge pour l’ur­gence, la san­té et le sang, dont nous avons tous be­soin pour vivre.

Il pour­rait en être de même pour l’édu­ca­tion, la langue fran­çaise. Seul le des­sin sur le bras­sard dif­fè­re­rait : une fleur de lys pour la langue.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.