De l’hu­mour au­then­tique

Phi­lippe Bond

L'Etoile - - ACTUALITÉ - PAR MYRIAM DE­LISLE mde­lisle@heb­dos­du­su­roit.com

Bond. Il s’ap­pelle Phi­lippe Bond. On le re­marque à la té­lé­vi­sion, dans les gags Juste pour rire, et on l’en­ten­dra cet été à Ra­dio Éner­gie, dans l’émis­sion C’t’en­core drôle.

Tou­te­fois, Vau­dreuil-Sou­langes le connaît grâce à son tra­vail d’ani­ma­teur des soi­rées d’hu­mour de Chez Maurice. Et il vient de ter­mi­ner une tour­née de plus de 400 re­pré­sen­ta­tions au spec­tacle de Louis-Jo­sé Houde. En ef­fet, il as­su­rait la pre­mière par­tie de l’hu­mo­riste au dé­bit de pa­role ju­bi­la­toire. Pour Phi­lippe, l’éta­blis­se­ment de Saint-La­zare est en quelque sorte lé­gen­daire : « Tous les grands hu­mo­ristes y ont fait de l’ani­ma­tion, dont Louis-Jo­sé, Martin Matte, Sylvain Larocque, Martin Pe­tit et Pa­trick Groulx. » Avec son ta­lent et son ai-

À l’aube de sa tour­née de spec­tacles, l’hu­mo­riste Phi­lippe Bond a ac­cep­té de ren­con­trer le jour­nal lors de sa der­nière soi­rée d’ani­ma­tion de Chez Maurice, le 29 avril der­nier.

sance sur scène, pas éton­nant qu’il s’y soit aus­si re­trou­vé.

Fi­dèle à lui-même

Grâce à son long pas­sage à Saint-La­zare, Phi­lippe a « ro­dé » des nu­mé­ros de son spec­tacle. D’ailleurs, Louis-Jo­sé a pro­fi­té de sa vi­site-sur­prise du 29 avril pour tes­ter les ré­ac­tions du pu­blic à ses nou­velles blagues. On a bien sen­ti la com­pli­ci­té entre les deux hu­mo­ristes.

Or, leurs che­mins se sé­parent, et Phi­lippe vole dé­jà de ses propres ailes. Il en­ta­me­ra donc sa sé­rie de spec­tacles en sep­tembre. Les gens qui connaissent son style ap­pren­dront avec joie la pré­sence dans son spec­tacle d’anec­dotes sur sa fa­mille. Le père de Phi­lippe, ren­du cé­lèbre grâce aux his­toires de son fils, se prête au jeu avec grand plai­sir. Le far­ceur rend aus­si hom­mage à sa mère. « Mes pa­rents sont mes plus grands fans », ex­plique-t-il.

À la bonne place au bon mo­ment

En plus de jouir d’une fa­ci­li­té à faire rire son en­tou­rage et son pu­blic, Phi­lippe ma­nie la ron­delle à faire rou­gir Pierre Lambert. Avant sa car­rière d’hu­mo­riste, il comp­tait de­ve­nir ho­ckeyeur. La ligue ju­nior AAA l’a in­ci­té à ré­orien­ter son choix. « On risque moins de se faire cas­ser les dents sur scène que sur la glace! » lance-t-il. Voi­là pour­quoi les ama­teurs de ho­ckey le ver­ront dans Lance et compte : le film.

Heu­reux de son ex­pé­rience au ci­né­ma, l’hu­mo­riste pré­fère tou­te­fois sa car­rière d’hu­mo­riste. Dès son ins­crip­tion à l’École na­tio­nale de l’hu­mour, tout s’est dé­rou­lé ra­pi­de­ment. Il s’est vu ac­cep­té du pre­mier coup. Dès la fin de ses études, il a ob­te­nu un em­ploi à Ra­dio Éner­gie. Puis, les oc­ca­sions de se dé­mar­quer se sont mul­ti­pliées.

Conscient de sa chance, Phi­lippe en­cou­rage les hu­mo­ristes en de­ve­nir à fon­cer, à « bû­cher » : « Les dé­buts sont dif­fi­ciles, mais il ne faut pas se dé­cou­ra­ger. Il faut se faire voir le plus pos­sible et il faut en man­ger (de l’hu­mour). »

Pour suivre la car­rière de cet hu­mo­riste, vi­si­tez lewww.phi­lip­pe­bond.com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.