Jouer la cou­sine mal­com­mode...

L'Etoile - - LA UNE - (P.R.)

Il y a une se­maine, le Théâtre des Cas­cades a en­ta­mé sa 25e sai­son avec la pré­sen­ta­tion de la pièce La cou­sine

Ger­maine.

Jouée l’an der­nier au Théâtre Beau­montSaint-Mi­chel, à Saint-Mi­chel-de Bel­le­chasse, de­vant des mil­liers de spec­ta­teurs bienheureux, La cou­sine Ger­maine re­prend la place qui lui re­vient dans l’un des plus beaux théâtres d’été du Québec. Le Théâtre des Cas­cades pou­vait dif­fi­ci­le­ment faire mieux pour sou­li­gner 25 ans de théâtre au bord du lac Saint-Louis.

Une af­faire de 11M$

Les com­men­taires fu­saient de toute part à la sor­tie de la pre­mière mé­dia­tique du 11 juin. Tout au long de cette pièce, mar­quée par l’ex­cel­lente per­for­mance de la co­mé­dienne Da­nielle Proulx, les spec­ta­teurs ont vi­ve­ment ré­agi et dé­mon­tré leur amour pour la pièce de l’au­teur Carl Rit­chie, mise en scène par Mi­chel Poi­rier.

La cou­sine Ger­maine ra­conte l’his­toire d’une fa­mille ba­nale, les Mi­chaud, dont le quo­ti­dien est cham­bou­lé par l’ar­ri­vée im­mi­nente de la cou­sine du pa­ter­nel. En ef­fet, à cette cou­sine de Las Ve­gas est at­ta­ché un jo­li ma­got. S’ils ac­ceptent d’hé­ber­ger cette dame ex­cen­trique de 80 ans, Gin pour les in­times, les Mi­chaud re­ce­vront la ba­ga­telle de 11 M$. Dans le cas contraire, la cou­sine Ger­maine ira s’ins­tal­ler chez un autre cou­sin, au Ver­mont.

La pièce joue sur cette trame : le couple (Éric Ca­ban­na et Co­rinne Che­va­rier) et son ado­les­cente (Émi­lie St-Ger­main) de­vront se plier aux mul­tiples vo­lon­tés d’une cou­sine en grande forme phy­sique et men­tale. L’ar­ri­vée de mon­sieur For­tier, in­car­né par Rey­nald Ro­bin­son, ajou­te­ra hu­mour et amour à cette trame. Da­nielle Proulx in­ter­prète avec brio cette Ger­maine in­imi­table, sor­tie tout droit des an­nées 1950.

Qui est Ger­maine?

« Tout le monde a une cou­sine Ger­maine dans sa fa­mille, ra­conte la co­mé­dienne Da­nielle Proulx. L’au­teur, Carl Rit­chie, lui, en avait une! »

En plus de par­ti­ci­per ac­ti­ve­ment à la créa­tion de ce rôle hors de l’or­di­naire, Da­nielle Proulx s’est ap­pli­quée à la tra­duc­tion de cette pièce, d’abord écrite en an­glais. Re­con­nue pour la qua­li­té de son jeu, la co­mé­dienne a une fois de plus prou­vé son ta­lent en jouant dans des re­gistres in­ha­bi­tuels.

« Je n’ai­me­rais pas être confi­née au même genre de per­son­nage. En ce mo­ment, j’ai l’im­pres­sion d’ex­pri­mer toutes les fa­cettes de mon jeu. L’im­por­tant est de par­ti­ci­per à des pro­jets qui nous al­lument; ce­lui-ci m’en­flamme », illustre-t-elle.

À en­tendre Da­ny Ga­gnon, la pro­duc­trice dé­lé­guée, tout juste avant la pre­mière le­vée de ri­deau, le 11 juin, les ar­ti­sans de cette pièce sont em­bal­lés de jouer en­semble pour un se­cond été.

« J’ai sou­vent joué les mêmes pièces, ra­conte Da­nielle Proulx. J’ai été chan­ceuse pour ça. C’est agréable, de re­jouer les pièces qu’on aime. J’ai eu l’im­pres­sion que j’avais en­core des choses à ap­prendre de­mon per­son­nage. Pour cette se­conde sai­son, Ginm’a sur­prise. Elle prend des cou­leurs qui n’étaient pas là l’an pas­sé. Elle re­vient avec une éner­gie dif­fé­rente. »

Un quart de siècle plus tard…

La ve­nue de la cou­sine Ger­maine au Théâtre des Cas­cades coïn­cide avec le 25e an­ni­ver­saire du seul théâtre d’été de Vau­dreuil-Sou­langes. Quatre as­so­ciés gèrent main­te­nant ce théâtre, sis sur un ma­gni­fique bout de terre de Pointe-des-Cas­cades. Les co­mé­diens Mi­chel La­per­rière et Chantal La­marre par­tagent en ef­fet la barre du théâtre avec Jacques et Yvon Sch­midt.

Pour la pre­mière fois de­puis long­temps, Mi­chel La­per­rière ne mon­te­ra pas sur les planches de son théâtre cet été : « Ven­dre­di (le 11 juin), quand je re­gar­dais la pièce, j’au­rais ai­mé être sur scène. Mais cette an­née nous don­nons la chance aux gens de dé­cou­vrir d’autres co­mé­diens. Et per­sonne ne s’en­nuie­ra! » té­moigne ce co­mé­dien aux mul­tiples rôles.

De­puis huit ans, cet homme d’af­faires a vu nei­ger sur son théâtre : « Ç’a beau­coup chan­gé en huit ans. Main­te­nant, il y a tel­le­ment d’ac­ti­vi­tés gra­tuites. Mais un bon spec­tacle ou une bonne pièce, ça de­meure très bon. »

Mal­gré que le Théâtre des Cas­cades jouisse d’un lieu ex­cep­tion­nel et d’une pièce de grande qua­li­té que les cu­rieux pour­ront voir jus­qu’au 4 sep­tembre, le tra­vail est sans cesse à re­com­men­cer. Les mots d’ordre : at­ti­rer et re­nou­ve­ler le pu­blic.

« C’est sûr, qu’il y a d’autres ac­ti­vi­tés et plu­sieurs choses à voir, fait re­mar­quer Mi­chel La­per­rière. Mais je pense que, de se faire ra­con­ter une his­toire dans une salle de 400 per­sonnes, ça parle et ça touche. Je conti­nue de croire à ça et j’es­père qu’une jeune gé­né­ra­tion se­ra cu­rieuse de nous dé­cou­vrir… pour en­core 25 ans! »

Pour agré­men­ter une soi­rée d’été d’une sa­vou­reuse pièce, composez le 450 455-8855 ou vi­si­tez le site Web au www.thea­tredes cas­cades.com. Les for­faits sou­per-spec­tacle vous per­met­tront de vivre une soi­rée gas­tro­no­mique et cultu­relle aux abords du lac Saint-Louis. Bon théâtre!

PHO­TO­THÈQUE

La joie des co­mé­diens à jouer se trans­met aux spec­ta­teurs tout au long de la soi­rée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.