Com­battre les al­ler­gies à la ra­cine

Contrôle de l’herbe à poux

L'Etoile - - SANTÉ - (E.C.)

Nez bou­ché, yeux lar­moyants et gorge qui pique : du mois de juillet aux pre­mières ge­lées, l’herbe à poux fe­ra en­core des « vic­times » cette an­née.

Le res­pon­sable? Le pol­len des fleurs de l’herbe à poux, Am­bro­sia ar­te­mi­si­fo­lia, pro­duit ses fleurs jau­nâtres dres­sées en épis en juin et en juillet. La plante at­teint une hau­teur moyenne de 70 cm. Sa tige, cou­verte de poils, est sur­mon­tée de feuilles d’un vert gri­sâtre, minces et étroi­te­ment dé­cou­pées. À l’al­lure in­of­fen­sive, elle pro­li­fère dans les ha­bi­tats per­tur­bés, arides et en­so­leillés, aux abords des trot­toirs, des che­mins de fer, des chan­tiers de construc­tion, des ter­rains va­cants et même dans les re­coins du jar­din.

Dès que la flo­rai­son éclate, des mil­liards de grains de pol­len s’envolent dans l’air et en­traînent des ré­ac­tions al­ler­giques chez les adultes et les en­fants. Ces al­ler­gies sai­son­nières pro­voquent 89 % des rhi­nites et ag­gravent les symp­tômes de l’asthme dans près de 50 % des cas.

L’ar­ra­chage de­meure le moyen de des­truc­tion le plus ef­fi­cace et le plus fa­cile. L’en­tre­tien de la pe­louse par la tonte ré­gu­lière est éga­le­ment sou­hai­té. Dans le cas d’un ter­rain cou­vert d’herbe à poux, ra­ser ré­gu­liè­re­ment au sol les in­dé­si­rables per­met d’évi­ter la flo­rai­son et la pro­li­fé­ra­tion de la plante.

Ar­ra­cher l'herbe à poux,

avant la flo­rai­son per­met de ré­duire la quan­ti­té de pol­len et la pro­li­fé­ra­tion de la plante.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.