Ré­in­ven­ter la chan­son

The Lost Fin­gers au Fes­ti­val de cirque

L'Etoile - - SORTIES WEEK-END RIGOLADE SORTIES - PA­TRICK RI­CHARD

Le ven­dre­di 9 juillet, la for­ma­tion The Lost Fin­gers pren­dra d’as­saut la scène Lo­to-Québec au Fes­ti­val de cirque Vau­dreuil-Do­rion.

Il y a de ces chan­sons dont on ne peut se las­ser, sur­tout quand elles sont ré­in­ven­tées à la ma­nière The Lost Fin­gers. For­mée par les gui­ta­ristes Ch­ris­tian Ro­berge et By­ron Mi­ka­loff et le contre­bas­siste AlexMor­ris­sette, The Lost Fin­gers s’est ra­pi­de­ment taillé une ré­pu­ta­tion à la taille de son ta­lent. Pui­sant son nom aux deux doigts que le roi du swing tzi­gane, Djan­go Rein­hardt, a per­dus dans les an­nées 1930 dans un in­cen­die, The Lost Fin­gers a ma­rié comme nul autre avant lui la mu­sique des an­nées 1980 et le jazz ma­nouche.

Re­vi­si­ter Mi­ckaelJack­son

Fort de ses deux pre­miers al­bums et tra­vaillant ac­tuel­le­ment sur un troi­sième, le trio de mu­si­ciens is­su du Conser­va­toire de­mu­sique de Québec et de l’Uni­ver­si­té La­val carbure à l’acous­tique et à la ré­in­ter­pré­ta­tion de suc­cès qui ont fait la gloire des an­nées 1980. Leur pre­mier al­bum, Lost in the 80s, a re­mis au goût du jour les « Billie Jean » de Mi­chael Jackson, « TouchMe » de Sa­man­tha Fox et « Ca­re­lees Whis­per » de George Mi­chael avec une so­no­ri­té ja­mais en­ten­due. « On fait de la­mu­sique à la sauce jazz acous­tique. Le genre de mu­sique que le pu­blic n’était pas ha­bi­tué d’en­tendre à la ra­dio. Ça fait dif­fé­rent », es­time Ch­ris­tian Ro­berge. nes qui ont fait la pluie et le bon temps des ra­dios po­pu­laires du Québec (« La dame en bleu », « On va s’ai­mer », « Ils s’aiment », etc.). Pour ajou­ter un peu de pi­ment à une re­cette dé­jà forte en épices, Ch­ris­tian Ro­berge, By­ronMi­ka­loff et AlexMor­ris­sette ont re­te­nu les ser­vices de plu­sieurs ar­tistes à l’ori­gine de ces suc­cès. Ain­si, les Mi­chel Lou­vain, Mar­tine St-Clair et Da­niel La­voie ap­pa­raissent sur ce deuxième al­bum.

« De temps en temps, on peut faire de belles ren­contres. Mais c’est aléa­toire. Nos spec­tacles évo­luent cons­tam­ment, spé­ci­fie Ro­berge, l’homme à la voix dis­tincte entre mille. En gé­né­ral, on es­saie beau­coup de chan­sons. On tente d’y in­sé­rer un élé­ment co­mique ou sur­pre­nant tout en es­sayant de mo­di­fier l’har­mo­nie ou d’ajou­ter cer­tains élé­ments gi­tans ou ma­nouches. On donne une se­conde chance à ces chan­sons pour qu’on puisse les ré­écou­ter dif­fé­rem­ment. » Le 9 juillet, quand Lost Fin­gers chan­te­ra « Pas le temps de tout lui dire, pas le temps de tout lui faire », pa­roles ti­rées de Coeur de Loup, le pu­blic sau­ra peut-être que, fi­na­le­ment, ce trio a tout à dire et tout pour plaire.

No­tez qu’il reste seule­ment deux jours pour vous pro­cu­rer le pas­se­port à 30 $ (ce pas­se­port in­clut des billets pour les spec­tacles de The Lost Fin­gers, des Cow­boys Frin­gants et des Trois Ac­cords). Ce pas­se­port et les billets in­di­vi­duels sont en vente à la bi­blio­thèque de Vau­dreuil-Do­rion, au 51, rue Jean­notte, au Ser­vice ac­tion com­mu­nau­taire du 21, rue Louise-Jo­septhe, et sur le ré­seau Ad­mis­sion, au 514 790-1245. Pour les im­pa­tients, vi­si­tez le site mys­pace du groupe au www.mys­pace.com/the­lost fin­gers.

Alex Mor­ris­sette, Ch­ris­tian Ro­berge et By­ronMi­ka­loff.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.