Pro­fa­na­tion du ci­me­tière des Cèdres

L'Etoile - - C’EST MON OPINION -

Àtous les écer­ve­lés,

De­vrions-nous ins­tal­ler des bar­be­lés au­tour de nos ci­me­tières comme pour nos pri­sons? Nos dé­funts sont-ils des pri­son­niers? Nous n’avons pas peur qu’ils s’en­fuient, mais plu­tôt que nos écer­ve­lés les pro­fanent!

Sa­vez-vous ce que si­gni­fient res­pect et pro­fa­na­tion? Res­pect veut dire re­con­naître dans son coeur que nous sommes bons. Ne pas por­ter at­teinte à quel­qu’un, mais se com­por­ter avec dé­cence et être digne et fi­dèle. Pro­fa­na­tion si­gni­fie vio­ler le ca­rac­tère sa­cré d’un lieu. S’ap­pro­prier par mal­veillance de quelque chose su­run­pié­des­tal.

Un­jour, vous se­rez confron­tés à la réa­li­té de la mort : un être cher vous quit­te­ra, et une peine im­mense vous ha­bi­te­ra. Vous com­pren­drez le bien-fon­dé de ce lieu de culte.

Chaque fois que je suis dans un ci­me­tière, je me sens bien. Une paix s’ins­talle en moi, et je res­sens un grand bien-être. Je me di­rige donc vers la pierre tom­bale de mon ma­ri. Je re­marque que plu­sieurs autres sont par terre. Ce n’est pas l’oeuvre du vent. Je trouve ce­la dé­gra­dant. Dans mon coeur, j’es­père que la mienne est en­core de­bout! Elle l’est, mais je vois bien qu’elle a été dé­pla­cée. Une gen­tille per­sonne l’a re­mise en place : la pierre tom­bale est toute pe­tite.

Comme ca­deau de fête des Pères, c’en fut tout un! Mon coeur est en mille mor­ceaux. Com­ment peut-on faire un geste aus­si in­grat? Quel plai­sir peuvent avoir des écer­ve­lés d’agir ain­si? J’ai tout de même une lé­gère con­so­la­tion : un­jour, ils com­pren­dront…

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.