Dif­fé­rend à la Chambre de Com­merce et d’In­dus­trie

Vau­dreuil-Do­rion

L'Etoile - - ACTUALITÉ - PAR MÉ­LA­NIE MELOCHE-HOLUBOWSKI mm­ho­lu­bows­ki@heb­dos­du­su­roit.com

Le mé­con­ten­te­ment a mar­qué l’as­sem­blée an­nuelle gé­né­rale de la Chambre de Com­merce et d’In­dus­trie de Vau­dreuil-Do­rion (CCIVD) du 8 sep­tembre. En ef­fet, des membres ré­cla­mant du chan­ge­ment n’ont pas ap­pré­cié la pro­cé­dure d’élec­tion des ad­mi­nis­tra­teurs.

Plus d’une cin­quan­taine de membres ont as­sis­té à cette réunion, une par­ti­ci­pa­tion re­cord. « Nous avons été sur­pris par le nombre de membres pré­sents », a in­di­qué le pré­sident Pierre Pa­try, qui a no­tam­ment pré­sen­té le bi­lan de la der­nière an­née.

La CCIVD, avec un peu plus de 225 membres ac­tifs, a or­ga­ni­sé 10 ac­ti­vi­tés, aux­quelles ont par­ti­ci­pé 1046 per­sonnes. En outre, ona pré­sen­té ses états fi­nan­ciers.

Avant l’élec­tion des ad­mi­nis­tra­teurs, Pierre Pa­try de­vait se re­ti­rer pour lais­ser la place au pré­sident d’élec­tions Martin Ri­chard­son.

Huit postes étaient ou­verts, et huit can­di­dats avaient dé­po­sé leur can­di­da­ture avant le dé­but de la soi­rée : Manon Au­clair, François Bou­cher, Fran­co Donato, Dan-Rock Le­clerc, Nan­cy Mi­chaud, Pierre Pa­try et De­nis Pot­vin. Une en­ve­loppe, dé­po­sée au dé­but de la réunion, conte­nait huit can­di­dats sup­plé­men­taires : Lyne Pel­chat, Martin Cou­ture, Martin La­voie, Ch­ris­tian Ouel­lette, Ma­de­leine Des­ma­rais, Gilles Boyer et Sté­pha­nie Ga­gnon. Ri­chard Beau­mier, qui avait dé­jà sou­mis sa can­di­da­ture, ap­pa­rais­sait sur cette liste.

Or, Martin Ri­chard­son a in­di­qué qu’un maxi­mum de 12 can­di­dats pou­vait être ac­cep­té, ce qui a sur­pris les can­di­dats. Le groupe a tou­te­fois de­man­dé que toutes les can­di­da­tures soient re­te­nues.

Claude Tur­cotte a pro­po­sé d’en­le­ver quatre noms, au choix des can­di­dats. Le maire de Vau­dreuil-Do­rion, Guy Pi­lon, a quant à lui sug­gé­ré de choi­sir quatre per­sonnes au ha­sard dans l’en­ve­loppe. Après plu­sieurs mi­nutes de dé­li­bé­ra­tions, les huit can­di­dats ont choi­si plu­tôt de re­ti­rer leur can­di­da­ture, es­ti­mant que cette fa­çon de pro­cé­der n’était pas dé­mo­cra­tique.

« Ce soir-là, il y a des gens qui ne vou­laient pas lais­ser leur place aux nou­veaux, a af­fir­mé un can­di­dat ou­tré du non-res­pect des règles. La Chambre nous a trai­tés de fa­çon ca­va­lière! »

Gilles Boyer es­time quant à lui que la CCIVD a mal in­ter­pré­té le rè­gle­ment. Pierre Pa­try dé­fend cette dé­ci­sion.

Or, les rè­gle­ments en vi­gueur de­puis 1994 sont désuets, avoue-t-il. « Les rè­gle­ments n’in­di­quaient rien pour le dé­lai de dé­pôt des can­di­da­tures. Le pré­sident d’élec­tions a don­né son in­ter­pré­ta­tion du rè­gle­ment. S’ils avaient vou­lu faire un mou­ve­ment à la Chambre, les gens au­raient pu le faire avec quatre can­di­dats. »

Claude Tur­cotte confirme que le groupe vou­lait « dé­sta­bi­li­ser laCCIVD ».

Lun­di, Marie-Hé­lène Mar­coux a choi­si de dé­mis­sion­ner de son poste d’ad­mi­nis­tra­trice, ju­geant qu’elle n’était pas à l’aise avec cette pro­cé­dure d’élec­tion.

Be­soin de chan­ge­ment

Gilles Boyer, à l’ins­tar des sept autres can­di­dats, a choi­si de se pré­sen­ter pour ap­por­ter du sang nou­veau et de nou­velles idées à la CCIVD. « Il y a un be­soin de re­ma­nie­ment com­plet », es­time l’un des can­di­dats. D’ailleurs, M. Boyer avait dé­mis­sion­né en août en tant qu’ad­mi­nis­tra­teur, in­di­quant que la CCIVD ne pre­nait pas sa place en tant que lea­der éco­no­mique ré­gio­nal. Il était mé­con­tent de cer­taines dé­ci­sions : « Il faut être proac­tif, et non ré­agir aux évé­ne­ments. »

Les huit can­di­dats veulent que la CCIVD prenne po­si­tion sur cer­tains dos­siers im­por­tants, dont le fu­tur hô­pi­tal, le Som­met éco­no­mique de Vau­dreuil-Sou­langes et le dé­ve­lop­pe­ment ré­gio­nal.

« Notre Chambre doit ral­lier toute la ré­gion et re­pré­sen­ter Vau­dreuil-Sou­langes. Nous avons tel­le­ment de gros dos­siers qui ar­rivent », ont-ils dé­cla­ré.

De son cô­té, Pierre Pa­try es­time que la CCIVD a ac­com­pli son tra­vail : « J’ai fait­mon tra­vail hon­nê­te­ment. Le nombre de­membres a aug­men­té. C’est sûr, qu’il y a des mé­con­tents. C’est pour­quoi nous avons for­mé un co­mi­té qui a tout re­tra­vaillé pour amé­lio­rer les rè­gle­ments. L’an pro­chain, il y au­ra des règles strictes sur les élec­tions. Je ne veux pas d’en­ne­mis. »

Une réunion est pré­vue en no­vembre. Les membres se pro­non­ce­ront alors sur les chan­ge­ments aux rè­gle­ments.

Le 21 sep­tembre, les re­pré­sen­tants se pro­non­ce­ront sur la pré­si­dence, la vi­ce­pré­si­dence et le poste de se­cré­taire-tré­so­rier.

Le dé­pôt des huit can­di­da­tures à l’as­sem­blée gé­né­rale an­nuelle de laCCIVD.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.