Àl’ap­proche de la re­traite

Dé­mé­na­ger

L'Etoile - - IMMOCONSTRUCTION - (EN)

Main­te­nant que les en­fants ont quit­té le foyer, avez-vous l’im­pres­sion que votre mai­son est trop grande pour vous? Si plu­sieurs pièces de votre mai­son ne servent pas, il est pos­sible que vous ayez plus de place que né­ces­saire et, par consé­quent, que vous payiez trop cher pour vivre confor­ta­ble­ment.

Son­gez à dé­mé­na­ger dans un en­droit plus pe­tit qui cor­res­pon­dra mieux à vo­tre­mode de vie.

Vos prio­ri­tés et vos be­soins peuvent avoir chan­gé de­puis l’achat de votre mai­son. Vendre votre pro­prié­té et em­mé­na­ger dans un lo­ge­ment plus pe­tit pour­rait li­bé­rer des fonds qui vous per­met­tront de faire ce qui vous tient vrai­ment à coeur.

Voi­ci quelques conseils à l’in­ten­tion des per­sonnes qui songent à vendre leur mai­son pour em­mé­na­ger dans un foyer plus mo­deste.

Avoir net. L’avoir net de votre ha­bi­ta­tion dé­ter­mi­ne­ra l’im­por­tance du prêt hy­po­thé­caire qu’il vous fau­dra contrac­ter, de même que le mon­tant à consa­crer à l’achat d’une mai­son tout en conser­vant des fonds pour vos dé­penses per­son­nelles. Et n’ou­bliez pas de te­nir compte des frais de clô­ture et des droits de mu­ta­tion im­mo­bi­lière.

Op­tions de prêt hy­po­thé­caire. Si votre ha­bi­ta­tion est tou­jours gre­vée d’une hy­po­thèque, il est pos­sible que vous puis­siez faire trans­fé­rer le prêt à votre nou­veau do­mi­cile ou alors l’of­frir comme avan­tage lors de la vente de votre mai­son. Si vous de­vez contrac­ter un prêt hy­po­thé­caire pour ache­ter votre mai­son, éva­luez les op­tions.

D’autre part, si vous ap­pro­chez de la re­traite, un prêt hy­po­thé­caire à taux fixe est pro­ba­ble­ment pré­fé­rable, car vos dé­penses men­suelles se­ront alors pré­vi­sibles.

Mode de vie. Outre les rai­sons pé­cu­niaires de « ra­jus­ter » votre lo­ge­ment, ha­bi­ter dans un lieu plus mo­deste pour­rait en­traî­ner des re­tom­bées po­si­tives sur votre mode de vie. Par exemple, si vous pré­voyez faire des voyages, un ap­par­te­ment en co­pro­prié­té peut s’avé­rer un choix ju­di­cieux. Ce­lui-ci exige en ef­fet moins d’en­tre­tien et peut of­frir cer­tains avan­tages sur le plan de la sé­cu­ri­té. De plus, vivre dans un es­pace plus ap­pro­prié pour­rait li­bé­rer des fonds pour vous per­mettre de ré­no­ver votre nou­velle ha­bi­ta­tion.

Si vous son­gez à dé­mé­na­ger, dis­cu­tez des pos­si­bi­li­tés qui s’offrent à vous avec un spé­cia­liste hy­po­thé­caire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.