Ne­lais­sez pas vos dettes vous rui­ner!

Re­trai­tés

L'Etoile - - IMMOHABITAT - (EN)

Se­lon Sta­tis­tiques Ca­na­da, près de 20% des aî­nés doivent conti­nuer à tra­vailler après l’âge de la re­traite à cause d’obli­ga­tions fi­nan­cières, dont l’hy­po­thèque et le rem­bour­se­ment des dettes.

Mi­chelle et Jean, tous deux de 65 ans, crai­gnaient de faire par­tie de ce groupe. Ils dé­te­naient quelques REER, dans les­quels ils avaient in­ves­ti de mo­destes sommes. Même si leur mai­son avait pris beau­coup de va­leur, ils de­vaient en­core faire des ver­se­ments hy­po­thé­caires. De plus, quelques an­nées au­pa­ra­vant, Jean avait ache­té une voi­ture avec de l’ar­gent em­prun­té.

En outre, comme les taux d’in­té­rêt étaient très bas, Jean et Mi­chelle avaient uti­li­sé leur cré­dit pour ai­der au fi­nan­ce­ment des études uni­ver­si­taires de leur ben­ja­mine.

Pour avoir suf­fi­sam­ment d’ar­gent à la re­traite, Jean a dé­ci­dé de conti­nuer à tra­vailler jus­qu’à ce que l’hy­po­thèque, le prêt de la voi­ture et la marge de cré­dit soient rem­bour­sés. Or, comme Mi­chelle vou­lait pro­fi­ter de sa re­traite avec Jean, ils ont consul­té leur conseiller fi­nan­cier.

Ce pro­fes­sion­nel leur a re­com­man­dé de gé­rer leurs dettes d’une fa­çon dif­fé­rente en pro­fi­tant de la va­leur nette de leur mai­son grâce au Pro­gramme de re­ve­nu ré­si­den­tiel CHIP.

CHIP, ça vaut le coût!

Le Pro­gramme de re­ve­nu ré­si­den­tiel CHIP est un prêt hy­po­thé­caire in­ver­sé qui per­met aux per­sonnes de 60 ans et plus d’uti­li­ser jus­qu’à 40 % de la va­leur nette de leur ré­si­dence pour ob­te­nir un mon­tant non im­po­sable sans faire de paie­ments tant et aus­si long­temps qu’elles ha­bitent leur ré­si­dence.

Ce pro­gramme était la so­lu­tion idéale pour Jean et Mi­chelle. Grâce à cet ar­gent, ils ont pu payer leurs dettes et éli­mi­ner les paie­ments men­suels dif­fi­ciles à as­su­mer. Même si l’in­té­rêt sur le prêt hy­po­thé­caire in­ver­sé conti­nuait de s’ac­cu­mu­ler, leur conseiller fi­nan­cier les a ras­su­rés. Comme les taux d’in­té­rêt étaient faibles et que la mai­son pre­nait cons­tam­ment de la va­leur, le couple ob­tien­drait au moins 50 % de la va­leur nette de sa mai­son au mo­ment de la vendre. Sa si­tua­tion fi­nan­cière était donc as­su­rée.

Pour en sa­voir da­van­tage sur ce pro­gramme, vi­si­tez le site Web au www.chip.ca ou en­core con­sul­tez votre conseiller fi­nan­cier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.