En­tente in­ter­sec­to­rielle pour des en­sei­gnants

Syn­di­cat de l’en­sei­gne­ment de la ré­gion de Vau­dreuil

L'Etoile - - ACTUALITÉ - PAR MÉ­LA­NIE MELOCHE-HOLUBOWSKI mm­ho­lu­bows­ki@heb­dos­du­su­roit.com

La ma­jo­ri­té des en­sei­gnants du Syn­di­cat de l’en­sei­gne­ment de la ré­gion de Vau­dreuil (SERV) ont dit oui aux offres du gou­ver­ne­ment en as­sem­blée le 1er oc­tobre.

Ces en­sei­gnants, qui oeuvrent dans les écoles pri­maires de la Com­mis­sion sco­laire de Trois-Lacs (CSTL), se sont pro­non­cés à 94 % sur l’en­tente de prin­cipe entre le gou­ver­ne­ment et le Front com­mun syn­di­cal de la fonc­tion pu­blique.

Le SERV, qui re­pré­sente 807 en­sei­gnants du pri­maire de la CSTL, est af­fi­lié à la Fé­dé­ra­tion des syn­di­cats de l’en­sei­gne­ment (FSE) et à la Cen­trale des syn­di­cats du Québec (CSQ).

Au préa­lable, ses membres avaient dis­cu­té de cette en­tente de prin­cipe avec leurs re­pré­sen­tants syn­di­caux. Étaient pré­sents Ré­jean Pa­rent, pré­sident de la CSQ, Louise Chabot, pre­mière vi­ce­pré­si­dente de la CSQ, Syl­vie Sim­mo­neau, deuxième vice-pré­si­dente de la CSQ, Pierre Baulne, éco­no­miste de la CSQ, et Manon Ber­nard, pré­si­dente de la FSE.

« Cette en­tente de prin­cipe in­ter­sec­to­rielle per­met d’at­teindre les ob­jec­tifs fixés pour le dos­sier du ré­gime de re­traite et ce­lui des droits pa­ren­taux. En ce qui concerne les sa­laires, les en­sei­gnantes et les en­sei­gnants ont dû com­po­ser avec un cadre fi­nan­cier très ser­ré et un contexte bud­gé­taire dif­fi­cile, in­dique Vé­ro­nique Le­febvre, pré­si­dente du SERV. Même si tous les ob­jec­tifs n’ont pas été at­teints sur le plan sa­la­rial, nous sommes sa­tis­faits que l’en­tente in­ter­ve­nue ga­ran­tisse une pro­gres­sion sa­la­riale et ouvre la pos­si­bi­li­té d’aug­men­ter le pour­cen­tage en fonc­tion de l’amé­lio­ra­tion de l’éco­no­mie qué­bé­coise et des fi­nances pu­bliques. »

En juin der­nier, les en­sei­gnants af­fi­liés à la FSE ont éga­le­ment ac­cep­té l’en­tente de prin­cipe sec­to­rielle per­met­tant l’amé­lio­ra­tion des condi­tions de tra­vail des en­sei­gnants. Par­mi les gains, le SERV note la ré­duc­tion du nombre d’élèves par classe, de la troi­sième an­née à la deuxième se­con­daire, sur une pé­riode de cinq ans, l’ajout d’en­vi­ron 140 000 $ dans les écoles pri­maires de la CSTL pour mieux sou­te­nir les élèves souf­frant d’un trouble du com­por­te­ment et, en­fin, la ré­vi­sion à la baisse de la com­po­si­tion des classes ré­gu­lières in­té­grant des élèves aux pro­blèmes par­ti­cu­liers.

« Si les en­sei­gnantes et les en­sei­gnants ont de meilleures condi­tions d’exer­cice, les vrais ga­gnants de cette né­go­cia­tion se­ront les élèves qui fré­quentent nos éta­blis­se­ments », ajoute Vé­ro­nique Le­febvre.

Jour­née des en­sei­gnants

Le 5 oc­tobre, à l’oc­ca­sion de la Jour­née mon­diale des en­sei­gnantes et en­sei­gnants, le SERV a ren­du hom­mage aux en­sei­gnants de la CSTL, qui, par leur ex­per­tise et leur pro­fes­sion­na­lisme, contri­buent à l’édi­fi­ca­tion d’un monde meilleur.

Le SERV es­time urgent de les va­lo­ri­ser, no­tam­ment en te­nant compte de leurs opi­nions, en res­pec­tant leur au­to­no­mie pro­fes­sion­nelle et en leur don­nant tous les ou­tils pour ac­com­plir leur tra­vail.

« Il ne fait au­cun doute qu’un prof, c’est bien plus qu’un don­neur de le­çons. Au-de­là de la fonc­tion gé­né­rale de trans­mis­sion des connais­sances, les en­sei­gnantes et en­sei­gnants écoutent, consolent, font rire et ré­flé­chir, changent des com­por­te­ments, sti­mulent, trans­mettent des va­leurs, guident et en­cou­ragent les élèves. Comme ils passent une bonne par­tie de leur jour­née avec les élèves, ils contri­buent à bâ­tir la so­cié­té de de­main. En­sei­gner est un fort beau rôle qui laisse der­rière lui le plus bel hé­ri­tage qui soit », a fait va­loir Vé­ro­nique Le­febvre.

PHOTO DA­NIEL CUILLERIER

Le vote a eu lieu le 1eroc­tobre der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.