Le coup de pouce qu'il fal­lait

Res­tau­ra­tion de l'église de Sainte-Marthe

L'Etoile - - ACTUALITÉ - PAR JUS­TINE GRE­NIER jgre­nier@heb­dos­du­su­roit.com

« C’est vrai­ment à bout de bras que l’église a été main­te­nue jus­qu’à main­te­nant », confie le porte-pa­role du co­mi­té de pro­tec­tion du pa­tri­moine his­to­rique de Sainte-Marthe, Mi­chel Ber­trand. Grâce à une sub­ven­tion du mi­nis­tère de la Culture, le porte-pa­role et son équipe pour­ront en­fin re­prendre leur souffle.

À la fin du mois d’oc­tobre, la dé­pu­tée Lu­cie Char­le­bois a an­non­cé l’at­tri­bu­tion d’une aide fi­nan­cière de 31 500 $ à la Fa­brique de la pa­roisse de Sainte-Marthe pour la res­tau­ra­tion de son église.

Sou­la­gé, le co­mi­té de pro­tec­tion du pa­tri­moine at­ten­dait cette aide fi­nan­cière de­puis long­temps. C’est que la de­mande avait été dé­po­sée il y a un an dé­jà. « Mais on n’en a pas de trop! af­firme Mi­chel Ber­trand. Sainte-Marthe ne nage pas dans le trèfle à quatre feuilles! »

Le coût des pre­miers tra­vaux est es­ti­mé à 45 000 $. « Sur 100 $ de tra­vaux, 30 $ doivent être dé­bour­sés par l’Église », illustre le porte-pa­role. C’est es­sen­tiel­le­ment la vente du pres­by­tère, pour 185 000 $ en juillet 2009, qui fi­nan­ce­ra la res­tau­ra­tion et l’en­tre­tien du bâ­ti­ment.

Par où com­men­cer

Se­lon Lu­cie Char­le­bois, l’aide ver­sée per­met­tra la res­tau­ra­tion de cer­taines fe­nêtres, du pa­ra­ton­nerre et des gout­tières, la mise à ni­veau de cer­tains tra­vaux élec­triques et l’iso­la­tion des combles ( entre toit). « Ce ne sont pas les tra­vaux qui manquent! s’ex­clame le porte-pa­role. Le car­net de san­té de l’église a été éla­bo­ré par l’ar­chi­tecte Pe­ter Lan­ken, qui tra­vaille avec nous. »

C’est d’ailleurs cet ar­chi­tecte qui a éveillé les ré­si­dents de Sainte-Marthe. De­puis cinq ans, il consacre bé­né­vo­le­ment de son temps à la sau­ve­garde de ce joyau. His­to­rique, photos, tra­vaux à réa­li­ser en prio­ri­té : plus rien n’a de se­cret pour lui. « Quand je suis en­tré dans l’église pour la pre­mière fois, elle n’avait pas été chauf­fée de­puis deux ou trois ans, se rap­pelle-t-il. Le toit cou­lait, il y avait des chau­dières et des pots par­tout. Il fal­lait à tout prix faire quelque chose pour en pro­té­ger l’in­té­rieur. »

Le bé­né­vole a donc com­men­cé par le com­men­ce­ment : ache­ter une ving­taine de bacs, qu’il a pla­cés dans les combles. « Il par­tait de Mon­tréal pour ve­nir vi­der les chau­dières dans le gre­nier, pour­suit le porte-pa­role du co­mi­té. C’est un vé­ri­table pas­sion­né. On est vrai­ment chan­ceux de pou­voir comp­ter sur lui. »

De fil en ai­guille, les pa­rois­siens se sont mo­bi­li­sés eux aus­si. Ils ont entre autres réus­si à amas­ser quelque 25 000 $ pour ré­pa­rer la toi­ture. « C’est très im­pres­sion­nant, com­mente Pe­ter Lan­ken. Ils ont fait du bon tra­vail! »

Mi­chel Ber­trand sou­ligne éga­le­ment le tra­vail des pa­rois­siens. « On peut vrai­ment comp­ter sur des ci­toyens qui ont à coeur de pré­ser­ver leur église », s’em­balle-t-il.

Reste que le co­mi­té es­père tou­jours pou­voir comp­ter sur cette col­la­bo­ra­tion. « Ré­pa­rer le toit n’est qu’une so­lu­tion tem­po­raire. Le rem­pla­cer né­ces­si­te­ra quelques cen­taines de mil­liers de dol­lars. Et ce n’est pas parce qu’on a une sub­ven­tion que tout se fe­ra tout seul! » ajoute Mi­chel Ber­trand.

Pas n’im­porte qui

Pour­quoi in­ves­tir tant d’éner­gie? L’église de Sainte-Marthe a été conçue par nul autre que Vic­tor Bour­geau. De­puis 20 ans, Pe­ter Lan­ken étu­die les églises de cet ar­chi­tecte de re­nom : « Dans les an­nées 1850, il était le meilleur ar­chi­tecte du Québec, mais aus­si d’Amé­rique du Nord. L’église de Sainte-Marthe est un

PHOTO DA­NIEL CUILLERIER

La construc­tion de l’église de Sainte-Marthe s’est amor­cée en 1862. Son acous­tique est consi­dé­rée comme ex­cep­tion­nelle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.