L'ave­nir (sans eau po­table!) est ici

L'Etoile - - ACTUALITÉ C’EST MON OPINION -

De­puis le 30 août der­nier, de nom­breux ci­toyens de Vau­dreuil-Do­rion sont pri­vés d’eau po­table. Une si­tua­tion in­ad­mis­sible qui pour­rait per­du­rer en­core sept mois, se­lon les élus mu­ni­ci­paux.

De­puis la fin d’août, une tren­taine de foyers sont pri­vés d’eau po­table. LaMu­ni­ci­pa­li­té a été in­for­mée, le 24 août, de la conta­mi­na­tion de l’eau par le vi­rus co­li­phage F-spé­ci­fique et le 1er sep­tembre de la pré­sence de co­li­formes to­taux. De­puis, les ré­si­dents tou­chés, plus de 120, doivent faire bouillir leur eau avant de la consom­mer ou en­core ache­ter de l’eau em­bou­teillée.

La Mu­ni­ci­pa­li­té re­fuse de four­nir des bou­teilles d’eau po­table à ces ré­si­dents. Elle leur re­fuse éga­le­ment l’au­to­ri­sa­tion de rem­plir leurs conte­nants aux ro­bi­nets de l’hô­tel de ville, ali­men­tée en eau po­table! De plus, elle consi­dère que faire bouillir de l’eau ne re­pré­sente pas un im­por­tant in­con­vé­nient pour sa po­pu­la­tion. Plus de 120 per­sonnes font bouillir leur eau pen­dant au moins 10 mois pour la boire, pré­pa­rer le ca­fé, se bros­ser les dents ou rin­cer fruits et lé­gumes!

Le 1er no­vembre, mal­gré que la Mu­ni­ci­pa­li­té ait re­fu­sé de mettre ce su­jet à l’ordre du jour de sa séance de conseil, un re­grou­pe­ment de ré­si­dents tou­chés par la pé­nu­rie d’eau po­table a as­sis­té à cette ren­contre. Ils n’ont pas hé­si­té à mo­no­po­li­ser la pre­mière pé­riode de ques­tions pour ten­ter de for­cer le conseil à ré­pondre à leurs de­mandes.

Mal­heu­reu­se­ment, le maire Guy Pi­lon n’avait que peu de ré­ponses à four­nir à ses conci­toyens dé­cou­ra­gés. Il a blâ­mé le mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment du­rable, de l’En­vi­ron­ne­men­tet des Parcs et ses exi­gences.

Les ré­si­dents dé­plorent que les études et le tra­vail requis pour ré­soudre ce pro­blème traînent, alors que plu­sieurs pro­jets en cours visent l’ex­pan­sion des in­fra­struc­tures pour ré­pondre à une crois­sance an­ti­ci­pée, et non la re­cherche de so­lu­tions à des pro­blèmes concrets.

La Mu­ni­ci­pa­li­té fait de l’au­to-pro­mo­tion avec son slo­gan, « L’ave­nir est ici ». Qu’en est-il du pré­sent? La Mu­ni­ci­pa­li­té se pré­oc­cupe-t-elle plus des ac­ti­vi­tés spor­tives et des fu­turs ré­si­dents que de la san­té et du bien-être des ré­si­dents ac­tuels?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.