ChuiWang et ses pe­tits ta­bleaux

Ex­po­si­tion so­lo chez Pierre Sé­guin

L'Etoile - - SORTIES WEEK-END SORTIES - PAR YA­NICK MI­CHAUD ymi­chaud@heb­dos­du­su­roit.com

de peindre un pe­tit ta­bleau qu’un grand. Par­fois je re­marque quelque chose que j’aime, je re­tiens l’en­droit et je re­viens y peindre. Je le fais dans ma voi­ture : c’est pos­sible avec de pe­tits ta­bleaux. Et je ne suis pas dé­ran­gé par l’en­vi­ron­ne­ment ex­té­rieur »,

Pour sa troi­sième ex­po­si­tion so­lo à la ga­le­rie Pierre-Sé­guin, le grand maître im­pres­sion­niste Chui Wang pré­sente une cin­quan­taine de pe­tits ta­bleaux.

Cet ar­tiste d’ori­gine chi­noise re­con­nu à tra­vers le monde pour la flui­di­té de ses com­po­si­tions aux cou­leurs douces et ro­man­tiques pré­sen­te­ra ses oeuvres, ins­pi­rées une fois de plus de la Chine, de Ve­nise mais aus­si du Québec.

« J’aime le Québec, la lu­mière, les pay­sages. Tout m’ins­pire ici. Quand je tra­vaille, je suis calme et tran­quille. Je suis bien. J’ai fait entre autres plu­sieurs ta­bleaux de l’ora­toire Saint-Jo­seph. Et quand j’aime un en­droit ou quelque chose, je le peins à plu­sieurs re­prises. J’ai peint l’ora­toire en été, en hi­ver, le jour, le soir, sous le so­leil, quand c’était nua­geux. C’est beau et jo­li chaque fois. Je trans­fère mes sen­ti­ments à mes ta­bleaux », in­dique le peintre.

Pe­tits ta­bleaux

Cet ar­tiste a vou­lu réa­li­ser des scènes d’ici, de Ve­nise et de Chine dans un format conden­sé. « C’est moins dif­fi­cile, pour moi, ex­plique avec ai­sance ce pro­li­fique créa­teur.

Ce­soeuvres, ex­po­sées dans la ga­le­rie Pier­reSé­guin, consti­tuent un ka­léi­do­scope de créa­tions émou­vantes et sur­pre­nantes dans un es­pace in­time. Les ama­teurs pour­ront s’im­pré­gner de l’at­mo­sphère unique qui se

dé­gage des ta­bleaux deWang.

Un­tra­vail cons­tant

L’ar­tiste ne se lasse ja­mais de créer. « Quand tu as la pas­sion, tu ne te fa­tigues pas. C’est ça, la beau­té. Par ailleurs, c’est à force de le faire qu’on s’amé­liore. Il y a certes une grande part de ta­lent, mais le tra­vail est es­sen­tiel. Les grands maîtres, c’est re­con­nu, sont de grands tra­vailleurs », ajoute le bour­reau de tra­vail.

Au cours des pro­chaines an­nées, avant d’ac­cro­cher ses pin­ceaux, Chui Wang pein­dra 1000 pay­sages. Et ce­la est sans comp­ter ceux qu’il re­tou­che­ra. « Par­fois, il y a des ta­bleaux que je re­fais plu­sieurs fois. Par­fois, après cinq ans, je re­touche un­ta­bleau et lui donne unangle nou­veau », af­firme-t-il.

Pierre Sé­guin parle d’un ar­tiste pas­sion­né : « Lors d’un ver­nis­sage à Québec, ChuiWang était en re­tard. Quel­qu’un l’a vu peindre à quelques mètres de la salle. Wang avait sim­ple­ment ou­blié le ver­nis­sage. Il pei­gnait. Il fai­sait ce qu’il ai­mait. »

L’ex­po­si­tion de 50 pe­tits ta­bleaux Beau­tés im­pres­sion­nistes se tien­dra du 14 au 28 no­vembre. Son ver­nis­sage au­ra lieu ce di­manche de 13 h 30 à 16 h 30. La ga­le­rie Pierre-Sé­guin est si­tuée au 61, Grand Bou­le­vard à L’Île-Per­rot.

Pierre Sé­guin et l’un de ses ar­tistes in­vi­tés, le grand maître ChuiWang, at­tendent avec im­pa­tience le lan­ce­ment de l’ex­po­si­tion qui pré­sen­te­ra une cin­quan­taine de pe­tits ta­bleaux de pay­sages ins­pi­rés no­tam­ment­du Québec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.