Ou­vri­ra, ou­vri­ra pas?

La voie sous le pont d’éta­ge­ment de la route 201 à Co­teau-du-Lac

L'Etoile - - SOULANGES DANS LA MIRE - PAR PA­TRICK RI­CHARD

Quelque 1060 per­sonnes ont si­gné une pé­ti­tion ré­cla­mant l’ou­ver­ture de la voie sous le pont d’éta­ge­ment de la route 201 à Co­teau-du-Lac entre le che­min du Fleuve et le che­min du Vieux-Ca­nal.

L’été der­nier, Jacques Dro­let, co­pro­prié­taire du IGA mar­ché d’alimentation Dro­let et Pa­quette inc., a fait cir­cu­ler une pé­ti­tion dans son com­merce. En­vi­ron 1060 per­sonnes ont ap­po­sé leur si­gna­ture au bas du do­cu­ment, qui ré­clame no­tam­ment l’ap­pui dumaire de Co­teau-du-Lac, Robert Sau­vé.

« Nous sol­li­ci­tons donc votre ap­pui concer­nant notre dé­marche pour sen­si­bi­li­ser le mi­nis­tère des Tran­sports du Québec afin que la voie sous le via­duc de la route 201[…] soit ou­verte à la cir­cu­la­tion au­to­mo­bile afin d’amé­lio­rer le ser­vice à la po­pu­la­tion, per­met­tant aux gens de Co­teau-du-Lac d’avoir un ac­cès di­rect et sé­cu­ri­taire à notre site », pou­vait-on lire sur cette pé­ti­tion, dé­po­sée il y a quel­ques­mois à l’hô­tel de ville de Co­teau-du-Lac.

Au­jourd’hui, 17 mois après la cou­pure du ru­ban, Jacques Dro­let s’in­ter­roge sur l’ave­nir de son com­merce : « Il en va de la san­té fi­nan­cière de­mon en­tre­prise. »

Un­maire à l’écoute

Robert Sau­vé se dit conscient des désa­gré­ments que cause la fer­me­ture de cette route. Il rap­pelle ce­pen­dant que la rai­son d’être de celle-ci re­pose sur l’ou­ver­ture du ca­nal de Sou­langes. Si des tra­vaux étaient en­tre­pris au pont Mon­sei­gneur-Langlois pour le rendre bas­cu­lant, une route de contour­ne­ment s’avé­re­rait né­ces­saire. Or le mi­nis­tère des Tran­sports a fer­mé cette route, la con­si­dé­rant com­mei­nu­tile.

« Nous avons fait la de­mande au­près du mi­nis­tère, ex­plique Robert Sau­vé. Le mi­nis­tère s’est dit d’ac­cord de nous cé­der la route, à la condi­tion que la Mu­ni­ci­pa­li­té prenne l’en­tière res­pon­sa­bi­li­té de la sé­cu­ri­té des ins­tal­la­tions et­de­tout ce qui s’y rat­tache. »

Le prix à payer

Le maire af­firme avoir ré­pon­du à la pé­ti­tion en de­man­dant à son conseil une étude plus ap­pro­fon­die sur les res­pon­sa­bi­li­tés et les in­ves­tis­se­ments que de­vront as­su­mer les ci­toyens. La pre­mière ébauche de cette étude es­time les coûts de 75 000 à 100 000 $ pour rendre la route sé­cu­ri­taire. Il s’agit tou­te­fois d’une ébauche, car au­cune étude n’a en­core été de­man­dée.

« Nous de­vons al­ler plus loin que ce sur­vol, ad­met le pre­mier ci­toyen. Je veux avoir l’as­su­rance du prix à payer. Par la suite, nous irons nous as­seoir avec les pro­prié­taires du IGA. »

Pour le mo­ment, la ques­tion du fi­nan­ce­ment semble au coeur des pré­oc­cu­pa­tions des élus, car le mi­nis­tère re­fuse d’in­jec­ter de l’ar­gent dans le pro­jet. « Si nous al­lons de l’avant, nous de­man­de­rons peut-être une par­ti­ci­pa­tion du mi­nis­tère, ne se­raitce que de nous ai­der à payer les études », in­dique le maire.

D’un pro­blème à l’autre

L’ou­ver­ture de la route po­se­rait un autre pro­blème, es­time Robert Sau­vé : « Aux heures de pointe, si les gens dé­cident d’évi­ter le tra­fic et de tou­jours pas­ser par là pour al­ler aux Co­teaux, on crée un pro­blème beau­coup plus grave que de lais­ser la route fer­mée. »

Cette pé­ti­tion re­pré­sente une pre­mière étape vers la so­lu­tion du pro­blème. Élus et com­mer­çants re­con­naissent que ce dos­sier de­vra être ré­glé un jour ou l’autre.

« Il faut sim­ple­ment se par­ler pour voir ce qu’on peut faire, re­con­naît Jacques Dro­let. Je ne suis pas en rogne contre le maire! »

Robert Sau­vé, quant à lui, re­con­naît l’im­por­tance de l’ou­ver­ture de la route : « Il ne faut pas ou­blier que c’est une ques­tion de temps. Il va y avoir un dé­ve­lop­pe­ment. Le mar­ché IGA consti­tue le point de dé­part, mais il y a beau­coup de ter­rains. Ce se­ra notre site com­mer­cial avec des ser­vices de proxi­mi­té. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.