Parce que les écrits res­tent

L'Etoile - - SORTIES WEEK-END COMMUNAUTAIRE SORTIES - PAR PA­TRICK RI­CHARD

La fille du bord de mer

Sa­me­di, à la mai­son Va­lois, la conteuse Lu­cie Bisson ou­vri­ra les portes de son uni­vers im­pré­gné de sou­ve­nances bleu­tées.

« Les grandes eaux du fleuve sont chan­geantes et m’ont tou­jours fas­ci­née, dit-elle. J’ai le sou­ve­nir de ces heures mer­veilleuses pas­sées à les contem­pler, à hu­mer l’air sa­lin, à écou­ter la ma­rée ta­qui­ner la côte et àm’im­pré­gner du lieu. » L’in­vi­ta­tion est lan­cée dans l’in­tro­duc­tion de La belle et le ma­ri­nier et autres contes du fleuve, le livre qu’a fait pa­raître Lu­cie Bisson le mois der­nier. Ha­bi­tuée de trans­mettre ses his­toires ora­le­ment aux quatre coins de la pro­vince et ailleurs dans le monde, la conteuse donne un se­cond souffle à ses ré­cits en les cou­chant sur pa­pier. Sa­me­di, lors d’une soi­rée contes et ren­contres, elle pré­sen­te­ra cet ou­vrage, le disque qui l’ac­com­pagne ain­si que ses his­toires for­te­ment im­pré­gnées de l’odeur du fleuve.

Aux dires de la prin­ci­pale in­té­res­sée, cette soi­rée se­ra une fa­çon par­ti­cu­lière de dire mer­ci, mer­ci à cet au­di­toire sans le­quel le conteur pa­raît bien seul. « On peut chan­ter tout seul dans sa bai­gnoire, mais on ne peut pas con­ter sans au­di­toire », ex­plique Lu­cie Bisson, cou­ron­née vice-reine des men­teurs lors d’un concours te­nu en France en 2008. Si la conteuse donne voix à ses contes de­puis cinq au­tomnes, elle im­prime ses ré­cits pour la toute pre­mière fois, du moins en so­lo. « En étant écrite, l’his­toire vit, pré­cise-t-elle. Les gens ra­content se­lon leur per­cep­tion. Quand on conte ora­le­ment, l’his­toire évo­lue. Avec l’écrit, elle reste. » Plus qu’un livre, l’ou­vrage de Lu­cie Bisson ren­ferme mu­sique, chan­sons, ri­tour­nelles, com­plaintes et contes ins­pi­rés de sa vie, sou­vent pas­sée au bord du fleuve. « Quand on a ha­bi­té à cô­té du fleuve, il se passe un phé­no­mène ex­tra­or­di­naire, le fleuve nous ha­bite, confie l’au­teure. J’es­père que les gens vont le connaître d’une autre fa­çon, l’en­tendre, le per­ce­voir. » Mais en­core : la terre, et spé­cia­le­ment les gens qui y ont tra­vaillé, oc­cupent éga­le­ment une place de choix dans l’oeuvre de Lu­cie Bisson. « Les culti­va­teurs ont ou­vert des vues sur le fleuve », rap­pel­let-elle. Sa­me­di, c’est dans cet uni­vers in­vi­tant que bai­gne­ront les cu­rieux, les amis, les ma­rins, les ter­riens. « Cette soi­rée se­ra l’abou­tis­se­ment de cinq an­nées de tra­vail, de ren­contres mer­veilleuses faites sur le che­min du conte », conclut la conteuse. Pour y as­sis­ter, composez le 450 455-5588.

Lu­cie Bisson sait ma­nier les mots, tant comme conteuse que comme au­teure.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.