En quoi ce­la consiste-t-il?

Ins­pec­tion ré­si­den­tielle

L'Etoile - - IMMOHABITAT - (EN)

Que vous en­vi­sa­giez d’ache­ter une mai­son exis­tante ou une mai­son neuve, l’ins­pec­tion ré­si­den­tielle vous per­met­tra de dé­ter­mi­ner l’état dans le­quel se trouve la ré­si­dence qui vous in­té­resse. Si vous dé­si­rez vendre votre pro­prié­té, une telle ins­pec­tion peut vous ai­der à en ac­cé­lé­rer la vente et à ob­te­nir un meilleur prix.

Il s’agit un exa­men vi­suel dé­taillé du do­mi­cile. Une ins­pec­tion ré­si­den­tielle dure ha­bi­tuel­le­ment deux ou trois heures, au cours des­quelles la mai­son est exa­mi­née de fond en comble. L’ins­pec­teur scrute les di­vers as­pects du bâ­ti­ment et, lorsque né­ces­saire, vé­ri­fie le fonc­tion­ne­ment des sys­tèmes de plom­be­rie, de chauf­fage et de cli­ma­ti­sa­tion, ain­si que l’élec­tri­ci­té et les ap­pa­reils mé­na­gers. De plus, il ins­pecte les dif­fé­rentes com­po­santes de la struc­ture du bâ­ti­ment : toit, fon­da­tions, sous-sol, murs ex­té­rieurs et in­té­rieurs, che­mi­née, portes et fe­nêtres.

L’ins­pec­tion ef­fec­tuée par un pro­fes­sion­nel re­groupe en­vi­ron 1000 points sur quelque 400 élé­ments.

Par la suite, le pro­prié­taire re­çoit un rap­port dé­taillé qui doit in­clure une éva­lua­tion ob­jec­tive de l’état de la mai­son et in­di­quer claire- ment les vices exis­tants et les pro­blèmes pos­sibles. Le rap­port d’ins­pec­tion ré­si­den­tielle ne consti­tue tou­te­fois pas une ga­ran­tie.

Et la ga­ran­tie?

Comme la vé­ri­fi­ca­tion ré­si­den­tielle consiste prin­ci­pa­le­ment en un exa­men vi­suel de l’ha­bi­ta­tion et de ses sys­tèmes, l’as­pect tech­nique n’est pas éva­lué de fa­çon ex­haus­tive. Il n’y a au­cune ga­ran­tie, ex­pri­mée ou im­pli­cite, quant aux bris d’équi­pe­ment pos­sibles. Il est tou­te­fois en­vi­sa­geable d’ob­te­nir une telle pro­tec­tion si l’ins­pec­tion est ac­com­pa­gnée d’une ga­ran­tie ré­si­den­tielle. Lors­qu’on se pro­cure les deux ser­vices, cette der­nière couvre les ap­pa­reils qui fonc­tionnent bien au mo­ment de l’ins­pec­tion, mais qui pour­raient tom­ber en panne plus tard à cause d’une usure nor­male.

L’ins­pec­tion ré­si­den­tielle ne peut dé­ce­ler tous les vices de construc­tion et est li­mi­tée aux es­paces et aux ap­pa­reils vi­sibles. Comme les ins­pec­teurs ré­si­den­tiels ne peuvent voir à tra­vers les fon­da­tions, les plan­chers et les murs, il leur est im­pos­sible d’ins­pec­ter les en­droits et les ap­pa­reils in­ac­ces­sibles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.