At­ten­tion!

Des vic­times de fraude dans la ré­gion

L'Etoile - - SONDAGE CHRONIQUE 911 SÉCURITÉ - PAR JUS­TINE GRE­NIER jgre­nier@heb­dos­du­su­roit.com

RIGAUD — Un jour de dé­cembre, Yo­lande Du­pras a re­çu un étrange ap­pel. « Bon­jour, tu ne me re­con­nais pas? C’est ton ne­veu! » di­sait l’homme au bout du fil. Heu­reu­se­ment, Yo­lande Du­pras sa­vait que ce n’était pas son Ma­thieu.

L’homme a ten­té de convaincre la Ri­gau­dienne de lui prê­ter 3000 $ pour une tran­sac­tion à ré­gler le jour même. « Il m’a dit : Je viens d’ache­ter des jeans, ça me prend 10 000 $ pour les ache­ter et il reste 3000 $ à four­nir. Ils sont dé­jà tous ven­dus. Je les re­ven­drai cet après-mi­di le double du prix. »

L’homme se di­sait trop oc­cu­pé pour ve­nir cher­cher l’ar­gent lui-même. « Je vais en­voyer­mon chum », pro­po­sait-il. Yo­lande Du­pras a ré­pon­du qu’elle al­lait y pen­ser. Elle a tout de suite ap­pe­lé les po­li­ciers.

Le bon ré­flexe, se­lon la Sûreté du Québec. Quant à Yo­lande Du­pras, elle af­firme avec le re­cul avoir été chan­ceuse. « Je n’ai qu’un ne­veu, ça a été fa­cile de sa­voir que ce n’était pas lui. Si j’en avais eu cinq, ça n’au­rait pas été la même his­toire. »

Les aî­nés plus à risque

L’As­so­cia­tion qué­bé­coise de dé­fense des droits des per­sonnes re­trai­tées et pré­re­trai­tées (AQDR) af­firme que les plus de 60 ans comptent pour 75% des vic­times d’es­cro­que­rie de plus de 5000 $. Même que la vaste ma­jo­ri­té en est vic­time plus d’une fois.

Per­sonne n’est à l’abri du frau­deur qui se trouve au té­lé­phone, sur In­ter­net et même à votre porte : ré­pa­ra­tion d’au­to­mo­bile in­utile, de­mandes d’in­for­ma­tion ban­caire ou per­son­nelle, té­lé­mar­ke­ting, fraude im­mo­bi­lière… La pru­dence n’est plus un choix. « Le frau­deur vous fait tou­jours sen­tir dans l’ur­gence de dé­ci­der, pré­cise l’AQDR. Il est un beau parleur et un char­mant menteur. »

Le Groupe d’in­ter­ven­tion en vio­lence aux aî­nés (GRIVA) vient en aide aux vic­times de fraude dans Vau­dreuil-Sou­langes. L’Ac­tuel, le Centre de san­té et de ser­vices so­ciaux de Vau­dreuil-Sou­langes, la Mai­son des aî­nés de Sou­langes et la Sûreté du Québec siègent à ce co­mi­té. « Ce qu’on es­saie de faire, c’est que les gens en parlent, ex­plique le ser­gent Bru­no Beau­lieu. Parce qu’un grand pour­cen­tage de ces fraudes est fait par des gens que les aî­nés connaissent, des gens en qui ils ont confiance. » Des en­fants, des amis proches ou ces comp­tables qui font presque par­tie de la fa­mille sont tous des frau­deurs po­ten­tiels.

La pré­si­dente de l’AQDR de Sa­la­ber­ry-deVal­ley­field, Mi­che­line Ma­jor, croit elle aus­si en l’im­por­tance de sor­tir les aî­nés de l’iso­le­ment : « Les cas sont dif­fi­ciles à comp­ta­bi­li­ser parce que les gens ont peur, ils n’osent pas en par­ler. » L’AQDR af­firme que 75 % des vic­times ne portent pas plainte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.