Une ex­pé­rience for­ma­trice

Trois­mois au Sé­né­gal avec Mer etMonde pour Mo­ni­ca Da­viau

L'Etoile - - NOUVELLES RÉGIONALES - PAR YA­NICK MI­CHAUD ymi­chaud@heb­dos­du­su­roit.com

Mo­ni­ca Da­viau, ré­si­dente des Cèdres, vient tout juste d’avoir 21 ans. Elle s’ap­prête à vivre une ex­pé­rience en­ri­chis­sante qui la sui­vra toute sa vie.

La sym­pa­thique jeune femme s’en­vo­le­ra d’ici peu vers le Sé­né­gal pour un stage d’ini­tia­tion à la co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale. « Je fais ac­tuel­le­ment mes études au cé­gep Mai­son­neuve, mais j’ai dé­ci­dé de prendre une pause afin de tra­vailler un peu mais sur­tout de voya­ger. En fait, je tra­vaille pour payer mes voyages », ex­plique la jeune femme, dont toute l’en­fance s’est dé­rou­lée à L’Île-Per­rot.

Pour son sta­gede trois mois, Mo­ni­caDa­viau a co­gné à la porte de l’or­ga­nisme Mer et Monde. « Il of­frait le Hon­du­ras et le Sé­né­gal, pour­suit la jeune aven­tu­rière. J’au­rais dé­si­ré par­tir pour l’Asie, j’aime cette culture, mais ce n’était pas of­fert. Alors, je prends la di­rec­tion du Sé­né­gal, où je res­te­rai trois mois dans un vil­lage ne pos­sé­dant pas l’élec­tri­ci­té ni l’eau cou­rante. Mais je suis une fille de cam­ping et suis à l’aise avec cette si­tua­tion. Ça bat un Club Med pour moi! »

N’étant pas in­fir­mière, Mo­ni­ca Da­viau agi­ra comme as­sis­tante. Et elle en ap­pren­dra sur ce pays. « C’est un rêve qui se réa­lise. Je trouve ça cool. Je vais dé­cou­vrir une nou­velle culture. On trouve de la po­ly­ga­mie là­bas, et deux langues com­plè­te­ment étran­gères, le wo­lof et le sé­rère. En même temps, c’est une an­cienne co­lo­nie fran­çaise; sou­vent les en­fants ap­prennent le fran­çais à l’école. Ils servent d’in­ter­prètes », dit celle qui au­ra aus­si la pos­si­bi­li­té de tra­vailler dans une école à titre d’as­sis­tante.

Dé­part en jan­vier

Si le dé­part est pré­vu le 19 jan­vier, Mo­ni­ca Da­viau par­ti­cipe à des stages de­puis quelques mois. « En groupe de cinq, nous avons eu des for­ma­tions de trois jours pour ap­prendre la culture, se pré­pa­rer men­ta­le­ment et sa­voir gé­rer cer­taines si­tua­tions, la po­ly­ga­mie par exemple », pré­cise-t-elle.

La jeune femme doit as­su­mer les frais de son voyage, qu’elle éva­lue à 4000 $. « Là­bas, nous fai­sons du bé­né­vo­lat et tout est à mes frais. Je le prends comme si je de­vais me payer des va­cances. La plus grosse dé­pense, c’est l’avion, qui coûte de 1600 $ à 2000 $, lance Mo­ni­ca Da­viau, qui a aus­si re­çu des vac­cins. Il n’y a au­cun vac­cin obli­ga­toire pour le Sé­né­gal, mais j’ai pré­fé­ré pré­ve­nir la ma­la­ria entre autres. »

Et Mo­ni­ca Da­viau es­time que l’hi­ver est la meilleure pé­riode de l’an­née pour ce voyage : il fe­ra beau­coup moins chaud.

Ex­pé­rience en­ri­chis­sante

« Per­sonne ne re­vient de ce voyage en de­meu­rant le même. Il y au­ra un gros chan­ge­ment qui s’ef­fec­tue­ra. Et j’es­père bien qu’il se­ra po­si­tif. Je vais cher­cher ce que j’ai be­soin d’ap­prendre et aus­si pour m’y re­trou­ver moi-même. Au dé­but, quand j’en par­lais aux membres de ma fa­mille, à mes proches, ils étaient un peu in­quiets, mais ils savent que Mer et Monde est so­lide et que nous sommes bien en­ca­drés. Voya­ger est un na­tu­rel pour moi et ça nem’in­quiète pas, alors ça les ras­sure. J’ai une grande fa­ci­li­té d’adap­ta­tion, et ils savent que, pour moi, c’est moins dur de par­tir dans un autre pays que de tra­vailler 40 heures au sa­laire mi­ni­mum. C’est un plus », conclut Mo­ni­caDa­viau.

PHOTO DA­NIEL CUILLERIER

La jeune femme, confiante et sym­pa­thique, a bien hâte de vivre dans une tout autre culture dès le 19 jan­vier, lors d’un sé­jour de trois­mois au Sé­né­gal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.