Le pro­gramme Em­ploi d’été Ca­na­da doit être bo­ni­fié

Pour créer plus d’em­plois étu­diants

L'Etoile - - ACTUALITÉ - (M.M.H.)

La dé­pu­tée blo­quiste de Vau­dreuilSou­langes, Mei­li Faille, se dit dé­çue de la bo­ni­fi­ca­tion du bud­get d’Em­plois d’été Ca­na­da.

« Après avoir exer­cé de fortes pres­sions sur le gou­ver­ne­ment Har­per afin qu’il re­voie le bud­get d’Em­plois d’été en fonc­tion de l’in­fla­tion du sa­laire mi­ni­mum et du coût de la vie, le Bloc qué­bé­cois ac­cueille avec un en­thou­siasme mi­ti­gé la dé­ci­sion des conser­va­teurs de fixer à 107,5 M$ le bud­get du pro­gramme en 2011. En fait, il s’agit là d’une fausse bo­ni­fi­ca­tion, car le bud­get du pro­gramme s’éle­vait à ce­mê­me­mon­tant au cours des deux der­nières an­nées. Il ne bé­né­fi­cie donc­pas d’ar­gent frais », dé­clare Mei­li Faille.

La se­maine der­nière, le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral a an­non­cé un im­por­tant in­ves­tis­se­ment dans le pro­gramme Em­plois d’été Ca­na­da. « L’in­ves­tis­se­ment crée­ra jus­qu’à 3500 em­plois sup­plé­men­taires pour les étu­diants l’été pro­chain, ce qui ren­for­ce­ra l’éco­no­mie des col­lec­ti­vi­tés par­tout au Ca­na­da », af­firme quant à lui le mi­nistre Jean-Pierre Black­burn. Le com­mu­ni­qué de presse n’in­dique tou­te­fois pas le mon­tant de cet in­ves­tis­se­ment.

Em­plois d’été Ca­na­da pro­pose du fi­nan­ce­ment aux or­ga­nismes sans but lu­cra­tif, aux em­ployeurs du sec­teur pu­blic et aux pe­tites en­tre­prises afin d’of­frir des em­plois d’été aux jeunes de 15 à 30 ans aux études à temps plein qui comptent pour­suivre leurs études au cours de la pro­chaine an­née sco­laire.

Bo­ni­fi­ca­tion in­adé­quate

Le Bloc qué­bé­cois a dé­po­sé, en dé­cembre der­nier, une mo­tion au Co­mi­té des res­sources hu­maines et du dé­ve­lop­pe­ment des com­pé­tences, qui ré­cla­mait la bo­ni­fi­ca­tion du bud­get en ques­tion en fonc­tion de la hausse du­sa­laire ho­rai­re­mi­ni­mu­met de l’in­fla­tion.

Mei­li Faille rap­pelle que le sa­laire mi­ni­mum au Québec a bon­di de­puis l’an­née de ré­fé­rence, soit 2006. Le sa­laire mi­ni­mum était alors de 7,75 $ l’heure; il s’élè­ve­ra à 9,65 $ le 1er mai pro­chain. La dé­pu­tée es­time que le bud­get d’Em­plois d’été Ca­na­da en 2011 doit to­ta­li­ser quelque 123 M$.

« Or le bud­get de 107,5 M$ an­non­cé par les conser­va­teurs en­gendre un manque à ga­gner de près de 16 M$, dont près de 4M$ pour le Québec, pour re­ve­nir au ni­veau de 2006 et per­mettre à un même nombre de jeunes de bé­né­fi­cier du pro­gramme », pré­cise Mei­li Faille.

« La dé­ci­sion du gou­ver­ne­ment Har­per de ne pas in­dexer le bud­get au sa­laire mi­ni­mum et à l’in­fla­tion met en pé­ril la vi­ta­li­té de l’em­ploi étu­diant et de la re­lève, pour­suit-elle. Pour sa part, le Bloc qué­bé­cois a bien l’in­ten­tion de veiller à ce que nos jeunes puissent ac­qué­rir des ex­pé­riences de tra­vail si­gni­fi­ca­tives en vue de leur car­rière fu­ture, tout en contri­buant au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial des mu­ni­ci­pa­li­tés et des ré­gions. »

Les for­mu­laires de de­mande, en cir­cu­la­tion à comp­ter du 1er fé­vrier pro­chain, de­vront être dé­po­sés au plus tard le 28 fé­vrier. Les em­ployeurs peuvent pré­sen­ter une de­mande en ligne au www.ser­vi­ce­ca­na­da.gc.ca/fra/dgpe/ij/pej/ pro­gramme/pce.shtml ou au Centre Ser­vice Ca­na­da de la ré­gion.

Re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel

Dans un tout autre ordre d’idées, Mei­li Faille es­time que le der­nier re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel de Ste­phen Har­per consti­tue un ra­té. Elle craint en ef­fet un dur­cis­se­ment idéo­lo­gique à la suite de la no­mi­na­tion de quatre uni­lingues an­glo­phones. Lors du dé­pôt du pro­chain bud­get, les conser­va­teurs au­ront à ré­pondre aux ques­tions des Qué­bé­cois, af­firme-t-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.