Ser­vice in­cen­die, pis­cine in­té­rieure et Cie

Bud­get 2011 de Saint-La­zare

L'Etoile - - ACTUALITÉ - PAR JUS­TINE GRE­NIER jgre­nier@heb­dos­du­su­roit.com

« On est main­te­nant quelque 20 000 ré­si­dents à Saint-La­zare, sou­ligne le maire Pierre Ka­ry. Cette aug­men­ta­tion de la po­pu­la­tion et son ra­jeu­nis­se­ment créent de nou­veaux be­soins. »

Le bud­get de 22,64 M$ re­pré­sente une aug­men­ta­tion de 6,9 % par rap­port à l’an der­nier. Les taxes aug­men­te­ront de 3,26 cents du 100 $ d’éva­lua­tion, pas­sant de 0,5830 à 0,6516 $. « On de­meure par­mi les plus bas taux de taxa­tion dans la ré­gion, as­sure le maire, sur­tout lors­qu’on se com­pare à des mu­ni­ci­pa­li­tés de notre taille. »

Maxi­mi­ser la ca­serne

En 2011, l’équipe des pre­miers ré­pon­dants se­ra in­té­grée au ser­vice in­cen­die afin d’as­su­rer une garde en ca­serne 24 heures par jour, 7 jours par se­maine. « C’est une né­ces­si­té, pour­suit le maire. C’est même une exi­gence de la pro­vince, d’of­frir ce ni­veau de ser­vice. » Cette fu­sion coû­te­ra quelque 350 000 $. « On doit ré­no­ver notre ca­serne pour pou­voir pro­cé­der à ce chan­ge­ment. »

Connaître ses es­paces verts

« Je n’ai pas à le ca­cher, les ré­si­dents de SaintLa­zare veulent pro­té­ger leur com­mu­nau­té, lance Pierre Ka­ry. Une chose qu’on ap­pré­cie beau­coup, ce sont nos es­paces verts. »

Pour ar­ri­ver à les pro­té­ger, le maire sou­tient qu’il faut d’abord connaître ces coins de ver­dure. « On va pro­cé­der à la ca­té­go­ri­sa­tion éco­lo­gique de notre ter­ri­toire. Ça a été fait en par­tie il y a quelques an­nées, mais il reste des sec­teurs dans notre pé­ri­mètre ur­bain dont on ne connaît pas la va­leur éco­lo­gique. Si on ca­rac­té­rise notre ter­ri­toire, on va pou­voir prendre de bonnes dé­ci­sions pour notre sec­teur en ma­tière de dé­ve­lop­pe­ment. »

Fi­na­le­ment, Saint-La­zare en­tend re­lier ses es­paces verts grâce à un plan de sen­tiers ré­créa­tifs et in­ves­tir 750 000 $ dans un ré­seau cy­clable. Le trans­port en com­mun conti­nue­ra lui aus­si d’être mis à l’avant­plan : « On pré­voit 360 000 $. Les iti­né­raires d’au­to­bus sont cons­tam­ment re­vus pour at­ti­rer le plus grand nombre d’usa­gers. »

Bond des frais d’ad­mi­nis­tra­tion

gé­né­rale

Les frais d’ad­mi­nis­tra­tion gé­né­rale ont grim­pé de près de 445 000 $ par rap­port à 2010. « On a créé une cel­lule tem­po­raire pour la pla­ni­fi­ca­tion des pro­jets spé­ciaux, ex­plique Pierre Ka­ry. Des employés tra­vaillent à faire avan­cer des pro­jets à long terme, comme l’usine de fil­tra­tion et le pro­jet de la pis­cine pour 2013. »

La Ville a éga­le­ment en­ga­gé un ins­pec­teur pour voir au res­pect de la ré­gle­men­ta­tion de la coupe d’arbres. « L’ins­pec­teur tra­vaille avec le pro­mo­teur pour faire le sui­vi du­rant et après les tra­vaux. C’est dans l’in­té­rêt des ré­si­dents mais aus­si des pro­mo­teurs, qui ont une cer­taine as­su­rance que les tra­vaux sont ré­gle­men­taires. Ils n’ont pas de sur­prise à la fin. »

Le bud­get du vo­let Hy­giène du mi­lieu, en lien avec l’eau po­table, a éga­le­ment bon­di de plus de 600 000 $ de­puis 2009. « Il faut s’as­su­rer qu’à long terme, il y a une suf­fi­sance d’eau po­table pour nos ré­si­dents, sou­tient le maire Ka­ry. Cette an­née, on va faire des études et de l’ex­plo­ra­tion. On va al­ler re­gar­der où on ne re­garde pas d’ha­bi­tude. »

Le maire est confiant : l’eau po­table se­ra un dos­sier plus fa­cile à gé­rer que l’an der­nier. « En 2010, on avait deux pro­blé­ma­tiques : une pé­nu­rie d’eau et les pompes qui fai­saient dé­faut. Cette an­née, on a trois nou­veaux puits et l’on de­vrait être en bonne po­si­tion en ma­tière de ca­pa­ci­té de pom­page. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.