Pas de fu­mée sans feu

Fuite de gaz à Le­clerc­ville

L'Etoile - - ENVIRONNEMENT - PAR ELIZABETH CA­RON eca­ron@heb­dos­du­su­roit.com Der­nière heure : Lu­cien Bou­chard rem­pla­ce­ra An­dré Caillé à la tête de l’As­so­cia­tion pé­tro­lière et ga­zière du Québec.

La fuite ma­jeure du puits A 266 de la com­pa­gnie Ta­lis­man fait bon­dir la coa­li­tion d’or­ga­nismes en fa­veur d’un mo­ra­toire. Un autre ar­gu­ment concret pour en ap­pe­ler à la pru­dence.

Le 21 jan­vier, Na­ture Québec re­com­man­dait la fer­me­ture du puits en ques­tion. « Il y a lieu de craindre, af­fir­mait-on, que, dans sa­mi­gra­tion le long du puits prin­ci­pal mais à l’ex­té­rieur du cof­frage cen­sé le conte­nir, du gaz puisse s’ac­cu­mu­ler, dé­vier de son par­cours et for­mer des poches po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reuses. »

Un­ré­cent rap­port d’ins­pec­tion du mi­nis­tère des Res­sources na­tu­relles et de la Faune (MRNF) iden­ti­fiait sur ce puits une émis­sion de 190m3 par jour de gaz à une pres­sion­nons­ta­bi­li­sée de 6767kPa.

Ain­si, le Co­mi­té de vi­gi­lance gaz de schiste (Lot­bi­nière-Bé­can­cour), re­grou­pant une di­zaine de co­mi­tés de ci­toyens ap­puyés par Na­ture Québec et l’As­so­cia­tion qué­bé­coise de lutte contre la pol­lu­tion at­mo­sphé­rique (AQLPA), de­mande au mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment du­rable, de l’En­vi­ron­ne­ment et des Parcs (MDDEP) et à la CSST d’in­ter­ve­nir pour que la san­té des tra­vailleurs et l’en­vi­ron­ne­ment ne soient pas me­na­cés avant, pen­dant et après les in­ter­ven­tions sur le puits. Les co­mi­tés se disent ou­trés par le manque de trans­pa­rence du MRNF, qui, dans son rap­port du 12 jan­vier, n’a pas pré­ci­sé au Bu­reau d’au­diences pu­bliques sur l’en­vi­ron­ne­ment (BAPE) que le puits de Lot­bi­nière fai­sait l’ob­jet de tra­vaux ma­jeurs (al­lant jus­qu’à la ré­in­jec­tion de ci­ment en grande pro­fon­deur) tant les fuites semblent im­por­tantes et hors de contrôle. D’après les cal­culs de l’AQLPA faits à par­tir des don­nées du MRNF, le puits de Le­clerc­ville émet­trait l’équi­valent de plus de 988 tonnes deCO2 par an­née.

Ce puits est si­tué à une pro­fon­deur de plus de trois ki­lo­mètres et s’étend sur un ki­lo­mètre. C’est dans cette sec­tion que du ci­ment se­rait ré­in­jec­té.

Pour sa part, Ch­ris­tian Si­mard, de Na­ture Québec, de­man­dait à ce « que le gou­ver­ne­ment ar­rête de ba­na­li­ser des si­tua­tions comme celles-ci, qui pour­raient avoir de graves consé­quences, qu’il ouvre les livres et fasse preuve de trans­pa­rence plu­tôt que de jouer le rôle de l’in­dus­trie ».

Les ci­toyens et les or­ga­nismes s’in­quiètent de l’ab­sence de ba­rèmes dans la ré­gle­men­ta­tion qué­bé­coise lors de sem­blables si­tua­tions, ce qui oblige le gou­ver­ne­ment et les en­tre­prises à s’ins­pi­rer li­bre­ment de la ré­gle­men­ta­tion en vi­gueur en Co­lom­bie-Bri­tan­nique.

Rap­pe­lons que, le 22 no­vembre 2010, le Conseil de bas­sins ver­sants de Vau­dreuilSou­langes (COBAVER-VS) dé­po­sait un mé­moire sur le dé­ve­lop­pe­ment du­rable de l’in­dus­trie du gaz de schiste au Québec, en col­la­bo­ra­tion avec le Re­grou­pe­ment des or­ga­nismes de bas­sins ver­sants du Québec (ROBVQ) et plu­sieurs or­ga­nismes de bas­sins ver­sants de la vallée du Saint- Laurent. Dans ce do­cu­ment re­mis au BAPE, le COBAVER-VS et ses par­te­naires re­com­man­daient la­mo­di­fi­ca­tion de la Loi sur les mines et de la Loi sur la qua­li­té de l’en­vi­ron­ne­ment.

« De plus, nous avons éga­le­ment fait des re­com­man­da­tions strictes afin d’en­ca­drer l’in­dus­trie », rap­pelle Isabelle Ro­drigue, di­rec­trice gé­né­ra­le­duCOBAVER-VS.

Une­po­si­tion ré­af­fir­mée

Le 21 jan­vier éga­le­ment, Équi­terre in­sis­tait de nou­veau sur le be­soin d’un mo­ra­toire dans le dos­sier des gaz de schiste afin de ré­pondre aux ques­tions sur les risques de cette in­dus­trie. « À la lu­mière des ré­vé­la­tions ré­centes sur des fuites de gaz de plu­sieurs puits ain­si que sur le be­soin d’ap­por­ter de sé­rieuses mo­di­fi­ca­tions, telle la ré­pa­ra­tion du cof­frage de bé­ton sur le puits de Le­clerc­ville, Équi­terre est d’avis que le gou­ver­ne­ment du Québec doit im­po­ser un mo­ra­toire sur l’ex­plo­ra­tion du gaz de schiste. »

Dans un rap­port pu­blié il y a deux se­maines, l’Ins­ti­tut na­tio­nal de san­té pu­blique du Québec sou­li­gnait le manque de ren­sei­gne­ments quant aux consé­quences sur la pol­lu­tion at­mo­sphé­rique, la conta­mi­na­tion de l’eau, la san­té et les mi­lieux de vie pour bien éva­luer les risques liés à l’ex­trac­tion des gaz de schiste, et re­com­man­dait une éva­lua­tion plus ap­pro­fon­die à cet égard.

Avec la fuite en pro­fon­deur du puits de Le­clerc­ville, il semble en­core plus évident qu’une pause soit re­quise dans l’es­sor de cette in­dus­trie au Québec.

« Il est très dé­ce­vant de voir que le gou­ver­ne­ment du Québec s’en­tête à ne pas vou­loir im­po­ser un mo­ra­toire sur le dé­ve­lop­pe­ment de l’in­dus­trie des gaz de schiste au Québec alors que les preuves s’ac­cu­mulent, et que même cer­tains or­ga­nismes pu­blics sou­lignent le be­soin d’un temps d’ar­rêt pour mieux com­prendre les im­pacts de cette in­dus­trie sur la san­té et l’en­vi­ron­ne­ment », dé­clare pour sa part Ste­ven Guil­beault.

PHOTO ELIZABETH CA­RON

Ste­ven Guil­beault, dis­cu­tant avec Marthe Théo­ret, du co­mi­té ZIP du Haut-Saint-Laurent, lors de son pas­sage à Sa­la­ber­ry-de-Val­ley­field.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.