Une coa­li­tion pour les élèves en dif­fi­cul­té

L'Etoile - - ACTUALITÉ - PAR MÉ­LA­NIE ME­LOCHE-HOLUBOWSKI mm­ho­lu­bows­ki@heb­dos­du­su­roit.com

Le syn­di­cat de la Fé­dé­ra­tion au­to­nome de l'en­sei­gne­ment (FAE) in­vite les en­sei­gnants à se joindre à la coa­li­tion Pour une in­té­gra­tion réus­sie afin de sen­si­bi­li­ser la population aux pro­blèmes tou­chant les élèves han­di­ca­pés ou en dif­fi­cul­té d'adap­ta­tion ou d'ap­pren­tis­sage (EHDAA).

Lan­cée le 10 mars der­nier, cette coa­li­tion de­mande au gou­ver­ne­ment de res­pec­ter ses en­ga­ge­ments et de cor­ri­ger une si­tua­tion qu'elle juge « in­ac­cep­table ». En ef­fet, la classe or­di­naire « ne peut in­clure tous les élèves, ni of­frir tous les ser­vices ».

La coa­li­tion re­pré­sente plu­sieurs syn­di­cats, as­so­cia­tions d'en­sei­gnants et re­grou­pe­ments de pa­rents. Dans Vau­dreuilSou­langes, le Syn­di­cat de l'en­sei­gne­ment des Sei­gneu­ries, af­fi­lié à la FAE, re­pré­sente plus de 550 en­sei­gnants du se­con­daire, de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et de l'édu­ca­tion des adultes de la Com­mis­sion sco­laire des Trois-Lacs.

As­su­rer des ser­vices

La coa­li­tion rap­pelle que, de 2002 à 2003 et de 2009 à 2010, la pro­por­tion desEHDAA a aug­men­té de 20 %. « Mal­heu­reu­se­ment, ex­plique-t-elle, l'école pu­blique manque trop sou­vent de moyens pour faire de la pré­ven­tion et de l'in­ter­ven­tion pré­coce, pour as­su­rer les ser­vices réels et suf­fi­sants aux élèves en dif­fi­cul­té ou en­core pour leur of­frir la pos­si­bi­li­té de fré­quen­ter une classe spé­cia­li­sée. »

On de­mande un meilleur en­ca­dre­ment de l'in­té­gra­tion des EHDAA en te­nant compte de leurs be­soins in­di­vi­duels.

La FAE pré­cise qu'elle ne s'y op­pose pas. Ce­pen­dant, elle consi­dère que la res­pon­sa­bi­li­té d'ins­truire tous les élèves in­combe à l'école comme ins­ti­tu­tion, mais pas for­cé­ment à la classe or­di­naire. « L'in­té­gra­tion ne peut conti­nuer comme elle se pra­tique ac­tuel­le­ment et ne peut sur­tout pas re­po­ser sur les seules épaules des profs », a dé­cla­ré le pré­sident de la FAE, Pierre St-Ger­main. Et d'ajou­ter : « Il faut des res­sources ad­di­tion­nelles pour ré­pondre aux be­soins de tous les élèves et sou­te­nir ef­fi­ca­ce­ment les profs. »

La FAE pro­pose plu­sieurs so­lu­tions pour réus­sir cette in­té­gra­tion ba­sée sur l'ex­pé­rience des en­sei­gnantes et des en­sei­gnants.

Il faut pri­vi­lé­gier la pré­ven­tion et l'in­ter­ven­tion pré­coce. Cette ap­proche per­met de dé­pis­ter et d'iden­ti­fier les dif­fi­cul­tés des élèves afin qu'ils re­çoivent des ser­vices d'ap­pui en fonc­tion de leur réa­li­té. Le choix d'in­té­grer un élève en dif­fi­cul­té ou de l'ai­der en classe spé­cia­li­sée doit se faire en te­nant compte des condi­tions préa­lables.

La FAE ré­clame aus­si l'aug­men­ta­tion des bud­gets ré­ser­vés aux ser­vices di­rects aux EHDAA.

Pour ob­te­nir plus de ren­sei­gne­ments à pro­pos de cette coa­li­tion, vi­si­tez le si­te­Web auwww.pou­ru­nein­te­gra­tion­reus­sie.org.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.