Un gou­ver­ne­ment ar­ro­gant, se­lon Ja­mie Ni­cholls

Pont Cham­plain

L'Etoile - - ACTUALITÉ - SI­MON RI­CHARD

Or­ga­ni­sé en col­la­bo­ra­tion avec le dé­pu­té de Bros­sard-la Prai­rie, Hoang Mai, ce fo­rum vi­sait à in­ter­ro­ger les ci­toyens de la Rive-sud sur l’ave­nir du pont Cham­plain. Plus de 200 per­sonnes étaient pré­sentes.

De­nis Le­bel a tou­te­fois dé­ni­gré l’évé­ne­ment. Moins de 24 heures après cette rencontre, il a te­nu une confé­rence de presse pour an­non­cer le dé­but des études en­vi­ron­ne­men­tales sur la construction d’une nou­velle struc­ture.

« Une heure et de­mie dans une salle com­mu­nau­taire pour un dos­sier aus­si im­por­tant… Notre ri­gueur est beau­coup plus grande! L’équipe de tra­vail, ce sont cinq ou six ren­contres par se­maine avec des gens sé­rieux. On va lais­ser le NPD (Nou­veau Par­ti dé­mo­cra­tique) faire de la politique. On va faire de l’éco­no­mie et on

Un dos­sier qui stagne

De­nis Le­bel, mi­nistre fé­dé­ral des Trans­ports, a dé­ni­gré le Fo­rum pu­blic sur l’ave­nir du pont Cham­plain te­nu à Bros­sard. Ja­mie Ni­cholls, dé­pu­té de Vau­dreuil-sou­langes et por­te­pa­role ad­joint en ma­tière de trans­port, avait or­ga­ni­sé cette rencontre.

va li­vrer un pont », a dé­cla­ré le mi­nistre à la Presse Ca­na­dienne.

Pour Ja­mie Ni­cholls, une telle dé­cla­ra­tion prouve toute l’ar­ro­gance dont est em­preint le gou­ver­ne­ment conser­va­teur. « Le mi­nistre Le­bel nous ac­cuse de "faire de la politique", mais si "faire de la politique" c’est consul­ter les ci­toyens, nous al­lons conti­nuer de le faire », a ré­pli­qué Ja­mie Ni­cholls. La dé­cla­ra­tion du mi­nistre Le­bel re­pré­sente un af­front aux 200 ci­toyens et aux trois ex­perts qui ont par­ti­ci­pé à ce fo­rum, se­lon le dé­pu­té.

Pour lui, la par­ti­ci­pa­tion au fo­rum per­met de consta­ter les pré­oc­cu­pa­tions des ci­toyens sur l’ins­tau­ra­tion de péages. Rap­pe­lons que, pour le gou­ver­ne­ment conser­va­teur, la dé­ci­sion d’ins­tau­rer un péage sur le pont Cham­plain est sans équi­voque.

Le dé­pu­té sou­ligne aus­si que le dos­sier du pont Cham­plain a très peu pro­gres­sé de­puis oc­tobre der­nier. Le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial n’a tou­jours pas été consul­té. Une étape cru­ciale qui re­tarde l’avan­ce­ment du dos­sier. Le gou­ver­ne­ment vient d’an­non­cer l’ap­pel d’offres de l’étude en­vi­ron­ne­men­tale. Pour le dé­pu­té, cette an­nonce re­flète l’in­ac­tion des conser­va­teurs dans ce dos­sier de­puis près de quatre mois.

« C’est in­quié­tant. On a l’im­pres­sion que le gou­ver­ne­ment im­pro­vise, in­dique Ja­mie Ni­cholls. Nous vou­lons tra­vailler avec les conser­va­teurs, mais tout se fait en vase clos. »

Pour le dé­pu­té, ce type de ges­tion re­pré­sente de l’an­cienne politique. Les ci­toyens de­vraient être in­clus da­van­tage dans le pro­ces­sus dé­mo­cra­tique, es­time-t-il.

Le dé­pu­té sou­haite que la pro­chaine ses­sion par­le­men­taire soit plus construc­tive : « J’es­père que les conser­va­teurs chan­ge­ront leur ges­tion dans la pro­chaine an­née. Nous vou­lons voir des ac­tions concrètes et de la trans­pa­rence et nous tra­vaille­rons en ce sens. »

Ja­mie Ni­cholls sou­tient que le gou­ver­ne­ment a choi­si la for­mule du par­te­na­riat pu­blic-pri­vé sans au­cune étude. De plus, le gou­ver­ne­ment n’en­tend pas te­nir de consul­ta­tion pu­blique sur le péage, une dé­ci­sion sans ap­pel.

PHO­TO BU­REAU DE JA­MIE NI­CHOLLS

Ja­mie Ni­cholls lors du Fo­rum pu­blic sur l’ave­nir du pont Cham­plain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.