Pro­jet no­va­teur au CSSS du Su­roît

Dans le cadre du Mois de la nu­tri­tion

L'Etoile - - ACTUALITÉ - (Y.M.)

PLe Centre de san­té et de ser­vices so­ciaux du Su­roît (CSSS) a pro­fi­té du Mois de la nu­tri­tion qui vient de prendre fin pour pré­sen­ter à la po­pu­la­tion un de ses pro­jets no­va­teurs en lien avec l’ali­men­ta­tion et le mieux-être des ré­si­dents de la ré­gion.

lu­sieurs études ré­vèlent qu’une bonne nu­tri­tion in­fluence po­si­ti­ve­ment la ré­sis­tance aux in­fec­tions, la vi­ta­li­té, les ca­pa­ci­tés fonc­tion­nelles, le risque de frac­ture et la ré­adap­ta­tion de la per­sonne. Une ali­men­ta­tion in­suf­fi­sante est res­pon­sable d’un état de dé­nu­tri­tion dif­fi­ci­le­ment ré­ver­sible. Les sta­tis­tiques à ce su­jet le prouvent : la du­rée d’hos­pi­ta­li­sa­tion se­rait mul­ti­pliée par deux et même quatre chez une per­sonne dé­nu­trie.

De­vant cette réa­li­té, le CSSS a lan­cé en jan­vier der­nier un pro­jet no­va­teur, à sa­voir le dé­pis­tage nu­tri­tion­nel au­près de plu­sieurs clien­tèles : centres d’hé­ber­ge­ment, cli­niques de pré­ad­mis­sion, gui­chets d’ac­cès aux ser­vices ex­ternes pour les per­sonnes en perte d’au­to­no­mie, ser­vices cou­rants au CLSC ain­si qu’au­près des pa­tients hos­pi­ta­li­sés. Ce dé­pis­tage per­met d’iden­ti­fier ra­pi­de­ment les per­sonnes à risque nu­tri­tion­nel et de dé­ter­mi­ner si une éva­lua­tion de leur état nu­tri­tion­nel est né­ces­saire.

Cette ini­tia­tive, lan­cée par un co­mi­té de tra­vail re­grou­pant no­tam­ment des nu­tri­tion­nistes et des in­fir­mières, se­ra sans doute ins­pi­rante pour d’autres éta­blis­se­ments de san­té à tra­vers la pro­vince, car, mal­heu­reu­se­ment, la dé­nu­tri­tion chez les pa­tients est de plus en plus fré­quente.

Agir de fa­çon pré­ven­tive

Le dé­pis­tage nu­tri­tion­nel a pour but d’in­ter­ve­nir de fa­çon pré­coce afin de ré­duire au maxi­mum les risques de dé­nu­tri­tion chez les per­sonnes ser­vies par le CSSS du Su­roît, de li­mi­ter les com­pli­ca­tions as­so­ciées, d’évi­ter cer­taines hos­pi­ta­li­sa­tions et de ré­duire la du­rée des sé­jours en mi­lieu hos­pi­ta­lier. Grâce à ce pro­jet, l’équipe mé­di­cale et les pro­fes­sion­nels du CSSS du Su­roît peuvent agir en amont et amé­lio­rer de fa­çon tan­gible la qua­li­té des soins et ser­vices of­ferts à la po­pu­la­tion du Su­roît.

Une dé­marche d’équipe

Pour l’ins­tau­ra­tion de ce pro­gramme et pour sou­te­nir les in­ter­ve­nants lors­qu’ils pro­cèdent à l’éva­lua­tion d’un pa­tient, un co­mi­té de tra­vail a dé­ve­lop­pé un ou­til de dé­pis­tage. Ba­sé sur un pro­cé­dé simple et ra­pide, ce ques­tion­naire per­met de re­con­naître ra­pi­de­ment une si­tua­tion pro­blé­ma­tique et d’éta­blir une prio­ri­sa­tion des in­ter­ven­tions nu­tri­tion­nelles re­quises.

Lorsque le dé­pis­tage dé­montre un risque de dé­nu­tri­tion, une de­mande est ache­mi­née à une nu­tri­tion­niste qui pro­cé­de­ra à une éva­lua­tion com­plète de l’état du pa­tient afin d’éla­bo­rer un plan de trai­te­ment per­son­na­li­sé.

Quant à la dé­nu­tri­tion, il s’agit d’un état pathologique qui ré­sulte d’un dé­fi­cit per­sis­tant des ap­ports nu­tri­tion­nels par rap­port aux be­soins de l’or­ga­nisme, ce qui en­traîne des ca­rences mul­tiples et une dé­té­rio­ra­tion de la san­té. Un des symp­tômes ap­pa­rents est la perte de poids. Chez les per­sonnes âgées, la dé­nu­tri­tion peut me­ner à une im­por­tante perte d’au­to­no­mie. Cer­tains pro­blèmes so­ciaux (pau­vre­té, iso­le­ment so­cial) ou pa­tho­lo­gies (troubles de la di­ges­tion) peuvent in­fluen­cer l’état de san­té du pa­tient.

PHOTOTHÈQUE

Le co­mi­té de tra­vail re­grou­pant no­tam­ment des nu­tri­tion­nistes et des in­fir­mières qui a mis sur pied ce

pro­gramme no­va­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.