Dé­cès de l’ar­pen­teur Georges Ber­ger

La CSST rend pu­bliques ses conclu­sions

L'Etoile - - VERS LA 30 - (C.C.J.)

LLe 2 sep­tembre 2011 dé­cé­dait l’ar­pen­teur Georges Ber­ger sur le chan­tier de Nou­velle Au­to­route 30, dans le sec­teur de Châ­teau­guay. L’homme a été écra­sé par un ca­mion à benne bas­cu­lante. La Com­mis­sion de la santé et de la sé­cu­ri­té du tra­vail (CSST) a fait connaître les conclu­sions de son en­quête le mer­cre­di 30 mai.

’ac­ci­dent a été cau­sé par une mau­vaise ges­tion de la cir­cu­la­tion pié­ton­nière dans une aire de tra­vail mé­ca­ni­sé. En ef­fet, l’ar­pen­teur pre­nait des me­sures dans la zone de re­cul du ca­mion à benne alors que le si­gna­leur fai­sait dos à la scène. Il sem­ble­rait de sur­croît que l’alarme du ca­mion qui ef­fec­tuait la ma­noeuvre de re­cul se soit ré­vé­lée in­ef­fi­cace.

La CSST a for­mu­lé quelques re­com­man­da­tions à la suite de cet ac­ci­dent. Le ca­mion en ques­tion a été ins­pec­té, et la CSST a in­ter­dit toute ma­noeuvre de re­cul à proxi­mi­té des tra­vailleurs à pied.

À titre de pré­ven­tion, la CSST rap­pelle que le dé­pla­ce­ment des vé­hi­cules doit être contrô­lé afin d’as­su­rer la sé­cu­ri­té des tra­vailleurs. Les em­ployeurs doivent par consé­quent iden­ti­fier les dan­gers po­ten­tiels et éla­bo­rer des plans de cir­cu­la­tion afin de li­mi­ter les ma­noeuvres où tra­vailleurs à pied et ma­chi­ne­rie se cô­toient.

Alors que trois dé­cès ont été en­re­gis­trés en 2011 sur les chan­tiers de construc­tion, la CSST sou­ligne que chaque in­ci­dent en est un de trop.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.