Mes­sage aux La­za­rois

Robert Gri­mau­do, nou­veau maire de Saint-la­zare

L'Etoile - - C’EST MON OPINION| - Robert Gri­mau­do, maire de Saint-la­zare

Le ven­dre­di 22 juin, j’ai été as­ser­men­té en tant que maire de Saint-La­zare. Un taux de par­ti­ci­pa­tion de 20 % n’est pas ce qu’un fonc­tion­naire élu sou­haite, mais c’est ce qui s’est pro­duit. Ce­la dit, je crois que le ra­tio du vote est vrai : les résultats au­raient été les mêmes, peu im­porte le taux de par­ti­ci­pa­tion.

La pre­mière chose que je veux dire : mer­ci à tous, et prin­ci­pa­le­ment à mon équipe de par­ti­sans dé­voués qui a contri­bué à pro­pa­ger mon mes­sage. Ces femmes et ces hommes ont tra­vaillé avec di­li­gence et pas­sion à ma cam­pagne. Je l’ai dit au­pa­ra­vant et je le ré­pète : je n’au­rais pu faire tout ce­la seul. Ce n’est pas ma vic­toire : cette vic­toire leur ap­par­tient.

Les ré­si­dents de Saint-La­zare mé­ritent eux aus­si mes re­mer­cie­ments. Les gens sont la voix de notre com­mu­nau­té, et notre com­mu­nau­té a par­lé le jour des élec­tions, puis deux jours plus tard, où plus de 700 per­sonnes ont si­gné le re­gistre pour sau­ver les arbres du parc Saint Robert.

Vous, ré­si­dents, avez be­soin de sa­voir cer­taines choses qui me concernent et qui au­ront une in­ci­dence sur l’ave­nir im­mé­diat. Je veux que les ré­si­dents de Saint-La­zare sachent que j’ai l’in­ten­tion de faire ce tra­vail à temps plein. Au cours des deux der­niers mois, j’ai pris les me­sures né­ces­saires pour me li­bé­rer de la ma­jo­ri­té de mes contrats comme con­sul­tant. Dès la deuxième se­maine de juillet, je se­rai libre de vouer la plus grande part de mon temps à mes fonc­tions de maire. Aus­si, je crois que le maire doit être à la dis­po­si­tion des ré­si­dents. Avec ce­la à l’es­prit, j’ai l’in­ten­tion d’uti­li­ser plei­ne­ment mon bu­reau à la mai­rie. Une fois que j’y se­rais ins­tal­lé, il se­ra pos­sible de prendre des ren­dez-vous et de me par­ler de tous les su­jets qui vous concernent.

Je dois aus­si vous in­for­mer que je se­rai à l’ex­té­rieur de la ville la pre­mière se­maine du mois de juillet. Donc, je vais man­quer ma pre­mière as­sem­blée du conseil mu­ni­ci­pal à titre de maire.

Comme la plu­part d’entre vous le savent, nous avons eu l’in­ten­tion de lan­cer une élec­tion à l’au­tomne lorsque le maire pré­cé­dent a an­non­cé sa dé­mis­sion. Ces plans ont été chan­gés, une dé­mis­sion pré­ci­pi­tée ayant fixé l’élec­tion à la mi-juin. Mal­heu­reu­se­ment, à ce mo­ment-là, il était trop tard pour chan­ger mes plans et mes en­ga­ge­ments.

En­fin, on a men­tion­né lors de la cam­pagne que mon bé­né­vo­lat pour­rait être af­fec­té par mes nou­velles res­pon­sa­bi­li­tés. Je tiens à ras­su­rer les pa­rents, les en­traî­neurs et les joueurs que ce ne se­ra pas le cas. Sauf en cas de bles­sure grave, j’ai l’in­ten­tion de conti­nuer mon pro­gramme Meet and Keep pour le club de soc­cer et les gar­diens de but.

J’ai hâte de tra­vailler en tant que maire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.