Éthique et ex­per­tise à l’hô­pi­tal vé­té­ri­naire Hud­son

L'Etoile - - C’EST MON OPINION - Ma­non Flynn, DMV, Hud­son

À la lec­ture du cour­rier aux lecteurs de Jen­ni­fer Pa­gé de Sainte-Marthe dans C’est mon opi­nion du 4 juillet, nous sommes heu­reux du ré­ta­blis­se­ment du chat de ma­dame Pa­gé et vrai­ment dé­so­lés pour sa mau­vaise ex­pé­rience té­lé­pho­nique chez nous. La si­tua­tion était la sui­vante : cette dame re­cher­chait des ser­vices spé­cia­li­sés d’écho­gra­phie pour son chat dé­jà hos­pi­ta­li­sé dans une cli­nique de la ré­gion. À cause de contraintes d’ho­raire, nous avons of­fert de trans­fé­rer l’animal à l’hô­pi­tal.

Dans notre éta­blis­se­ment, tout animal né­ces­si­tant une écho­gra­phie a be­soin d’un exa­men au préa­lable. Pour­quoi? Avant de faire ce test spé­cia­li­sé, nous de­vons connaître l’état du pa­tient, la né­ces­si­té ou non d’une sé­da­tion ou d’une biop­sie et, en­fin, l’ana­lyse des ré­sul­tats des autres tests. L’écho­gra­phie est un mor­ceau utile dans le casse-tête diag­nos­tic, mais non la seule ré­ponse. Cette jour­née-là, l’agenda était rem­pli. Pour ai­der ce chat ma­lade, nous avons of­fert un trans­fert de pa­tient. Ain­si, la dis­po­ni­bi­li­té de l’animal hos­pi­ta­li­sé sur place nous au­rait per­mis d’uti­li­ser du temps de re­pas ou après les heures de bu­reau pour le soi­gner avec ex­per­tise.

Nous n’hé­si­tons pas à bous­cu­ler notre ho­raire pour le bien-être de nos pa­tients et la sa­tis­fac­tion de nos clients.

Fi­na­le­ment, ma­dame Pa­gé a op­té pour le centre d’ur­gence. Ex­cel­lente dé­ci­sion, car la mis­sion de ce der­nier consiste à four­nir des ser­vices de spé­cia­li­té tout comme l’ur­gence.

En conclu­sion, la com­mu­ni­ca­tion des contraintes de la jour­née et des avan­tages de notre ac­com­mo­de­ment ont été mal per­çus. Quelle dé­cep­tion pour cha­cune des par­ties!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.