De nou­velles me­sures hy­po­thé­caires

L'Etoile - - SANTÉ - (S.L.)

Le 21 juin, le gou­ver­ne­ment Har­per an­non­çait de nou­veaux ré­ajus­te­ments aux règles re­la­tives aux prêts hy­po­thé­caires as­su­rés ga­ran­tis par le gou­ver­ne­ment. Les quatre nou­velles me­sures visent, se­lon le mi­nistre des Fi­nances Jim Fla­her­ty, à ren­for­cer le sys­tème fi­nan­cier du lo­ge­ment et à évi­ter le sur­en­det­te­ment.

D’abord, la pé­riode maxi­male d’amor­tis­se­ment hy­po­thé­caire passe de 30 à 25 ans. En­suite, le mon­tant maxi­mal de prêts consen­tis dans le cadre du re­fi­nan­ce­ment d’une hy­po­thèque pas­se­ra de 85 % à 80 % de la va­leur de l’ha­bi­ta­tion. Le ra­tio maxi­mal de remboursement brut du prêt hy­po­thé­caire se­ra fixé à 39 % des re­ve­nus, et le ra­tio maxi­mal de remboursement to­tal à 44 %. En­fin, la ga­ran­tie du gou­ver­ne­ment re­la­ti­ve­ment aux prêts hy­po­thé­caires as­su­rés ne se­ra ac­cor­dée que pour les ha­bi­ta­tions dont le prix d’achat est in­fé­rieur à un mil­lion de dol­lars.

Ef­fets à consi­dé­rer

Ces nou­velles me­sures sus­citent di­verses ré­ac­tions dans le mi­lieu fi­nan­cier et im­mo­bi­lier. Une pé­riode d’amor­tis­se­ment plus courte ré­duit ef­fec­ti­ve­ment l’in­té­rêt payé, mais aug­mente les ver­se­ments hy­po­thé­caires mi­ni­mums des ache­teurs d’une pre­mière ha­bi­ta­tion, com­pro­met­tant l’ac­cès à la pro­prié­té.

Pour sa part, l’As­so­cia­tion pro­vin­ciale des construc­teurs d’ha­bi­ta­tions du Qué­bec (APCHQ) s’in­quiète de ces nou­velles me­sures. Les res­tric­tions qu’elles éta­blissent risquent d’avoir des consé­quences éco­no­miques né­fastes, dont le ra­len­tis­se­ment de la cons­truc­tion ré­si­den­tielle au Qué­bec.

Dans le mar­ché de la cons­truc­tion ré­si­den­tielle, 40 % des ache­teurs de mai­sons neuves en sont à leur pre­mière ac­qui­si­tion. Ce phé­no­mène s’ac­com­pagne d’un cer­tain en­det­te­ment. Tou­te­fois, se­lon l’APCHQ, il ne s’agit pas né­ces­sai­re­ment d’un en­det­te­ment in­quié­tant pour le mar­ché fi­nan­cier.

En ef­fet, avec les taux d’in­té­rêt en vi­gueur, des mé­nages peuvent ac­cé­der à la pro­prié­té avec des taux stables qui leur per­met­tront de re­nou­ve­ler leur hy­po­thèque dans cinq ans et d’ac­cu­mu­ler une équi­té qui, à long terme, leur of­fri­ra une li­ber­té fi­nan­cière.

Il faut se de­man­der dans quelle me­sure le fait de te­nir à l’écart cer­tains mé­nages peut avoir une in­ci­dence sur la sta­bi­li­té du mar­ché fi­nan­cier ca­na­dien, puisque ce­la en­traî­ne­ra né­ces­sai­re­ment la di­mi­nu­tion de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique dans l’in­dus­trie de la cons­truc­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.