La ther­mo­pompe

L'Etoile - - SANTÉ - Source : APCHQ

Une ther­mo­pompe est un moyen fiable de main­te­nir chez soi une tem­pé­ra­ture confor­table été comme hi­ver et aus­si d’ef­fec­tuer de possibles éco­no­mies d’éner­gie.

La ther­mo­pompe ré­cu­père l’éner­gie de l’air ex­té­rieur pour chauf­fer l’in­té­rieur de la mai­son du­rant l’hi­ver en va­riant la pres­sion d’un fluide cir­cu­lant dans des ser­pen­tins. L’été, son fonc­tion­ne­ment in­ver­sé ex­trait la cha­leur de la mai­son et l’éva­cue à l’ex­té­rieur.

Le pre­mier cri­tère d’achat d’une ther­mo­pompe est le confort, car l’hi­ver elle pro­cure une cha­leur en­ve­lop­pante, très dif­fé­rente du chauf­fage par plinthe élec­trique, qui fait mon­ter la cha­leur le long des murs. Elle n’as­sèche pas l’air de la mai­son comme le font d’autres sys­tèmes de chauf­fage.

Avec une ther­mo­pompe, il n’est pas né­ces­saire d’ajou­ter un hu­mi­di­fi­ca­teur. La ther­mo­pompe consomme moins d’éner­gie qu’un sys­tème de chauf­fage ou de cli­ma­ti­sa­tion tra­di­tion­nel, mais elle coûte plus cher à l’achat et sa du­rée de vie est plus courte, soit une ving­taine d’an­nées. Elle ne gé­nère pas tou­jours des éco­no­mies d’éner­gie.

Plus la mai­son est grande, iso­lée et étanche à l’air, plus le coût d’achat de la ther­mo­pompe se­ra amor­ti ra­pi­de­ment à même les éco­no­mies d’éner­gie. Par contre, si vous uti­li­sez la ther­mo­pompe pour cli­ma­ti­ser la mai­son du­rant l’été, ces éco­no­mies en chauf­fage se­ront ré­duites ou même an­nu­lées par le coût ad­di­tion­nel de l’élec­tri­ci­té consom­mée à cette fin.

Ju­me­lée à un autre sys­tème

Au Qué­bec, la ther­mo­pompe est tou­jours uti­li­sée avec un autre sys­tème de chauf­fage qui prend le re­lais quand la ther­mo­pompe ne peut suf­fire à la tâche, soit à par­tir de -15 de­grés, ou si le ther­mo­stat com­mande une aug­men­ta­tion de la tem­pé­ra­ture de deux de­grés ou plus.

Idéa­le­ment, la ther­mo­pompe fonc­tionne de pair avec un sys­tème de chauf­fage cen­tral à air pul­sé, fonc­tion­nant au gaz, à l’élec­tri­ci­té ou au ma­zout, pour dis­tri­buer dans toutes les pièces de la mai­son l’air ré­chauf­fé ou re­froi­di par la ther­mo­pompe. Ce­pen­dant, on peut aus­si ju­me­ler des uni­tés mu­rales de thermopompes avec des plinthes élec­triques.

Com­bien?

Ins­tal­lée par un en­tre­pre­neur com­pé­tent dans une mai­son, une ther­mo­pompe cen­trale né­ces­site un in­ves­tis­se­ment mi­ni­mum de 6000 $ à 7000 $. D’un autre cô­té, une ther­mo­pompe mu­rale de qua­li­té coûte, in­cluant l’ins­tal­la­tion, de 3000 $ à 9000 $, se­lon le nombre de bouches d’aé­ra­tion rac­cor­dées à l’ap­pa­reil.

Choix d’ap­pa­reil et d’ins­tal­la­teur

Pour un meilleur ren­de­ment éner­gé­tique, il est es­sen­tiel de choi­sir une ther­mo­pompe du bon ca­libre. Un ven­deur com­pé­tent ba­se­ra sa re­com­man­da­tion non seule­ment sur la sur­face ha­bi­table, mais aus­si sur l’iso­la­tion, le fe­nê­trage et le nombre d’oc­cu­pants de la mai­son.

Ces der­nières an­nées, le mar­ché des thermopompes s’est as­sai­ni, mais il existe en­core des ven­deurs et des ins­tal­la­teurs mal­hon­nêtes. Mé­fiez-vous des en­tre­prises sol­li­ci­tant par té­lé­phone, qui font mi­roi­ter des éco­no­mies d’éner­gie exa­gé­rées avec des ap­pa­reils bas de gamme. Faites af­faire avec une en­tre­prise lo­cale pos­sé­dant un per­mis de la Ré­gie du bâ­ti­ment du Qué­bec, ou RBQ, et aus­si comme fri­go­riste et élec­tri­cien.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.